Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Titre : Blue Cerises 1. l’ange des toits ; 2. Rode movie; 3. La minute papillon ; 4. Lune Bleue
Auteurs : Sigrid Baffert, Jean-Michel Payet, Maryvonne Rippert, Cécile Roumihuière
Date : 2011/12
Nombre de pages : 794

Sans titre 1

  • L’intrigue

Les Cerises sont un groupe de 4 amis : Violette, Zik, Amos et Syatas.

Un secret les relie tous depuis plusieurs années…Olivia. Olivia qu’ils ont suivi un été dans ses délires et qui a disparu. Qu’est-il arrivé à Olivia?

  • Ce que j’en ai pensé

C’est un roman pour adolescents. J’ai lu cette saga à toute vitesse, sans m’arrêter entre les différents tomes. Cela se lit très facilement, très vite.

J’ai beaucoup aimé le principe : 4 personnages, 4 points de vues, 4 écrivains.

Cela peut parfois être un peu répétitif, puisque c’est la même histoire racontée 4 fois de suite, mais le point de vue est toujours très différents (une écriture différente cela se sent) et puis petit à petit, on a de plus en plus d’élément et on commence à mieux comprendre la situation petit à petit.

De plus, pour les trois premiers tomes, une introduction nous propose de lire les 4 histoires dans l’ordre que l’on souhaite. Veut-on commencer avec Violette ou plutôt Amos? On peut lire les 4 chapitres dans le désordre, on s’y retrouvera. Ce n’est que dans le dernier tome qu’il faut respecter l’ordre des chapitres. Je trouve que cette idée est géniale!

Les auteurs ont même créé des blogs et des comptes twitter pour leurs personnages! C’est tout de même assez drôle! Et j’ai beaucoup aimé la couverture des livres, avec les cerises un peu en relief. Je trouve les livres très agréables à manier et à lire.

Par contre, le lecteur ne doit pas s’attendre à des péripéties incroyables. Il n’y a pas réellement d’histoire dans ce roman. C’est la vie quotidienne de 4 adolescents.  Il n’y a pas de grandes aventures, de catastrophes qu’on trouve souvent dans les romans jeunesse. Ici, c’est juste le temps qui passe et 4 enfants qui grandissent et qui font des rencontres, des choix…la vie normale quoi. Il n’y a guère que le mystère d’Olivia qui peut compter et qui est le fil directeur de cette saga.

Mon tome préféré est le tome 3. La plus grande partie de cette histoire se passe lors d’une soirée déguisée pour le nouvel an. Donc un temps assez court ou il se passe des tas de choses qui vont beaucoup changer le récit.

Les personnages sont tous attachants. Mes préférés sont Violette et Amos. J’ai beaucoup aimé leurs histoires respectives.

C’est aussi l’image d’une très belle amitié. Alors qu’ils n’habitent pas dans le même coin, qu’ils ne fréquentent pas la même école, ils se rassemblent régulièrement pour des séances de cinéma, ils sont toujours en contact. Cela fait très clan et je pense que cela parle aux adolescents qui lisent cette saga. Car tout n’est pas rose dans cette amitié non plus. Il y a des non-dits, certaines attirances, des trahisons…cela fait bien plus réel que si tout allait bien.

[Attention je dévoile des éléments de la suite et de la fin]

J’ai aussi été un peu déçue par le mystère enfin élucidé.
Franchement, je trouve que cela tombe un peu à plat et que ce n’est pas trop crédible. Ils vont trop loin, je n’ai pas réussi à y croire une seconde.

Dommage, cela me gâche un peu cette saga…mais finalement, je m’en moque. Ce n’est pas du tout ce mystère qui m’a plu dans ce livre. Pour moi, c’était  juste un moyen d’expliquer qu’ils étaient devenu amis. J’aurais préféré qu’Olivia reste un mystère et qu’on en parle plus.

——————————-

Une saga assez agréable, que j’ai lu en deux jours et que je conseille plutôt aux adolescentes. On passe vraiment un bon moment.

  • Extrait

Ce qui m’anéantit, c’est qu’il ait pu y avoir ça : l’engueulade, aux premières heures du premier jour de cet an neuf. Parce que, justement les Cerises, je les voulais au-delà de l’amitié, autre chose que l’amour. Ou peut-être que ça tenait des deux, je ne sais plus. C’était un truc à nous qui n’avait pas de nom, que nous inventions chaque jour et que les autres, les pas-cerises et les pas-bleus, ne pouvaient pas totalement comprendre. Que je croyais indestructible et qui n’a pas su l’être.

Moi et la littérature jeunesse

Publicités