Mots-clefs

, , , , , , ,

prixdeslectrices

Quand on a décidé de la sélection des prix des lectrices, je me suis rendue compte que j’avais déjà lu trois des 10 romans à lire.

Comme je ne compte pas les relire, mais que je veux tout de même avoir une trace de mon avis sur mon blog, voici des critiques plus courtes des trois romans, en fonction de ce que je me souviens.

Titre : Le Vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
Auteur : Jonas Jonasson
Date : 2011
Nombre de pages : 454

1

Ce roman est le choix de  Claire pour le Prix des Lectrices. J’ai terminé ce livre le 07.10.2011.

J’ai trouvé ce roman par hasard à la bibliothèque et je l’ai trouvé sympathique, mais sans plus. J’ai passé un assez bon moment, mais je dois avouer qu’à la fin, j’étais un peu lassée…trop de situations burlesques, trop long, trop lourd.

J’ai d’ailleurs préféré l’histoire qui se passait dans présent que celle qui nous racontait tout son passé.

Je comprends le succès que ce petit roman a eu, mais cela ne fut pas un coup de cœur pour moi. Par contre, c’est resté une lecture plutôt agréable et je m’en souviens encore parfaitement.

  • Extrait : 
J’ai une fois de plus la confirmation qu’il ne sert à rien de commencer sa journée en essayant d’imaginer ce qui va se passer.

—————————————–

Titre : Du Domaine des Murmures
Auteur : Carole Martinez
Date : 2011
Nombre de pages : 208

du-domaine-des-murmures

Ce roman était le choix de Marjolaine. Je l’ai fini le 02.04.2012.

Autant le dire tout de suite, j’ai adoré ce roman! Ce fut un coup de cœur, sans hésiter. J’ai trouvé l’écriture sublime, vraiment aboutie, et l’histoire passionnante (après j’adore les histoires de famille, de religion…donc cela ne pouvait que me plaire!)

L’atmosphère de ce roman est tout de même incroyable. Carole Martinez arrive à nous faire réfléchir sur la foi et tout ce qu’elle implique. Sur les choix qu’on fait et qui sont définitifs. Ce roman tout en étant très différent des récits qu’on écrit de nos jours (je trouve) est très moderne. C’est n’est pas le « beau amour très courtois » avec les troubadours, les beaux chevaliers et gentes dames qu’on lit là, c’est lourd, violent. Sans concession.

Et si notre époque n’emmure plus les jeunes filles pour leur permettre d’accéder à une certaine liberté, elle n’est pas entièrement innocente non plus. Je conseille vivement ce roman.

  • Extrait : 

Vous avez étouffé la magie, le spirituel et la contemplation dans le vacarme de vos villes, et rares sont ceux qui, prenant le temps de tendre l’oreille, peuvent encore entendre le murmure des temps anciens ou le bruit du vent dans les branches. Mais n’imaginez pas que ce massacre des contes a chassé la peur ! Non, vous tremblez toujours sans même savoir pourquoi.

—————————————–

Titre : Tess d’Uberville
Auteur : Thomas Hardy
Date : 474
Nombre de pages : 1974

tess-d-urberville-thomas-hardy-9782253005964

Ce roman est le choix de l’Ogresse de Paris. Je l’ai fini le 21.03.2010.

J’ai lu ce livre dans le cadre de mes études à la Sorbonne et j’avais beaucoup aimé! Je m’étais prise de passion pour Tess et sa vie! Je me souviens avoir fini ce roman ulcérée par la fin.

[Attention, je dévoile l’intrigue]

Pour moi ce roman montre comment une société, ses convenances et ses contraintes ont brisé la mentalité et la vie d’une jeune fille innocente qui a eu le malheur d’être jolie.
Et tous sont responsables à un niveau différent. Ses parents qui la jettent dans les bras d’un prétendu cousin, Alec évidemment la cause de tout, le village entier et surtout Angel qui lui, était censé l’aimer et la protéger.

Thomas Hardy prend la défense des femmes dans ce roman, en montrant du doigt la morale et les mœurs victoriennes de l’époque qui punissait les femmes tout en laissant les hommes faire ce qu’ils voulaient.

Ce roman est un chef d’oeuvre, d’un très grand auteur. Je ne peux que le conseiller à tout le monde.

  • Extrait

Pourquoi ne m’avez-vous pas dit qu’il y avait du danger avec les hommes ? Pourquoi ne m’avez-vous pas avertie ? Les dames savent contre quoi se défendre parce qu’elles lisent des romans qui leur parlent de ces tours-là ! Mais je n’ai jamais eu l’occasion d’apprendre de cette façon et vous ne m’avez pas aidée ! 

Publicités