Étiquettes

, , , , , ,

Titre : Inventaire après rupture ( vo : We broke up)
Auteur : Daniel Handler
Date : 2011
Nombre de pages : 361

IMG_0269

  • L’intrigue

Mine, une lycéenne, a rompu avec Ed.
Elle décide de se débarrasser de toute trace de lui dans sa vie et part lui rendre le carton ou elle a mis tous les souvenirs communs. Alors qu’elle se rapproche de la maison, elle lui écrit une longue lettre en lui rappelant d’où viennent ces objets et pourquoi elle a rompu avec lui.

  • Ce que j’en ai pensé

C’est ma collègue qui m’a proposé ce roman pour adolescent. Comme elle m’avait déjà conseillé d’excellents romans, j’ai emprunté celui-ci sans hésiter.

Tout d’abord, l’objet en lui-même est, je trouve très beau, très agréable à tenir en main, à feuilleter. J’ai beaucoup aimé le papier, les dessins, la manière dont ce roman est organisé. Esthétiquement parlant, c’est très réussi et cela a joué dans mon ressenti de la lecture. Je le lisais avec plaisir. Bon, ce rose est quand même très rose, mais cela reste parfait.

Au début de chaque chapitre se trouvait un dessin de l’objet dont elle allait parler.

Voici un exemple :

IMG_0280

Et je veux également mettre en image la quatrième de couverture, que je trouve très jolie aussi, qui rassemble une partie des objets, avec le carton :

IMG_0277

Une fois ceci dit, je passe au contenu.

J’ai été surprise d’apprendre que l’auteur est le même que celui des orphelins Baudelaire, (saga de romans pour enfants) que j’avais beaucoup aimé. Et pour ce roman, cela a été pareil : j’ai beaucoup aimé.

Étrangement, j’ai eu un peu de mal à rentrer dedans. Je ne voyais pas ou elle voulait en venir, pourquoi est-ce qu’elle avait rompu, je la trouvais dure et sèche.

Quand on parle d’amour, on préfère qu’il rime avec toujours (en tout cas, moi je préfère). Donc commencer un livre qui commence par la rupture, pour raconter comment est-ce qu’ils en sont arrivés là, cela a été un peu dur pour moi.

Ce roman commence à l’envers, on peut dire : il commence par la rupture et la jeune fille qui décide de se débarrasser de ses souvenirs. Elle décide de tout donner à son ex, avec une longue lettre, qui lui rappelle le contexte de chaque objet.

Puis (tout en gardant dans un coin de ma tête que couple avait fini par se séparer), j’ai commencé à m’attacher à ce couple hors du commun, que personne ne comprenait. En fait, je l’ai adoré. C’est vrai, ils étaient très différents et alors?

Pourquoi faut-il toujours des cases, des identités qui ne bougent pas? Pourquoi est-ce que les genres ne peuvent pas se mélanger?
Tout particulièrement dans le monde du lycée et de l’adolescence (mais aussi dans le monde des adultes), il n’y a que des cases : les sportifs, les intellos, les artistes, les no-life…
Gare à celui qui essaye de sortir de son groupe et gare aux couples qui se forment et qui ne viennent pas du même groupe! Cela ne peut pas marcher. Personne ne les encourage, on les regarde comme une anomalie et on fait des paris sur le nombre de jours qu’ils vont tenir.

Dans ce roman, c’est exactement ce qui s’est passé.

Min, elle décidé d’y croire et de craquer pour un bel adolescent qui cache son talent pour les maths et une certaine sensibilité, alors qu’Ed a craqué pour l’intelligence, le changement, lassé de sortir avec des cheerleaders idiotes.

Ces différences, ces changements, c’est ce qui les rendaient si attirants. On dit toujours que les contraires s’attirent. Avec Min et Ed, on en a le parfait exemple.

On passe donc l’un après l’autre, dans l’ordre les objets qui font partie de leur histoire. C’est ainsi que petit à petit, d’objets en objets, on met les pièces du puzzle dans l’ordre et qu’on finit par tout comprendre. On voit le coup de foudre, les premières heures, l’excitation de la nouveauté, le désir amoureux, les premiers rendez-vous, les amis, les premiers compromis…et ainsi de suite, jusqu’à la rupture.

[Attention, je dévoile la fin]

Plus le temps avançait, plus je me demandais comment cela allait bien pouvoir finir. Pourquoi avaient-ils cassé? Qu’est-ce qui a bien pu se passer pour que Min soit si furieuse?

Et finalement, la réponse est toute simple :

Ed est juste…un pauvre type. Il est jeune, on peut espérer qu’il pourrait changer, qu’il tourne du bon côté, qui fera de lui un homme intelligent et bien,mais bon…s’il reste dans ce cercle, j’en doute.
Il est doué en sport et en math (mais cela il le cache) et beau. Il a été tenté par la différence, par autre chose, qu’il trouvait tout de même plus intéressant, mais il a été incapable de se détacher du reste complètement. C’est vrai, pourquoi ne pas continuer à sortir et plus avec une ancienne copine, alors qu’il est amoureux d’une autre? Est-ce l’habitude? Ou juste la perspective du sexe qui le rend incapable de dire non? Ou…?  Ses excuses sont lamentables, son comportement est lamentable, sa personne entière aussi. Qu’il soit un adolescent/ pas fini ou pas n’y change rien. Qu’est-ce que j’ai été déçue!

Aussi déçue que Min finalement, qui a voulu y croire jusqu’au bout. C’est bête. J’aurais voulu qu’il soit bien, qu’il soit capable de faire la part des choses. Qu’il ne la trompe pas au moins, régulièrement au sus et au vu de tous, avec juste Min qui l’ignore.

—————————————

Un beau roman, teinté d’une certaine tristesse. Un roman adolescent vraiment hors du commun je trouve. Je le conseille vraiment, j’ai beaucoup apprécié cette lecture!

  • Extrait

Et c’est cet instant doux, cet instant si beau qui m’a fait revenir à toi, Ed. On est resté là une minute, puis on s’est remis en mouvement. L’herbe était épaisse, nos mains se sont séparées, mais on marchait de front, en route pour le restant de cette sale nuit. 

Moi et la littérature jeunesse

Advertisements