Mots-clefs

, , , , ,

Titre : Wonder
Auteur : R.J. Palacio
Date : 2012
Nombre de pages : 408
Age : à partir de 13 ans

IMG_0450

  • L’intrigue

August est un petit garçon de 10 ans qui est né avec de gros soucis de santé et une malformation faciale. Son enfance a été rythmé d’opérations qui lui ont certes facilité la vie, mais qui n’ont pas arrangé son physique.

Alors qu’il était scolarisé à la maison, on lui propose d’entrer au collège. A la fois mort de peur et très excité, il va découvrir tout un nouveau monde.

  • Ce que j’en ai pensé

Cela faisait un petit moment que ce roman me faisait de l’œil! Je le voyais régulièrement sur les étagères dans ma bibliothèque et j’ai fini par céder et l’emprunter.

Il est assez gros, mais se lit finalement très facilement et comme il est passionnant, je l’ai terminé en une grosse soirée.

Donc ce fut une lecture très agréable, comme vous pouvez vous en douter! Un beau roman sur la tolérance. Heureusement, l’auteur arrive à peu près à éviter le tragique et pathétique. C’est toujours bien ça.

Il est composé de plusieurs chapitres : August n’est pas le seul narrateur. Il y a sa sœur Olivia, ses nouveaux amis…
Cela permet de voir la situation aussi bien de l’extérieur que de l’intérieur. On peut suivre les pensées de tous et voir comment ils gèrent la situation.

J’ai été assez contente de voir comment Olivia vivait cette situation. Souvent, quand un enfant est malade dans une famille, les autres enfants ont moins d’attention de la part de leurs parents. Et il est clair qu’Olivia passe bien après son petit frère. C’est assez compréhensible pour elle, ce qui ne l’empêche pas d’en souffrir beaucoup.

La grande question qui se pose dans ce livre est : comment réagir face à un handicap? L’ignorer totalement, quitte à lui en demander beaucoup trop ou à le blesser, où faire tellement attention et ne plus être naturel avec lui?

C’est compliqué, surtout pour des enfants, qui ont envie de savoir, qui n’ont pas de tact et qui souvent, sont très cruels. Dans ce roman, on donne un début de réponse. On voit plusieurs types de réaction autour de lui, allant de l’hypocrisie totale à la véritable amitié, tout en passant par la haine de la différence.

On montre aussi dans ce roman qu’August est finalement un petit garçon comme les autres. Qu’il a tout simplement eu une malchance de fou avec son syndrome et une chance de dingue d’arriver à survivre. Mais que sinon, il n’est pas différent de nous. On a tendance à l’oublier et à ne voir que l’aspect physique.

J’ai bien aimé le personnage de Summer aussi, la seule finalement, qui n’ait pas été hypocrite du début à la fin. Qui a eu pitié d’August et qui a décidé d’aller lui parler, alors qu’il était seul. Et qui est véritablement devenue son amie, sans avoir honte de lui. Il y a vraiment trop peu d’êtres humains comme elle.

[Attention, je dévoile la fin]

Par contre, je n’ai qu’un bémol par rapport à ce livre. Cela finit vraiment (mais alors vraiment) trop en happy-end. J’ai un peu eu l’impression d’être téléporté dans le monde des bisounours durant les dernières pages!

C’est un peu dommage je trouve…L’auteur voulait certainement terminer le tout sur une note positive, mais j’ai l’impression qu’il en a trop fait : toute la classe (voir même l’école?) qui est devenue sympa (amie?), Julian qui quitte le lycée (et qui se repend à la fin?), le prix qu’il gagne…c’est trop.
Je n’ai rien contre les fins heureuses, mais là, à ce point-là, cela gâche un peu le roman…surtout que si il y a fin heureuse, je suis sûre que cela ne va pas durer.
Un jour, il ira au lycée, à l’université, sur le marché du travail (et ça, si sa santé le lui permet!) et là, le monde sera moins rose et beau.

—————————————–

Un roman donc passionnant, sur la tolérance et la manière de gérer un handicap! Je le conseille dès 13 ans pour les gros lecteurs sinon dès 14/15 ans!

  • Extrait

 – Tu seras toujours comme ça August ? Je veux dire… la chirurgie esthétique peut par faire quelque chose ?
Je rigolai en montrant mon visage du doigt.
– Ben… ce que tu vois là, c’est après la chirurgie esthétique !
Jack se donna une grande claque sur le front et explosa de rire.
– Mec, tu devrais lui faire un procès, à ton chirurgien ! hoqueta-t-il entre deux gloussements.

Moi et la littérature jeunesse

Publicités