Mots-clefs

, , , , , , , ,

Titre : Couleur de peau : miel
Auteur : Jung
Date : 2007-08
Nombre de pages : 152 ; 152

IMG_0270

  • L’intrigue

Jung est un petit coréen de 3 ans qui a été retrouvé dans la rue seul. Il est emmené à un orphelinat et adopté par un couple belge, déjà parents de 4 enfants.

Il va grandir, déchiré entre son pays d’origine, dont il se souvient peu et sa famille d’adoption.

  • Ce que j’en ai pensé

Cela faisait un moment que je tournais autour de cette BD. Cette fois-ci, j’ai sauté le pas et je l’ai prise. Pour la dévorer à ma pause!

J’ai mis un peu de temps à m’habituer aux dessins, mais une fois prise par l’histoire, cela allait tout seul.

Cette BD est extrêmement personnelle. C’est son autobiographie que Jung nous compte  : l’abandon, son arrivée à l’orphelinat, son adoption, son intégration pas toujours réussie et son enfance, jusqu’à l’âge adulte.
Et ce en deux tomes : son enfance et son adolescence.

On voit donc ce petit garçon grandir peu à peu, commencer à se poser des questions, à avoir des doutes, être malheureux…se chercher.

Ce qui est impressionnant, c’est la manière dont l’auteur aborde ce thème si difficile. Il le fait avec beaucoup d’humour et de douceur à la fois, ne cachant rien, ni les joies ni les peines.
Il a réussi à s’éloigner suffisamment pour que cela ne soit pas trop mélodramatique  : une adoption ne se fait jamais en claquant des doigts. Il faut y mettre du temps, de l’énergie, de l’amour…et ce pour une vie entière.

Il a raison quand il dit au début que c’est facile, puisque les enfants sont encore petits et tout mignons…mais que dès qu’ils grandissent, qu’ils commencent à appréhender le monde autour, qu’ils comprennent qu’ils possèdent une double identité, cela se corse souvent.

De plus, il nous montre l’adoption du côté des enfants et non pas des parents. Il faut réussir à établir un lien et ce n’est pas toujours évident. Ici, ce sont plus ses frères et sœurs qui ont fait de lui un véritable membre de la famille, qui lui ont permis de se construire au milieu d’eux plutôt que les parents. J’ai trouvé cela très beau et émouvant, tous ses passages où il nous parle de sa fratrie.

Si, durant le premier tome, il se construit en fonction de sa nouvelle famille, dans le deuxième tome, au contraire, il tente de s’en éloigner un peu.

Le deuxième tome est centré sur son adolescence. L’époque assez désagréable où on est à fleur de peau, on se cherche. Alors pour un enfant adopté, cela doit être bien pire. Il doit gérer sa famille, l’abandon de ses parents biologiques et de son pays d’origine, ses questionnements, sa double identité…
Ce tome-là est bien plus sombre que le premier.

Petit à petit, il va réussir à se reconstruire, il va trouver sa voie (notamment grâce au dessin) et il va commencer à grandir, à se calmer et à véritablement chercher des réponses à ses questions. Et Jung arrive très bien à faire passer toutes ses émotions-là.

J’aime également beaucoup le titre : Couleur de peau : miel. Jung a raison, dire « miel » est bien plus joli que juste « jaune ».

———————————————

Une belle bande-dessinée sur l’adoption. J’ai beaucoup aimé la lire. Je vous la conseille.

  • Extrait

IMG_0271

Publicités