Mots-clefs

, , , , ,

Titre : Les aventures de Pinocchio (vo : Le avventure di Pinocchio)
Auteur : Carlo Collodi
Date : 1981
Nombre de pages : 250

  • L’intrigue

Inutile de résumer une oeuvre aussi célèbre que celle du pantin de bois qui prend vie et qui fait les quatre cents coups avant de s’amender non?

  • Ce que j’en ai pensé

J’étais curieuse de découvrir ce classique. Ce fut ma première lecture pour le Club des Lectrices, dont je fais partie depuis la semaine dernière!

Il y a beaucoup de péripéties dans ce petit livre! Beaucoup trop même ! Parfois, on ne sait plus ou en donner de la tête… Il arrive tellement de choses à ce pantin qu’on se demande comment il fait pour tenir encore debout ! Et c’est un peu lassant en fin de compte.

Ce petit livre est très moralisateur…Le schéma est simple et clair :
Pinocchio joue le rôle du mauvais garnement, à qui il arrive plein de malheurs et qui finit par s’amender et devenir un bon et vrai petit garçon.

Tant qu’il est un pantin, il ne peut pas être un véritable petit garçon. Ce n’est que lorsqu’il apprend enfin de ses erreurs et de ses malheurs qu’il réussit à le devenir.

On voit le but de ce livre : prévenir et instruire les enfants. j’imagine bien les mamans et les nourrices lire cette histoire à voix haute aux enfants à grand renfort de « tu vois ce qui arrive aux enfants qui n’écoutent pas leurs parents! Tu vois ce qui arrive à Pinocchio? »

Cela m’a parfois un peu fait penser aux romans de la comtesse de Ségur avec une belle et digne morale à la fin comme « les deux nigauds », ou « les mémoires d’un âne ».

Quand je pense que je trouvais le Disney de Pinocchio parfois glauque !…Avec le roman j’ai été servie!
Certains passages sont tout de même très déprimants et terribles. Il n’y a que Pinocchio qui a plusieurs chances pour s’amender : son compagnon de fortune du Pays de Jouet, transformé en âne mourra d’épuisement, après une vie de dur labeur.

La seule fois où le petit pantin m’a fait rire, c’est quand il déclare qu’il n’est pas « fait » pour travailler et qu’il n’a donc aucune envie de s’y mettre!
Ah, si seulement on pouvait choisir, si oui ou non on est « fait » pour travailler!  (moi en tout cas certainement pas!)

 —————————————————-

C’était un petit roman court, qui se lit très vite et heureusement ! C’est une gentille petite découverte, mais je ne pense pas le garder en tête très longtemps.

  • Extrait

Malheur aux enfants qui se révoltent contre leurs parents et abandonnent par caprice la maison paternelle ! Jamais ils ne trouveront le bien en ce monde et, tôt ou tard, ils s’en repentiront amèrement.

Publicités