Étiquettes

, ,

Information

Titre : Le tour d’écrou (vo:The Turn of the Screw)
Auteur : Henry James
Date : 1898
Nombre de pages : 156

  • Résumé
Le narrateur assiste à la lecture d’un journal d’une jeune gouvernante. Elle a été engagée pour veiller sur deux orphelins dans une propriété isolée. Mais le comportement des enfants est étrange et il lui semble assister à des apparitions…apparitions qui exercent une mauvaise influence sur les deux orphelins…
  • Ce que j’en ai pensé : 

C’était mon deuxième Henry James, une oeuvre plutôt courte. Elle a été un modèle pour la littérature fantastique et pour cause! Il a réussi à mettre en place une réelle tension que partage aussi bien la gouvernante que ceux qui lisent ce roman.

Son génie se trouve certainement dans le fait que du début jusqu’à la fin, le lecteur hésite et se balance sur la faible ligne qui sépare le réel de l’iréel, la folie de la raison…

Peut-on trouver une interprétation rationnelle? Parfois on se dit que oui…puis on se dit ensuite que seule une interprétation surnaturelle pourrait être logique…on ne cesse d’aller et venir entre ces deux façons de voir ce qui se passe dans ce livre et on le dévore pour savoir le fin mot de l’histoire.

Ce que j’ai aimé aussi, c’est le titre : Le tour d’écrou…en anglais on peut traduire The Turn of the Screw par une expression : exercer une pression psychologique, cela colle parfaitement au livre.

[Attention je dévoile la fin]

Et c’est là qu’arrive finalement la déception. Histoire de fantôme ou hallucination et folie?
Mon avis est qu’elle a eu des hallucinations et que c’est elle qui tue l’enfant à la fin à force de serrer de toutes ses forces. Cette gouvernante est devenue étouffante et sous prétexte de les protéger les a mieux enfermés.
Les enfants sont certes un peu flippants parfois, mais quand la servante ne voit pas les apparitions, alors qu’elle dit en avoir une sous le nez, j’aurais eu du mal à ne pas me remettre sérieusement en question…

Mais James Henry laisse la fin ouverte…On ne sait pas. Et je trouve cela très dommage, allant même jusqu’à me gâcher ma lecture.

————————————————–

Ce fut donc une lecture plutôt assez agitée qui ne m’a pas déplu, mais la fin est -à mon avis- assez décevante.

  • Extrait :

Il eut l’air de dire que cela n’était pas si simple, de se trouver en peine de qualicatif. Il se passa la main sur les yeux et fit une petite grimace :  » Rien d’aussi épouvantablement…épouvantable! »

Publicités