Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Moi et la littérature jeunesseEt voici une autre sélection de romans pour la jeunesse! 3 romans pour adolescents et 2 pour plus jeunes!

  1. Le journal d’un dégonflé de Jeff Kinney
  2. Poil au nez de Cécile Chartre
  3. Sur le toit de Frédérique Niobey
  4. Les filles sont bêtes, les garçons sont idiots – Vincent Raualec
  5.  Maïté Coiffure – Marie-Aude Murail

————————————————————

Titre : Journal d’un dégonflé
Auteur : Jeff Kinney
Date : 2008
Nombre de pages : 223

A partir de 11 ans

IMG_0451Cette série de roman (je crois que pour le moment, il y a 7 en tout) a un très grand succès auprès des garçons!

Et tout de même, il est plus difficile de trouver des séries qui plaisent aux garçons (je trouve en tout cas) qu’aux filles. Mais il y en a quand même quelques-unes.Cette saga en fait partie. Donc assez curieuse, j’ai pris le premier tome pour voir ce qui plaisait tant et comment je pourrais le conseiller.

Et bien, j’ai été un peu déçue, je dois l’avouer…je peux par contre tout à fait comprendre que cela plaise autant aux garçons!

Greg a 12 ans. L’adolescence commence et ce n’est pas simple avec un grand frère qui l’embête, un petit frère collant et un copain qu’il n’aime pas vraiment…Un jour, sa mère lui offre un journal intime, il en profite, le rebaptise carnet de bord et décide d’y raconter sa vie.

Ce qui fait le charme de ce roman (et surement son succès) est qu’il est très largement illustré par les dessins de Greg, mettant en scène sa propre vie. Moins de texte donc, plus aéré, il plaira aux petits lecteurs qui ont du mal à quitter les premières lectures. Ils se retrouveront dans les bêtises, les questionnements de Greg.

Je pense que les enfants seront beaucoup plus sensibles à cet humour, que je trouve un peu bébête! Voyant le succès qu’il a à la bibliothèque, je ne peux que le conseiller vivement aux enfants!

————————————————————

Titre : Poil au nez
Auteur : Cécile Chartre
Date : 2010
Nombre de pages : 89

A partir de 14 ans

72813400Une collègue m’a conseillé ce petit roman, comme un coup de cœur. C’est même plutôt une nouvelle qu’un roman.

Si je ne suis pas vraiment d’accord avec le coup de cœur, j’ai passé tout de même un bon moment!

C’est le soir du Réveillon et Angel est furieux. Tous ses amis ont débarqué comme surprise pour passer la soirée avec lui. Mais Angel n’a pas envie de les voir, pas ce soir, il a un rendez-vous autrement plus important. Seulement, comment les renvoyer sans être méchant, comment leur expliquer?

Ce rendez-vous, il l’attend depuis 10 ans. 10 ans, jour pour jour que son père est mort et qu’il lui a donné une boite en carton à ouvrir ce soir de 31 décembre 2009.

Angel se souvient plutôt bien de son père et il lui manque terriblement. D’autant plus qu’il ne se sent pas à la hauteur du tout. Il n’a ni son charme ni son humour légendaire. Tout ce qu’il peut faire pour lui ressembler, c’est essayer de se faire pousser la moustache, ce qui ne lui va pas vraiment, mais il y tient énormément.

Un roman sur le deuil, la mort d’un parent et la douleur d’un adolescent auquel il manque un parent. Comment avancer réellement, tourner la page, admettre qu’il faut vivre malgré tout et être heureux? Comment réussir surtout à comprendre que vivre n’est pas renier le souvenir de son père?

Et qu’y-a-t-il dans la boite? Un dernier trait d’humour assez risqué je trouve et surtout un très beau message à la vie et à l’amour.

Un roman sympathique pour ado. Je n’ai pas adoré, mais je l’ai lu d’une traite tranquillement.

————————————————————-

Titre : Sur le toit
Auteure : Frédérique Niobey
Date : 2013
Nombre de pages : 122

A partir de 13 ans

51d1Uk9+JbLAyant entendu du bien de ce roman et en le voyant arriver à la bibliothèque, je l’ai catalogué et emprunté. Je ne sais pas trop à quoi je m’attendais, mais pas vraiment à ça. Je dois avouer que j’ai été un peu déçue…

Un groupe de jeune décide de se retrouver sur un toit à la tombée de la nuit. Avec eux une caméra. Chacun d’entre eux va raconter un morceau de leur vie, une histoire qui leur tient à cœur.

On en sait trop ou pas assez sur les histoires de ces jeunes. Je dois avouer que je n’ai pas aimé rester dans le vague à propos de leurs histoires, j’ai trouvé cela dommage.

Autre point…négatif? (je ne suis pas sûre que cela soit réellement négatif…mais cela m’a un peu dérangé quand même…). Toutes ses histoires sont tristes. Ce ne sont que des vies tristes, sans espoir, négatives, pleine d’incompréhensions, de haine, de racisme…je trouve cela un peu dommage. Personne n’a eu d’enfance heureuse? J’ai peine à y croire…ou alors j’ai vraiment été extrêmement privilégiée avec mon enfance heureuse?

