Mots-clefs

, , ,

Titre : Stoner
Auteur : John Williams
Date : 1965
Nombre de pages : 381

  • L’intrigue

William Stoner est un jeune homme né dans une ferme du Missouri en 1891. Afin d’étudier l’agronomie pour améliorer ses chances de réussite, il est envoyé à l’université par son père. C’est là qu’il découvre la littérature avec ses chefs d’œuvres, ses auteurs et sa poésie. Il décide de rester à l’université, de tourner le dos à la ferme pour se vouer à la littérature. C’est ainsi qu’il devient professeur.

  • Ce que j’en ai pensé

Tout d’abord j’aime beaucoup la couverture de ce livre! Je trouve que c’était une excellente idée :le texte original avec des essais de traduction. C’était plutôt original comme couverture !

Ce livre fut une agréable surprise. J’ai mis un peu de temps à vraiment rentrer dedans, mais après j’ai dévoré le reste du roman avec beaucoup de plaisir! Par contre, cela a été difficile de faire la critique!

J’ai bien aimé l’atmosphère du livre, il y avait un côté lent dans les évènements qui se produisaient et un rythme lent dans la forme du roman…on passe en revue toute la vie d’un homme et même si il lui arrive beaucoup de choses, (ses choix, son mariage, sa fille, ses problèmes, l’université…) on a l’impression que tout est posé, tout est calme…

Si il y a un élément à retenir, c’est le plaisir immense que William montre durant toute sa vie pour la lecture et l’apprentissage. Un plaisir qui est apparu avec la littérature. Avant, il travaillait et étudiait parce qu’il le fallait. Mais dès qu’il a commencé ses études de littérature, c’était pour la joie d’apprendre, sans véritable but que d’amasser de la connaissance au nom de la connaissance. J’ai beaucoup aimé ces passages!

William n’est pas le grand héros magnifique, qui réalise des tas et des tas d’exploits…cet homme va plutôt être un inconnu toute sa vie, va faire tranquillement faire son petit bout de chemin et va vivre comme il l’entend et de la meilleure façon qu’il peut.

[Attention, je dévoile la suite]

Il réagit assez rarement, préfère se laisser aller et se murer dans le silence, en se réfugiant dans ce qu’il aime : son métier et la littérature

Il y a quelques passages pourtant, où se dégage une énergie incroyable et le lecteur sort un peu de la torpeur où il est plongé : Comme quoi, quand il le veut, il peut arriver à avoir ce qu’il souhaite !
Qu’est-ce que j’ai ri, quand il commence à donner des cours pour quatrièmes années à des premières années pour forcer le Président de l’Université à lui aménager un emploi du temps moins contraignant (ceux qui ont lu le livre savent qu’il n’exagérait pas et ont dû ressentir aussi de la joie de le voir enfin avoir ce qu’il désire et mérite !)

Il n’a tout de même pas eu beaucoup de chance dans la vie…entre son travail, sa femme, sa fille, sa maîtresse…

Je n’aime pas du tout le caractère de sa femme Edith…je me rends bien compte qu’elle doit être incroyablement malheureuse pour agir ainsi, qu’elle attendait quelque chose d’autre de la vie qu’un mariage terne. Néanmoins est-ce une raison pour s’acharner ainsi sur son mari qui ne demande rien d’autre que de la rendre heureuse avec les moyens qu’il possède ? Mais Edith a besoin de quelque chose de plus fort, de plus entraînant que William…Ils n’étaient pas fait pour être ensemble ces deux-là…

Je trouve que ce roman est un roman sur la frustration. A peu près tous les personnages sont frustrés de quelque chose (Edith imaginait une autre vie, Grace voudrait sortir des griffes de sa mère, Stoner trouve l’amour trop tard…) Personne n’a eu la vie qu’ils désiraient en fin de compte…
C’est assez triste et j’ai terminé ce livre sur une note d’amertume. Il est obligé – à cause de sa maladie – de donner raison à son collègue qui veut l’envoyer en retraite! Lui est bien au dessus de ces petites mesquineries et s’en moquait, mais moi j’étais furieuse en lisant ça!

Ce roman c’est la vie qui passe et avec elle un homme qui se construit et qui réagit face aux choses qui lui arrivent…on voit passer deux guerres, la crise, des mariages, des enterrements…

———————————

Je conseille ce roman : Ne vous fiez pas au résumé qui peut paraître un peu triste. C’est un excellent livre, bien écrit. En même temps, comme j’adore lire et qu’il traite d’un homme qui aime également cela, il ne pouvait que me plaire! Mais j’ai été agréablement surprise tout de même!

  • Extrait

– Vous ne devez pas perdre de vue qui vous êtes et ce que vous avez choisi de devenir…Vous ne devez pas perdre de vue l’importance de ce que vous faites aujourd’hui…Il est des guerres, des défaites et des victoires de l’humanité qui ne sont pas militaires et qui ne seront jamais consignées dans les annales de l’Histoire…

Publicités