Mots-clefs

, , , , ,

Titre : La vie extraordinaire des gens ordinaires 
Auteur : Fabrice Colin
Date : 2010
Nombre de pages : 328

La-vie-extraordinaire-des-gens-ordinaires

  • L’intrigue

Fabrice Collins reçoit d’un malade en soin palliatif qu’il visite régulièrement un manuscrit. Ce malade, qu’on appelle « le poète »  dit avoir voyagé durant plusieurs années à la recherche d’histoires extraordinaires chez des personnes normales.

Il lui en est resté 21 histoires. Il demande au narrateur de les lire et de tenter de les publier, s’il trouve que cela vaut la peine.

  • Ce que j’en ai pensé

J’ai trouvé ce roman jeunesse dans ma bibliothèque. Il était classé dans les coups de cœur, et je me suis laissée tenter par le titre, que j’aime beaucoup. Je l’ai donc emprunter, toujours dans l’optique de m’y connaitre un peu mieux en littérature jeunesse.

Je n’ai pas regretté cet emprunt sur un coup de tête.

C’est donc un recueil de nouvelles, dont j’aime beaucoup le titre. En effet, on peut partir du principe que chaque personne est tout d’abord ordinaire, avant qu’il lui arrive quelque chose d’incroyable.

J’ai beaucoup aimé le début et l’explication de cette recherche d’histoires : Le poète, ayant passé son enfance dans les livres et les récits imaginaires, se rend compte que rien ne compte pourtant autant que la réalité. Il a oublié de vivre alors qu’il se plongeait dans la fiction. Ce sont donc des histoires réelles et incroyables qu’il va chercher à travers tout le monde.

Le thème commun à toutes ses histoires est un amour de la vie : on célèbre la vie, le fait d’être vivant, de plein de manières différentes, avec des messages différents (et plus ou moins clairs) à chaque nouvelle.

L’autre point commun à ces nouvelles est qu’on oscille toujours la fragile frontière entre le réel et le fantastique. Et il n’y a aucune preuve que ces histoires sont bien réelles. On ne saura jamais. On y croit si on veut, sinon tant pis.

[Attention, je dévoile certaines nouvelles]

J’ai beaucoup aimé la nouvelle de la gagnante du loto qui a perdu son ticket. Avoir une fortune à portée de main et la perdre, aussi stupidement. Elle décide donc de prévenir les gens de sa bêtise et de changer sa vie. Et elle y arrive! Elle part réellement construire une école en Afrique. Pourtant, elle est persuadée que si elle avait eu cet argent, elle n’aurait jamais fait tout ça. Elle serait devenue sérieuse et aurait gardé tout précieusement, au lieu d’aider les autres.

J’ai aussi beaucoup aimé l’histoire du restaurant au Népal, dans un coin perdu et dangereux d’accès avec une source d’eau tellement pure qu’elle fait toute la saveur de ses repas. Il ne sait pas encore combien de temps il va tenir sur sa montagne, à réussir à étonner et satisfaire ses rares clients et combien de temps cette eau va rester protégée et inconnue, mais il continuera jusqu’au bout à emprunter cette eau et à ne pas se faire de l’argent dessus. Son histoire est belle (et cela donne envie d’aller la goûter cette eau!).

Il y a des nouvelles que j’ai plus ou moins aimé, d’autres que je n’ai pas du tout apprécié (le surf par exemple ou celle en prison), mais ces deux-là sont mes préférées.

———————————-

Un petit livre de nouvelles, plein de belles histoires et de découvertes. Je le conseille, c’est un bon moyen d’introduire le genre « nouvelle » à la jeunesse. Je pense qu’avec tous ses récits, chacun y trouve son compte.

  • Extrait

Être heureux, ça s’apprend sans réfléchir. 

Moi et la littérature jeunesse

Publicités