Étiquettes

, ,

photo fleur

En ce qui concerne la lecture, en ce moment, cela ne va pas fort, autant l’avouer…

C’est bien simple, je n’ai plus trop envie de lire, mes livres entamés ne m’attirent pas du tout, je n’ai pas envie de faire mon blog et les critiques qu’il me reste à chroniquer me pèsent.

J’ai autre chose en tête, le travail, la vie familiale, les concours et je me concentre pour le moment sur ma broderie (qui elle, avance très bien!).

Donc, comme vous avez pu le remarquer, j’ai commencé une petite pause :
Dans mon blog, où je ne me force plus à écrire et dans mes lectures, où je reprends tout à zéro. J’arrête les livres qui ne me disent rien, je rends ceux que je ne veux pas absolument lire, je fais du vide.

J’espère vite retrouver le goût de la lecture et reprendre prochainement. Je vous dis donc à très bientôt!

Par contre, il y a certains livres que je sais ne pas avoir envie de critiquer avec un article du mois d’avril, je vais donc brièvement en parler là :

« Alcool »  et « La Belle Rouge » Popy Z. Brite

Je m’arrête à la fin du deuxième tome de la trilogie culinaire de Poppy Z. Brite. Et pourtant, j’ai pris plaisir à lire le premier tome. Et pourtant, j’aimais bien la deuxième tome.
Mais là, cela fait une semaine que je coince dessus, je n’avance plus, je ne veux plus continuer. Tant pis. Je sais où trouver le dernier tome, si je veux le reprendre.

C’est très sympathique à lire, on ne peut pas dire que les personnages sont très profonds, mais on s’attache à ce drôle de couple (qui est dans un sens très romantique!) et à leur restaurant, et surtout, on a envie de manger tout le temps, avec ses descriptions de plat à vous donner une faim de loup!

Je le conseille, ce n’est pas prise de tête, on apprend à connaitre la vie des restaurants et des cuisiniers, ainsi que la Nouvelle-Orléans (où se passe les romans).

—————————-

Le 6e continent – Daniel Pennac

Il y a deux textes dans ce petit livre.

Le premier, une petite nouvelle écrite par Daniel Pennac, qui est excellente raconte l’incroyable nuit qu’un interne à passer à essayer de sauver un patient. La chute est excellente, le ton est du « pur Pennac » et le tout est un délice!

Le second texte est une petite pièce de théâtre, qui a été entièrement improvisé par une troupe théâtrale, que Pennac a retranscrit. Et j’ai nettement moins aimé. Cela parle d’une famille qui pollue les océans. C’est moins drôle, plus moralisateur.

Je le conseille aussi, je trouve qu’un livre de Daniel Pennac est toujours bon à prendre!

Publicités