Mots-clefs

, , , , , ,

Titres : Les sorcières de Skelleftestad tome 1 L’étrange mariage de Nils Swedenborg Tome 2 Les sœurs Swedenborg
Auteur : Jean-François Chabas
Date : 2010 – 2011
Nombre de pages : 104 ; 117
Age : 12 ans

Sorcieres-Skelleftestad-2-tomes-copie-1

  • L’intrigue

Johanna demande à sa mère, Ingrid, de lui raconter sa rencontre avec son père.
Demande banale…mais Ingrid est une sorcière. Elle raconte donc comment elle en est venue à épouser Nils, un des hommes les plus stupides du monde et comment elle a eu trois filles. On découvre le quotidien d’une sorcière maléfique.

  • Ce que j’en ai pensé

Ces deux petits tomes me faisaient de l’œil depuis un moment et j’ai fini par craquer lamentablement et par les emprunter, alors que j’ai environ 15 livres jeunesse de la bibliothèque qui m’attendent chez moi. Je sais, ce n’est pas sérieux.

Mais pour ma défense, ils se lisent très vite et je les avais terminé en un rien de temps! J’ai donc passé un bon moment avec ces deux tomes et Jean-Fraçois Chabas est définitivement remonté dans mon estime. Les temps où je trouvais que cet auteur était décevant (avec le roman « Le jardin de l’homme léopard« ) sont donc bien loin!

En lisant ces romans, j’ai eu un l’impression de me retrouver dans un conte!
En effet, c’est une histoire pleine de sorcières, de sorts maléfiques, de transformations. Mais l’ambiance est plutôt « bon enfant » et surtout assez drôle! La sorcière aux pouvoirs terrifiants est une « Dame » plutôt bien élevée qui houspille les chats qui lui manquent de respect et qui est toujours prête à lancer un sort terrible pour s’amuser et Nils, le père est tellement stupide qu’il ne se rend pas compte que quelque chose cloche sérieusement avec sa famille!

On ne sait pas exactement à quelle époque cette histoire prend place, mais ce n’est certainement pas notre siècle. L’électricité n’a pas été inventée encore, c’est plutôt un monde rural et religieux. Pas le meilleur environnement pour des sorcières donc, qui ont intérêt à être prudentes et ingénieuses si elles ne veulent pas finir sur le bûcher! Car ce sont des sorcières maléfiques. Elles aiment faire le mal, détruire, se moquer, tuer…
On pourrait parler de fantastique (puisque ce sont des sorcières, qu’il y a de la magie…) mais j’aurais du mal à dire qu’il s’agit réellement de romans fantastiques. C’est plutôt humoristique. La sorcellerie est plus un moyen pour faire rire qu’autre chose. C’est mon avis bien évidemment.

J’ai préféré le premier tome au second, certainement parce qu’Ingrid m’intéressait plus que les trois sœurs. Mais j’ai passé un très bon moment aussi bien avec le tome 1 que le second.

Tome 1

Ce tome installe le récit et même si Joanna est la narratrice, on ne l’a voit apparaitre que lors des dialogues avec sa mère, pour lui soutirer des informations sur son passé.

Le thème principal de ce premier tome est (comme le long sous-titre l’indique si bien!), le mariage de Nils Swedenborg avec Ingrid la sorcière. Et le début de leur vie de couple avec l’arrivée des enfants.

Une histoire qui semble donc assez banale quand on y pense : une fille qui demande à sa mère de lui raconter comment elle a rencontré son père, comment ils se sont mariés, comment ils ont eu des enfants…
Seulement, la mère de Joanna est une sorcière. une abominable sorcière. Très belle physiquement, elle fait tourner la tête de tous les hommes et rend jalouses les femmes.Mais intérieurement, elle est aussi noire que l’enfer et régulièrement, elle a besoin de faire le mal pour bien vivre.

Franchement, ce premier tome est drôle, très drôle. On ne peut que se prendre d’amitié avec Nils qui est tellement bon et gentil (et idiot!) que même sa femme -qui l’a tout de même choisi parce qu’il était tellement stupide qu’elle pouvait lui faire avaler tout et n’importe quoi- vit finalement bien près de lui. Il passe son temps à dire n’importe quoi, à ne rien comprendre et à ne s’étonner de rien. Très pratique pour Ingrid qui peut ainsi être libre.

