Étiquettes

, , , , , , , , ,

Titre : Le photographe 1-3
Auteurs : Emmanuel Guibert, Didier Lefèvre et Frédéric Lemercier
Date :2003 – 2006
Nombre de pages: 257

  • L’intrigue

Didier Lefèvre, photographe part en Afghanistan pour accompagner une équipe médicale de Médecins sans Frontière en 1986, afin de faire un reportage. L’Afghanistan est alors occupé par l’Union Soviétique et y entrer n’est pas aisé.

  • Ce que j’en ai pensé

Après ma lecture  de la bande-dessinée « Les ignorants, j’ai eu envie de découvrir cette trilogie qu’Etienne Davodeau admirait.

Et j’ai eu bien raison. Même si le thème ne m’attirait pas réellement, cette bande-dessinée fut une belle découverte.

L’objet en lui-même est déjà très particulier. Les pages sont mi-dessin, mi-photographie. Cela lui donne un aspect très particulier, agréable et intéressant à regarder.

Tome 1

Ce tome est la mise en place de la mission, la présentation des membres de l’équipe et le début de l’odyssée.

Dans cette partie-là tout est encore bien encadré. On sent que les MSF (médecins sans frontière) ne se lancent pas à corps perdu dans une mission sans retour.
Il y a des guides, un certain matériel, de l’argent une certaine forme de sécurité, des villages amis, où les chefs s’entendent bien avec les membres de la mission.

C’est aussi tout un pays qu’on découvre (pays qui moi franchement, ne me donne pas envie de visiter du tout!), avec des paysages somptueux, des habitants méfiants mais curieux.

Le voyage en lui-même fut très impressionnant à suivre. J’en aurais été complètement incapable. L’énergie et la force et l’endurance qu’il faut mobiliser sont au dessus de mes forces. Marcher ainsi des heures et des heures, dans le noir, avec la peur de voir arriver les avions russes, j’en aurais été incapable.

————————————
Tome 2

La gestion de l’hôpital était passionnante à suivre. Comment, quand on a rien ou presque rien, juste un local et un peu de matériel peut-on arriver à soigner?

Ici, c’est le contraire de la médecine en Europe ou on est dans le détail, dans les matériaux hyper sophistiqué et sensible. En Afghanistan, perdu dans les montagnes, il n’y a pas ces facilités là. Il faut en revenir à écouter et observer le corps.

On voit les ravages que fait la guerre : Les bombes, les balles, les mines qui déchiquettent les membres, trouent les corps et rendent aveugles, paralysés ou qui tuent tout simplement. Le nombre de blessés (surtout des civils) est impressionnant. De plus, on le voit aussi bien en dessin qu’en photo (et certaines photographies sont très dures je trouve, très directes, elles ne cachent rien, j’ai dû plusieurs fois détourner mon regard)

Le dévouement de ses médecins est impressionnants. Il en faut de la volonté et de la passion pour faire cela.

————————————
Tome 3

Ce tome est le tome le plus terrible.

Didier Lefèvre décide de se séparer de ses compagnons, afin de rentrer plus vite chez lui. Juliette désire faire un petit détour et n’ayant presque plus de pellicules, il en a assez et la mission étant terminée, s’estime quitte.

Il a surtout en tête une phrase d’un des médecins qui se retrouve seul dans un petit hôpital et qui dit que c’est à ce moment là, où ses compagnons l’ont quitté que tout allait enfin pouvoir réellement commencer.

Et c’est cela qu’il veut. Il veut être seul, être responsable, avoir son aventure à lui et voir si il est capable de se débrouiller.
Et on peut dire qu’il va s’en prendre plein la figure. Sans le cadre d’une association, il se retrouve seul et dès le début, les ennuis arrivent.

En effet, il ne parle pas la langue, il n’a aucune légitimité, personne ne le connait. ses premiers guides vont l’abandonner malade et ses sauveurs vont le raquetter.
Il aura énormément de chance de tomber sur quelqu’un qu’il connait et qui connait l’équipe de MSF à la fin de son périple. cette personne va le prendre en charge, lui permettre de se reposer, de reprendre des forces. Sans lui, je ne sais pas dans quel état il aurait terminé à la fin.s

Et durant tout ce calvaire, il va continuer à prendre des photos, à s’interroger, à apprendre à connaitre ce pays…

Son soulagement, quand il rentre enfin chez lui est visible. Pourtant, il y retournera très souvent, étant tombé sous le charme de ce pays.

———————————–

C’est une belle trilogie! Je comprends pourquoi c’est devenu un classique.
C’est toute une période de l’histoire qu’on voit dans ce documentaire-BD, le dévouement des médecins sans frontière, la pauvreté de ce peuple, l’hypocrisie de la guerre.

A lire et relire sans restriction!

  • Extrait

Publicités