Mots-clefs

, , , ,

Titre : 14
Auteur : Jean Echenoz
Date : 2012
Nombre de pages : 145

images

  • L’intrigue

Cinq hommes partent à la guerre en 1914. Certains sont persuadé que ce sera une guerre courte, d’autres sont moins optimistes. Une femme attend le retour de deux d’entre eux.
La question est : vont-ils revenir? Quand et comment?

  • Ce que j’en ai pensé

Découverte d’un auteur d’une certaine importance tout de même en France. Jean Echenoz, qui a reçu plusieurs prix prestigieux, comme le prix Goncourt en 1999. Cela faisait un moment que j’avais envie de découvrir cet auteur.

Et bien…on ne peut pas dire que ce fut une rencontre très réussie hélas…
Je n’ai pas détesté, mais je n’ai pas particulièrement aimé non plus. Je suis restée assez indifférente au style et à l’histoire.

Il faut aussi dire que son écriture n’encourage pas une grande empathie je trouve! C’est un style assez sobre et froid. C’est en fait ce qu’on appelle l’écriture minimaliste. Et en effet, il n’y a pas un mot en trop! C’est d’ailleurs impressionnant et je n’ose imaginer le travail que cela doit créer. Il est toujours plus simple d’écrire ses idées en plusieurs phrases que de tout résumer en une.

Je n’ai pas réellement réussi à m’attacher à un personnage ou à l’histoire…trop lointains, trop froids…Il passe à toute vitesse sur certains événements primordiales et au contraire s’étale sur des petits détails…non vraiment, ce style d’écriture n’est pas fait pour moi.

On a le droit à plusieurs points de vue durant ce roman, ceux qui reviennent le plus souvent était celui de Blanche et d’Anthime.

J’ai par contre aimé le chapitre 13 sur la désertion avec Arcenel, chose assez fréquente et dont on ne parle jamais beaucoup. Je l’ai trouvé très bien écrit. C’est ce chapitre qui fait que ce roman n’est pas une déception.

[Attention je dévoile la fin] [mais vraiment toute la fin!]

J’ai été assez étonnée par le dernier paragraphe, dont les mots m’ont semblé un peu…étranges? Hors de propos?

Voulait-il montrer que malgré tout la vie continue, que la guerre allait finir et que la génération suivante arrivait? Que Blanche et Anthime ont fini par se trouver?
Je ne sais pas. Par contre quand j’ai lu, lire « …puis il l’a pénétrée avant de l’inséminer. » j’ai trouvé que cela tombait…mal, que ce n’était pas dans l’ambiance du livre. Je me suis demandée ce que cette tournure de phrase venait faire là.

—————————————

Une rencontre donc ratée avec ce roman et cet auteur…Dommage! Je vais tout de même retenter l’expérience avec « Lac » qui est également dans ma pal…on verra bien si j’y suis plus sensible.

  • Extrait : 

L’affaire de quinze jours, donc, avait estimé Charles trois mois plus tôt sous le soleil d’août. Comme avait dit Monteil ensuite, comme ils étaient nombreux à le croire alors. Sauf que quinze jours après, trente jours plus tard, au bout d’autres et puis d’autres semaines, une fois qu’il se serait mis à pleuvoir et les journées devenues de plus en plus froides et courtes, les choses n’auraient pas tourné comme prévu.

Publicités