Le mariage est tellement invraisemblable qu’on ne peut qu’en rire! Et la conception des enfants aussi (grossesse de trois mois ) ainsi que la naissance de l’enfant sous forme d’œuf géant…

On passe donc un bon moment avec ce premier tome et on a envie de passer à la suite rapidement!

 

Tome 2

Le deuxième tome tourne autour des trois filles (toujours comme le sous-titre l’indique!) et tout particulièrement autour de l’ainée Johanna, la narratrice du premier tome.

Elles sont donc trois (Greta, Agnès et Johanna) à être devenues des sorcières lors de leur 16e année.

Mais leur mère est déçue. Si ses filles sont sans aucun doute des véritables sorcières, elles ne font rien pour rendre leur mère fière. L’une passe son temps à cuisiner et à manger, portée par son goût pour la nourriture, l’autre est extrêmement coquette et ne fait que se créer des vêtements. Quand à Johanna, elle réfléchit, elle médite et médit, mais semble incapable de passer à l’action. Pas de quoi rendre Ingrid très fière!

Elle finit par mettre sa fille ainée au défi : est-elle oui ou non capable d’être une véritable sorcière? Qu’elle le prouve!

Se sentant insultée, Johanna trouve  une idée qui va mettre alors le village à sang et à feu. Une idée tellement simple et pourtant géniale et subtile que le diable lui-même va venir la féliciter et lui offrir un vœu…

Toujours dans la veine de l’humour, jean-François Chabas continue à explorer les possibilités qu’un quotidien de sorcières peut offrir.

 

[Attention, je dévoile la fin]

J’ai trouvé le sort que Johanna lance absolument génial! Le principe est simple : forcer tous les habitants de la ville à dire exactement ce qu’ils pensent.
Et en effet, au bout de quelques heures, le village est ravagé. Les femmes qui sont avec leurs époux pour de l’argent, les hommes qui trompent leurs femmes, les querelles de voisins, les arnaques…

J’ai adoré Ingrid, qui prend plaisir à se promener dans le village pour constater l’effet du sort, alors que beaucoup de femmes l’insultent et qui se contente de haut, à secouer la tête en déplorant le manque d’éducation des gens. C’est juste génial!

La fin de ce deuxième tome est…particulière. Je ne m’attendais pas tellement à ça, puisque le reste du livre est plutôt est « gentil ».

Johanna demande au diable de rendre son père intelligent. Et voilà que son père devient un tyran, qui veut remettre sa famille dans le droit chemin, interdire à ses filles et femme de sortir et qui entend à ce qu’on lui obéisse. Bien évidemment, Johanna se rend compte qu’elle a cassé l’équilibre familial avec son vœu et souhaite retrouver son père aimant, quitte à ce qu’il reste stupide.

Le diable furieux d’être dérangé pour rien, décide de donner une leçon à Johanna en revenant sur son vœu et en y ajoutant…un petit supplément, histoire qu’on ne dise pas que « le diable n’est pas généreux ».

C’est assez épouvantable, parce que le dernier paragraphe ne donne pas réellement d’explication. On peut lire Johanna raconter son quotidien, comme durant tout le roman, mais très vite, on s’aperçoit qu’il y a un problème. Et on se rend compte en la lisant que le diable l’a rendu aussi bête que son père.

On voit clairement qu’il ne vaut mieux pas jouer avec le diable, sorcière ou pas.

———————————————————————-

Deux petits romans charmants, à lire dès 11/12 ans je pense, drôles et intelligents! Je le conseille donc!

  • Extrait

– C’est tout bonnement incroyable, le nombre de médisances qu’on peut colporter sur les sorcières. Un vrai scandale. A les écouter tous, nous aurions tellement de défauts…Alors qu’en fait, c’est surtout une question de coutumes, tu vois, Johanna.
– Comme quand tu as transformé en sapin ce voyageur de commerce qui t’avait juste demandé l’heure…
– Exactement! C’est une coutume.

 

Publicités