Étiquettes

, ,

Information

Titre : Terre des Oublis
Auteur : Duong Thu Huong
Date : 2006
Nombre de pages : 800

  • Résumé :

Miên heureuse femme de Hoan et mère d’un enfant se trouve obligée de retourner avec son premier mari Bôn, porté disparu depuis 14 ans durant la guerre. Personne ne l’y oblige vraiment, mais la pression des traditions et du qu’en-dira-t-on sont si puissantes qu’elle a le sentiment de ne pas avoir le choix. Le village entier l’approuve et Hoan s’efface derrière le héros revenu miraculeusement.

Mais Bôn est un homme brisé par la guerre et l’exil, il ne désire qu’une chose : un enfant pour s’attacher Miên- qu’il voit malheureuse -à jamais à lui.

  • Ce que j’en ai pensé:

C’est une très bonne amie qui m’en a parlé la première fois et je me suis retrouvée dans un tome de près de 800 pages (oui c’est un pavé). L’édition de Sabine Wespieser est très agréable à lire, je la conseille vivement.

Ce roman sur le fond de plusieurs histoires d’amour dégage une critique assez virulente du communisme. Et si ce livre est une sorte d’appel à l’individualité et à la liberté, je dois avouer que je ne me suis pas concentrée sur cette partie du roman.

[Attention je dévoile un peu l’histoire]

Ce que j’ai aimé, c’est le fait que les trois personnages sont trois innocents.
Pourquoi est-ce que Bôn, qui revient de la guerre de l’exil, n’aurait pas le droit au bonheur? Il aime encore sa femme, il est logique qu’il essaye de la reconquérir.
Comme il est malade et mal dans sa peau, il s’y prend évidemment très mal, mais il n’en reste pas moins que ce n’est pas un méchant.
On voudrait le détester, mais on ne peut pas. Moi en tout cas, je ne peux pas.

Miên a été stupide d’écouter le village et les rumeurs, plutôt que d’assumer son nouveau mariage (enfin c’est mon avis…).
Son nouvel époux était riche et gentil et intelligent.
Est-ce qu’elle n’assumait pas cette position dans le village? Elle doit un mariage  moderne alors que le village se traine derrière cette famille par manque d’argent? Se disait-elle qu’on aurait l’impression qu’elle refusait de « faire son devoir » envers les blessés de la guerre? Elle n’aimait plus son premier mari, mais pour sa réputation, elle décide de retourner vivre avec lui, en y mettant le moins de bonne volonté possible.

Hoan aussi est lâche et préfère finalement laisser sa femme faire ce qu’elle veut, plutôt que de l’aider à prendre une décision contraire aux usages. C’est certainement le respect des traditions et des anciens, mais il n’en demeure pas moins qu’ils possèdaient tous deux le bonheur et qu’ils l’ont laissé tomber pour se conforter au Devoir.

Devoir que de toute façon, Miên très vite ne supportera pas et qui détruira aussi bien Bôn que Hoan…à la seule différence qu’à la fin, Hoan retrouvera ce qu’il avait perdu, alors Bôn finira seul…Et c’est injuste.

 —————————————-

C’est donc un magnifique triangle amoureux qui nous fait aussi découvrir le Vietnam  après la guerre.

Duong Thu Huong a une écriture très belle, très poétique, pleine d’images et de son, qui rend ces 800 pages finalement très faciles à lire…c’est bien simple, je l’ai dévoré, alors que j’étais en période d’examen.
De plus, j’ai eu envie de manger asiatique durant de longs jours, tellement ses descriptions de nourriture étaient alléchantes!

Je conseille ce magnifique livre, qui fut un véritable coup de coeur à tous ceux qui aiment les romans sur les familles, qui veulent découvrir un pays et qui veulent tout simplement lire un excellent roman d’amour.

  • Extrait :
    La femme est un monde mystérieux, incompréhensible. Elle se désinterresse de la logique ordinaire et n’écoute que la voix de son coeur. C’est pourquoi l’homme n’arrivera jamais à sa hauteur.