Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Titre : Beignets de tomates vertes (vo : Fried green tomatoes at the Whistle Stop Cafe)
Auteur : Fannie Flagg
Date :1987
Nombre de pages : 474

  • L’intrigue

Evelyn Couch est une femme qui vit mal son âge mûr. Alors qu’elle va voir sa belle-mère en maison de retraite, elle tombe sur une vieille dame Ninny Threadgoode, qui se prend d’amitié pour elle et lui raconte ses souvenirs et la vie qu’elle a mené.

  • Ce que j’en ai pensé

Cela faisait un long moment que j’avais envie de lire ce livre. Je louchais sur le film depuis un moment, mais j’avais envie de lire le livre avant de voir l’adaptation.

Mais impossible de le trouver en bibliothèque, jusqu’à quelques jours…je ne regrette pas de l’avoir pris, malgré ma décision de limiter mes emprunts à la bibliothèque! Ce livre valait l’exception.

J’ai adoré lire ce roman : Je l’ai d’ailleurs dévoré ! Ce fut un rayon de soleil cette lecture, pleine de bonne humeur, de joie de vivre et d’amour!

Il s’agit encore une fois d’un roman sur une histoire de famille.

Le type de narration est assez inhabituel : On a l’histoire sous la forme d’une gazette au jour le jour, sous la forme des souvenirs de Ninny devenue une vieille dame et sous la forme d’un récit qui nous dit exactement ce qui s’est passé. C’est d’ailleurs très drôle de comparer toujours les différentes versions. Voir ce que les gens pensent et découvrir ce qui s’est réellement passé (et qui souvent n’a rien à voir avec la rumeur qui suit).

Si j’ai nettement préféré le récit du café, j’ai également beaucoup aimé toute la partie du présent, avec pour héroïne Evelyn. J’ai beaucoup aimé voir les liens se créer lentement et la voir reprendre petit à petit goût à la vie grâce à une octogénaire qui se contente de lui parler de sa jeunesse et de la vie qu’elle menait!

Et franchement c’est ce que ce petit roman fait! Il redonne goût à la vie. A voir cette vieille femme pauvre et seule, qui a vécu des choses pourtant terribles et qui réussi à être encore incroyablement heureuse, on n’a qu’une seule envie, c’est de l’être aussi.

Bien évidemment, tout n’est pas « monde-des-bisounours« dans ce roman, c’est aussi le temps qui passe, les naissances, et les morts, les joies et les peines….il y en a qui n’aiment pas les histoires sur le temps qui passe et les générations qui changent…moi j’adore ça!

De plus, on passe en revue des thèmes assez sombres de l’histoire des Etats-Unis: la dépression où les gens se retrouvaient au chômage et où ils mourraient lentement de faim,le racisme, le mauvais traitement envers les noirs, les mauvais traitements envers les femmes…Mais les dénouements se font rarement attendre et sont toujours en faveur des héros!

Ce roman nous parle aussi de la magnifique amitié entre Ruth et Idgie, autrement dit d’homosexualité. J’ai trouvé cela très bien fait :
Sans faux semblant et sans indiquer clairement qu’en effet ces deux femmes s’aimaient, leur liaison est claire (pour moi en tout cas) et semble tout ce qu’il a de plus normal (ce qui n’était pas évident pour cette époque). Pourtant personne ne s’en offusque et tout le monde l’admet.

———————————–

Je suis ravie d’avoir lu ce roman et j’ai à présent hâte de lire le livre ! Je le conseille à toute personne qui veut un livre « pas prise de tête » et qui met de bonne humeur ! (et qui donne en plus envie de faire la cuisine ! Toutes ses recettes à la fin ont l’air géniales !)

  • Extrait

Jasper songeait qu’il aurait peut-être dû agir autrement, mais en vérité quel choix avait-il eu? Et puis il ne s’en était pas mal sorti, et c’était le plus important.

8/26

Publicités