Mots-clefs

, , , ,

Titre : A comme aujourd’hui (vo : Every Day)
Auteur : David Levithan
Date : 2012
Nombre de pages : 373
Age : à partir de 15 ans

photo2 (1)

  • L’intrigue

A est un être humain particulier. Depuis sa naissance, il se réveille tous les matins dans un corps différent. Il ne connait rien de la personne dont il occupe le corps et ne sait jamais où il va atterrir la journée suivante. Car il n’emprunte le corps des êtres humains qu’une seule journée.

Il s’est donc fixé des règles très simples : accepter cette existence, ne pas s’attacher, ne pas se faire remarquer et ne rien faire pour changer la vie de la personne dont il occupe le corps.

Mais un matin, il se réveille dans le corps de Justin et fait la connaissance de Rhiannon. La petite amie de Justin. Une jeune fille incroyable. Il tombe éperdument amoureux d’elle. Et il refuse de la laisser tomber. Tous les jours, sous des corps différents, il va essayer de l’approcher, d’apprendre à la connaitre et de l’aimer.

  • Ce que j’en ai pensé

Un roman pour adolescent intelligent. C’est la première chose que j’ai pensé quand j’ai terminé ce roman.
Une collègue me l’a vivement conseillé et je me suis laissée tenter…même si j’ai mis un moment avant de l’ouvrir. Mais une fois ouvert, je l’ai terminé dans la journée. On ne peut pas s’arrêter, c’est un véritable « page-turner ». C’est un roman fantastique à cause de sa trame, mais cela s’arrête là je trouve. C’est surtout un roman psychologique.

Je trouve que l’idée est géniale. Je suis sûre qu’elle n’est pas neuve (il n’y a plus grand chose de neuf en littérature je pense…il y a des manières différentes de raconter les choses!), mais elle est très bien traitée. Non seulement A se réveille chaque matin dans un nouveau corps, mais en plus il doit apprendre à gérer ce corps.
Car il se réveille aussi avec la mémoire de ce corps, avec ses envies et ses manques. L’être humain qu’il occupe a fait la java la nuit dernière? Il se réveille et vit sa gueule de bois. Une personne est extrêmement dépressive? Il doit gérer le corps en dépression qui joue négativement sur son esprit. Un corps drogué? Il vit la dépendance à la drogue et doit essayer de se rappeler qui il est vraiment et qu’il n’est que de passage.

Sa vie est absolument abominable. Il s’est choisi une sorte de prénom « A », pour ne pas sombrer dans la folie, il s’est fixé des règles de vie, des consignes. Il arrive à vivre, à connaitre des moments agréables…mais sa vie reste plus ou moins un enfer.
Car A n’est pas un pauvre type, A réussit à tenir parce qu’il a une conscience. Et qu’il est bien décidé à ne pas faire le Mal. Que peut-on faire dans un corps qui n’est pas le sien? Où commence l’irréparable? Parce que s’il est très prudent avec le corps (et la vie!) des autres, il est tout de même frustré de ne pas avoir lui, une vie. Pourquoi lui aussi, n’aurait-il pas le droit au bonheur?

Et il rencontre Rhiannon. La pauvre, elle ne sait pas ce qui va lui tomber dessus! C’est vraiment une histoire d’amour particulière! On explore des thèmes assez compliqués dans la société.
Bien évidemment, on dit tout le temps que le physique compte moins, que l’important, c’est le caractère, la personne à l’intérieur. Mais est-ce vraiment le cas? Est-ce que le physique ne joue une très grande partie finalement? On est souvent d’abord séduit par un physique. Imaginez que ce physique change tous les jours. Tous les jours. Brun, blond, roux, maigre, obèse, handicapé, fille, garçon…et pourtant, à l’intérieur, c’est toujours la même personne.

L’autre chose géniale c’est que ce roman est tout de même un beau message de tolérance. A passe à travers tous les corps. Mais vraiment tous. Il est tour à tour garçon/ fille, hétéro/ homo. Il connait tous les types de sexualité, d’amour. Il comprend les deux sexualités et ne se sent finalement ni réellement homme ni réellement femme. Il est lui. Et il continue, homme ou femme a aimer passionnément Rhiannon.

Rhiannon est une jeune fille assez formidable, mais finalement c’est A qui fait tout le roman. Elle n’est qu’une gentille adolescente qui a la chance/ malchance d’être l’objet d’adulation d’un être humain incroyable. Parce qu’A est une personne exceptionnelle, sans aucun doute. Vivre ce qu’il vit et continuer jour après jour à rester droit honnête, à se préoccuper de questions éthiques…je trouve cela impressionnant. Et c’est là que le titre original « Every day » prend tout son sens (encore mieux que le titre français). Parce que c’est réellement tous les jours qu’il doit reprendre et tenir ses décisions de rester une personne respectable.

[Attention, je dévoile la fin]

Je dois avouer que j’ai appréhendé la fin. Beaucoup. J’avais peur du happy-end tout sucré et dégoulinant et complètement stupide et non-crédible. J’avais aussi peur de la fin tragique, catastrophique, pleine de morts et de belles déclarations d’amour qui auraient rendu ce livre ridicule.

Et bien non. La fin est logique. La fin est bien. Leur histoire d’amour n’était pas possible. Point. Il a eu du mal à l’accepter, à le digérer, il s’est battu, a tout tenté, mais à un moment, il fallait arrêter les bêtises et enfin enfin partir pour délivrer la pauvre Rhiannon. Bon, le fait de lui trouver le garçon parfait pour elle est peut-être un peu too much, mais cela ne passe pas trop mal.

La fin est poignante, dure, cruelle et quelque part aussi belle. Il ne pouvait y avoir que cette fin-là, depuis le début de toute façon.

——————————————————-

Un excellent roman pour adolescent que je vous conseille vivement! La trame est géniale, le style agréable, ce roman m’a vraiment fait du bien! Pas avant 15/16 par contre.

  • Extrait

La constance de l’amour n’étonne pas plus les gens que celle de leur propre corps. Ils n’ont pas conscience du fait que le plus beau dans cet amour, c’est sa présence dans la durée. Quand l’amour dure, il sert de fondation à votre vie. Privée de sa présence quotidienne, celle-ci repose sur des bases beaucoup plus fragiles. 

Publicités