Ensuite, cette capacité qu’ont les adolescents à voir tous les adultes comme des êtres amorphes, sans plus de vie ni de liberté ou de volonté…c’est un peu trop réducteur je trouve. Bien évidemment, ils ne peuvent pas s’en rendre compte, mais cela m’agace quand j’entends des ados partir du principe que les adultes ont renoncé à ce qui est la vraie vie, la liberté…

L’adolescence est un temps de recherche, d’incompréhension, de grands mots et déclarations…Ces adolescents ne font partie des jeunes fortunés qui ont une famille aimante et stable. Ils cherchent à se faire entendre, à avoir le droit d’avoir le droit à la parole.

Un roman ado, dont je ne sais toujours pas exactement quoi penser…mais je ne regrette pas ma lecture et je trouve que Rouergue fait des romans très intéressants.

———————————————————–

Titre : Les filles sont bêtes, les garçons sont idiots
Auteur : Vincent Raualec
Date : 2006
Nombre de pages : 76

 A partir de 12 ans

51DCJ9T8F0L (1)C’est le titre qui m’a attiré dans ce petit roman! Je le trouvais assez intriguant!

Petit livre sympathique, pas incroyable non plus. Il parle de la difficulté pour les adolescents de se comprendre entre garçons et filles. Déjà qu’il est compliqué de se comprendre soi-même, les relations amoureuses ne sont pas toutes simples!

Arthur a donc 12 ans. Et il s’intéresse aux filles. Seulement, Arthur est consciencieux. Avant de se lancer, il préfère toujours connaitre et maîtriser son sujet, afin d’éviter les erreurs.

Il par alors dans toute une quête philosophique pour essayer de comprendre la psychologie des femmes (quitte à dévorer les cosmopolitans de sa mère et à relever les incohérences : quoi, les filles veulent le prince charmant mais aussi le bad boy? Mais c’est un non-sens!!)

Et surtout, il essaye de comprendre ce mystère : les filles sont bêtes. Alors pourquoi est-ce que les garçons ont envie de les embrasser?

Vaste question!

Un roman sympathique donc. Arthur est proprement insupportable par contre et je comprends sans peine tous les râteaux qu’il se prend avec son enquête. Mais on peut dire qu’il ne doute pas de lui! Il est même prêt à se faire passer pour un grand reporter d’un site « trop-pas.com », le site du magazine qui ne se la pète pas (faut oser quand même), afin de pouvoir questionner les filles et voir si elles seraient d’accord de faire des travaux pratiques!

Un roman qui se lit vite, qui peut, je pense, plaire sans problème aux jeunes de 12-14 ans.

———————————————–

Titre : Maïté Coiffure
Auteure : Marie-Aude Murail
Date : 2004
Nombre de pages : 178

A partir de 12 ans

maite-coiffure-18928Marie-Aude Murail, c’est comme une institution en littérature jeunesse. C’est une des auteures incontournables. Je me souviens d’un de mes coups de coeur Miss Charity…quelle merveille! Je me forçais à lire le plus lentement possible pour ne pas trop rapidement le finir!

Tout cela pour dire, que mine de rien, un roman de cette auteure, c’est une valeur sûre. Je me suis donc tranquillement mise à lire ce petit livre, dont le résumé me plaisait bien!

Louis Feyrières est en troisième. Élève assez médiocre il doit faire un stage d’une semaine, mais n’a aucune idée (et aucune énergie, soyons honnête!) pour en trouver un. Sa grand-mère lui propose de demander à sa coiffeuse si elle prend des stagiaires. Son père, chirurgien se gausse, le métier de coiffeur était beaucoup trop manuel pour lui. 

Mais comme il n’a rien trouvé d’autre, il est bien obligé de commencer son stage dans le salon « Maïté Coiffure.

Maïté Coiffure, c’est l’histoire assez banal d’un enfant qui n’est pas fait pour l’école. Dans un monde parfait, tout le monde passe le bac général, fait des études et a un excellent travail bien rémunéré. Mais il y en a, l’école, la méthode de travail, ce n’est pas pour eux. Et ici, ce n’est pas pour Louis.
Alors qu’il est paresseux, indifférent en classe, il se découvre travailleur, douté et enthousiaste dans ce salon de coiffure. Il découvre dans ce petit salon à l’atmosphère joyeuse une passion et un métier. il s’y sent bien et n’a pas envie de repartir.

Ce roman se lit vite et bien, je crois l’avoir lu en moins de 3 heures. Bon, c’est un peu « bon enfant » on va dire…tout est d’un seul coup tellement évident. Louis a eu de la chance de tomber du premier coup par hasard sur la passion de sa vie. Et il a d’autres choses qui sont un peu trop…faciles. Mais bon, les personnages du salon sont sympathiques et attachants, Louis aussi, l’histoire est intéressante et j’ai beaucoup aimé la conclusion. Un roman donc fort sympathique.

Publicités