Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Titre : Chroniques de Jérusalem
Auteur : Guy Delisle
Date : 2011
Nombre de pages  : 334

  • L’intrigue

Guy Delisle et sa famille partent vivre durant un an à Jérusalem. Il nous raconte son quotidien dans cette ville sainte à travers sa bande-dessinée.

  • Ce que j’en ai pensé

J’ai découvert cette BD à la bibliothèque. cela faisait quelques mois qu’elle me faisait de l’œil. En la voyant sur les étagères, j’en ai profité et je l’ai prise, ainsi que la BD précédente de l’auteur « Pyongyang », que je lirais après.

Comme je suis allée en Israël et plus particulièrement à Jérusalem, cette bande-dessinée a d’autant plus retenu mon attention et j’ai été ravie de voir que j’arrivais à reconnaître certains endroits.

J’ai beaucoup aimé lire cette BD. Guy Delisle nous décrit réellement son quotidien, jour après jours, les avantages, les inconvénients, ses vacances, le tourisme, son travail et sa vie de famille.  Mais tout en nous racontant cela, c’est aussi la situation du Moyen-Orient et évidemment tout particulièrement la situation d’Israël et de la Cisjordanie dont il nous parle.

Jérusalem, la ville ou se côtoient assez difficilement les trois religions monothéistes les plus importantes du monde : le christianisme, le judaïsme et l’islam.
Cette BD est un témoignage. Mais au lieu de le faire par des photographies, des documentaires ou encore un film, c’est par bande-dessinée. Je trouve cela génial !

Il nous montre en dessin l’impasse dans lequel se trouve le conflit israélo-palestinien, d’Hébron et ses colonies à Gaza et son blocus en passant par Jérusalem et son atmosphère ultra-religieuse.
Il nous parle de la vie des habitants, aussi bien juif, musulman, chrétien qu’athé, il nous montre l’insécurité permanente, les embouteillages particulièrement aux nombreux check-point qui se trouvent dans ce pays, l’importance de bien saisir les nuances entre les différents courants des différentes religion, l’ambiance d’intolérance et surtout le communautarisme qui y règnent, le tout dans des paysages et une richesse historique absolument fabuleuse !

Et la petite cerise sur le gâteau est que l’auteur ne porte pas de jugements. Il se contente de rapporter, de dire ce qu’il a ressenti, comment il a vu les choses. Il le fait parfois avec gravité, parfois avec humour. Il explique la situation.

Et il force le lecteur à se poser des questions sur le conflit, à vouloir en savoir plus, à vouloir comprendre. Et c’est ce qu’il pouvait faire de mieux.

J’ai beaucoup aimé les pages, où il va voir pour la première fois les Samaritains et leur petit village près de Naplouse. Cela m’a donné envie d’en savoir un peu plus sur cette communauté.

J’ai beaucoup aimé aussi ses discussions avec le prêtre qui ne ressemble pas aux prêtres sévères et ultra-religieux-intégriste comme il se l’imaginait.
Ainsi que la petite communauté de prêtres et de bonnes sœurs qui ont été séparé par le mur. Avant pour se rendre l’un chez l’autre, il suffisait de traverser une petite porte au fond du jardin. A présent, ils doivent prendre la voiture et faire un grand détour.

————————–

Une belle BD à découvrir et à offrir même ! Je vais continuer avec joie ma découverte de cet auteur. Et je n’ai qu’une seule envie, c’est de retourner là-bas !

  • Extrait

Publicités