Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Titre : la théorie de l’information
Auteur : Aurélien Bellanger
Date : 2012
Nombre de pages : 496

  • L’intrigue

Pascal Ertanger, brillant informaticien, fait partie de la génération qui verra toute l’évolution de l’informatique et des objets technologiques. Il passera de l’invention du Minitel au Web 2.0 en y prenant activement part, se construisant petit à petit une réputation et une fortune colossale.

  • Ce que j’en ai pensé

J’avais beaucoup entendu parler de ce livre pour la rentrée littéraire (il était partout, on en parlait beaucoup…), alors quand je l’ai aperçu parmi les nouveautés de la bibliothèque, j’en ai profité pour le prendre et l’emmener dans mes bagages pour les vacances, afin de me faire une idée personnelle du roman…

Et puis…mouais…je dois avouer que je ne comprends vraiment pas l’engouement autour de ce livre. Comme je ne m’attendais pas à grand-chose, je n’ai pas été déçue, mais sur la fin, j’en avais assez et j’ai été contente de le finir.

Ce n’est pas vraiment un roman, ce n’est pas un essai, on dirait parfois un documentaire… c’est donc un joyeux mélange de ses trois genres !

Les critiques ont parlé de ce livre comme une épopée économique française. C’est donc toute l’histoire de l’informatique découpé en trois grandes périodes :

  1. Le minitel
  2. Internet
  3. Web 2.0

Pour ce qui est du style, j’ai noté deux choses : la quasi-inexistence des dialogues et une façon d’écrire très neutre. Cela m’a un peu déconcerté au début, puis je me suis habituée.

Pascal, le personnage principal n’a pas réussi à m’intéresser. Difficile de l’aimer franchement ! C’est un homme froid, qui montre assez peu d’émotions (sauf pour Emilie, mais je n’ai pas réussi à entrer dans leur « histoire d’amour » que je n’ai pas trouvé passionnante!)

Le grand bémol de ce livre : Je dois avouer que tous les chapitres sur la théorie de l’information me sont largement passés au-dessus de la tête (et pourtant, je vous jure, j’essayais de comprendre et de m’y intéresser…je ne dois pas avoir l’âme assez scientifique ou informatique pour ça).
J’avais lu pourtant – dans certaines critiques – que l’auteur avait réussi à rendre ses passages lisibles et passionnants…cela n’a pas du tout marché pour moi.

Par contre, j’ai aimé tous les passages qui expliquent la venue du minitel, d’internet et du web 2.0 avec toutes les anecdotes, les difficultés, l’évolution du marché informatique, les premiers réseaux, blogs…c’était plutôt très intéressant et j’ai appris beaucoup de choses!

J’ai donc bien aimé le début du roman…je n’ai pas du tout aimé la fin.

[Attention je dévoile la fin]

Alors franchement…qu’est ce que c’est que cette fin ? J’ai fermé le livre déconcertée et un peu ennuyée…tout ça pour ça? Est-ce que je suis la seule à penser que le coup des abeilles génétiquement modifiées, du monde aux mains de l’informaticien fou, c’est aller un peu trop loin?

——————————————

Après cette courte critique, je peux résumer mon avis ainsi : je ne peux pas vraiment dire que cela a été une lecture agréable…mais ce ne fut pas une déception. Je ne regrette pas de l’avoir lu, mais j’aurais pu m’en passer sans problème.

  • Extrait

La théorie de l’information oppose au mouvement perpétuel le cristal immobile de la disparition du temps.

Publicités