Mots-clefs

, , , , , , , ,

Titre : le Boulevard périphérique
Auteur : Henry Bauchau
Date : 2008
Nombre de pages : 257

  • L’intrigue

Alors que tous les jours l’auteur empruntant le boulevard périphérique, se rend au chevet de sa bele-fille qui meurt d’un cancer à l’hopital, il se remémore son meilleur ami Stéphane qui s’est éngagé lors de la deuxième guerre mondiale dans la résistance et qui finira tué par un nazi.

  • Ce que j’en ai pensé

Ce roman était le choix de Delphine pour le Prix du Club des Lectrices.

Je ne connaissais pas du tout cet auteur, ce fut donc la découverte d’un grand écrivain français apparemment. (EDIT : et non il est belge)

Je suis passée complètement à côté de ce livre. Si il ne faisait pas partie de la sélection du prix des Lectrices, je ne l’aurais pas continué et terminé.

Je n’ai pas réussi à rentrer dans ce roman, aussi bien pour les deux » parties » : les souvenirs concernant Stéphane et sa mort et le présent avec sa belle-fille Paule et l’hôpital.

Mais je pense surtout que c’est la dernière partie qui m’a rendue incapable d’aimer ce roman: le thème du cancer et de la mort à l’hôpital. Pour des raisons personnels, je n’arrive pas à supporter ce thème. J’ai eu énormément de mal à lire page après page comment cette jeune femme finit par n’être plus que l’ombre d’elle-même et par mourir bien avant son heure.

En découvrant la quatrième page de couverture, je me suis doutée que je risquais d’avoir des difficultés à lire ce roman, mais je ne pensais pas que cela allait me bloquer à ce point.

Ce n’est, de plus, pas un roman facile. Je comprends quand on dit qu’il faut le mériter. Et avec cela aussi j’ai eu du mal. Je n’ai pas réussi à accrocher au style de l’auteur que j’ai trouvé par moment bien trop compliqué et solennel.
De plus, j’en ai eu rapidement assez de le voir parler encore et toujours des mêmes choses : le boulevard périphérique, les embouteillages, le RER, la mort et Stéphane…

J’ai un peu préféré ses souvenirs sur Stéphane et ses rencontres avec Shadow (personnage plutôt intéressant dont j’ai beaucoup aimé la fin). J’ai aimé comparer ces deux personnes, Stéphane qui est un être si léger qu’il vole presque, alors que Shadow au contraire, semble incroyablement lourd.

Mais surtout, je pense que je l’ai lu à un très mauvais moment qui a rendu impossible toute appréciation sur ce thème. J’aurais mieux fait d’attendre un peu avant de le lire. C’est dommage.

———————————

J’ai eu beaucoup de mal à le finir et j’ai été ravie d’avaler enfin les dernières pages et de mettre ce roman derrière moi. Donc désolée, mais je ne vais pas pouvoir conseiller ce livre, ni pour la forme ni pour le fonds.

Merci à Delphine pour cette découverte, bien évidemment cette critique reste mon avis et seulement mon avis. Pour une critique positive je vous invite à cliquer sur ce lien.

  • Extrait

Elle ignorait, mais son corps savait et elle avait déjà peur.

Publicités