Mots-clefs

, , , , , , ,

Titre : Exercices de survie
Auteur : Jorge Semprun
Date : 2012
Nombre de pages : 110

semprun

  • Le résumé

Jorge Semprun décide en 2005 de commencer un travail de remémoration en plusieurs tomes. Il revient dans ce premier tome (hélas non terminé) sur des événements de sa vie dont il n’a jamais parlé : son expérience de la torture lors de la deuxième guerre mondiale.

  • Ce que j’en ai pensé

J’ai découvert Jorge Semprun comme beaucoup de monde avec L’écriture et la vie. J’avais beaucoup aimé. Lors de la sortie de ce livre, je l’ai gardé en tête et quand j’ai pu, je l’ai pris pour le lire.

Semprun retourne dans le passé. Mais cette fois-ci, il évoque un sujet dont il n’a jamais parlé : la torture.

Ce qui est impressionnant (ce n’est pas seulement l’écriture, qui est juste sublime, Jorge Semprun est un grand écrivain, il n’y a pas le moindre doute là-dessus, son écriture se déguste tellement elle est belle et logique), c’est la manière dont il en parle : pas grandiloquent (comme il aurait le droit de le faire) il ne tombe ni dans le pathos, ni dans la bravade et encore moins dans le jugement.

Il nous explique ce qu’être torturé signifie, comment lui, l’a vécu et comment il a réussi à s’en sortir (-lors de la torture, puis des années plus tard). Il fait cela de manière simple et détaché, qui rend son témoignage d’autant plus fort (cela me fait un peu penser à L’année de la pensée magique de Joan Didion qui nous parle du deuil de la même façon).

Ce texte peut sans la moindre difficulté être lu par tout le monde. Je pense que tout le monde peut être touché et y trouver son compte. C’est un texte incroyablement fort, je m’en rends compte, j’ai beaucoup de mal en parler. Et alors que cela fait plusieurs semaines que j’ai lu ce livre, il reste incroyablement présent dans mon esprit.

Ce qui m’a le plus marqué, c’est sa façon de décrire l’acte de torture. Il n’est pas d’accord avec la vision de solitude qu’on lui prête souvent : la personne seule, face à sa souffrance. Au contraire, il dit qu’il n’a jamais été seul lors de ses terribles moments : avec lui étaient toutes les personnes qui continuaient à vivre tant qu’il arrivait à se taire. Je trouve que c’est une très belle image, très courageuse.

——————————————————-

Un très beau livre, qui me fait regretter sa mort. Jorge Semprun était un homme extraordinaire qui a vécu une vie extraordinaire. C’était un grand écrivain. Je suis ravie d’avoir découvert ce texte et je le conseille vivement. c’est beau, c’est vrai.

  • Extrait

Nul ne peut prévoir ni se prémunir contre une possible révolte de son corps sous la torture, exigeant benoîtement -bestialement- de votre âme, de votre volonté, de votre idéal du Moi, une capitulation sans conditions ; honteuse, mais humaine, trop humaine.
Ce qui est inhumain, alors, surhumain en tout cas, c’est d’imposer à son corps une résistance sans fin à l’infinie souffrance. D’imposer à son corps, qui n’aspire qu’à la vie, même dévalorisée, misérable, même traversée de souvenirs humiliants, la perspective lisse et glaciale de la mort. 

Publicités