Mots-clefs

, , , , ,

Titre : Colin Fisher : un garçon extraordinaire
Auteurs : Ashley Edward-Miller et Zack Stentz
Date : 2012
Nombre de pages : 191 
Age : 13 ans

1336381-gf

  • L’intrigue

Colin Fisher est un garçon extraordinaire. Atteint du syndrome d’Asperger, il a du mal à s’adapter à la vie du lycée. Ne supportant pas qu’on le touche, incapable de reconnaître les sentiments des autres sans ses fiches faciales, il excelle pourtant du point de vue intellectuel.
C’est ainsi que lorsqu’un revolver est retrouvé dans la cantine du lycée et alors que toute l’école se tourne automatiquement vers une petite brute qui fait le coupable parfait, il comprend que la police se trompe et décide avec son sens de l’observation de mener l’enquête et de découvrir le véritable coupable.

  • Ce que j’en ai pensé

Ce n’est pas le premier roman jeunesse que je lis où l’enfant est autiste et atteint du syndrome d’Asperger. J’en ai lu deux dernièrement dont L’étrange disparition du cousin Salim de Siobhan Dowd, que j’avais aimé!

Cela donne toujours des romans hors du commun. Et souvent dans ces romans, les enfants sont atteints du syndrome d’Asperger, qui est une chance dans l’autisme, puisque l’enfant est -malgré de gros handicaps sociaux- quand même capable de communiquer et d’interagir avec le monde. Ce n’est pas le cas de toutes les formes d’autisme loin de là.

On a deux histoires en parallèle : la vie de Colin et comment il vit quotidiennement avec son handicap d’un côté et son enquête policière de l’autre.

D’ailleurs dans les romans avec un personnage atteint de ce syndrome, il y a tout le temps une enquête policière, puisque ces personnes-là ont un sens de la logique et une intelligence bien plus fine et développée que le reste des êtres humains. Il y a donc grand intérêt à les voir résoudre des énigmes et à comprendre -bien après eux- comment ils en sont arrivés là.

Ces enfants questionnent aussi sans honte et sans diplomatie les codes qui régissent notre société, et montrent les incohérences de la politesse et de l’hypocrisie du doigt…Ce qui donne toujours lieu à des scènes plutôt drôles!

Colin est -je trouve- assez attachant, même si le récit est raconté d’un point de vue très neutre et sans émotion (normal puisque ce sont les pensées de Colin qu’on suit et qu’il n’arrive pas à ressentir des émotions qui sont normales pour nous).

J’ai nettement préféré le récit de sa vie plutôt que l’enquête policière. J’ai aimé voir comment sa famille gérait cet enfant, comment son frère vivait cette situation particulière…c’était vraiment assez agréable à lire!

J’ai été décontenancée par la fin par contre…plusieurs éléments semblent indiquer qu’il va y avoir une suite à ce roman, mais j’ai du mal à en être persuadée. On peut dire que la fin est assez étrange…pour le moment, il n’y a pas de suite annoncée.

———————————————————

Un petit roman très agréable. Je pense qu’il pourra sans problème séduire les enfants dès 13 ans. Je le conseille donc.

  • Extrait

« Pourquoi » est sans doute la question la plus importante d’entre toutes, parce que le comportement humain n’obéit pas toujours à la logique. Le comportement humain n’est pas une énigme qui peut se résoudre ou s’expliquer en termes mathématiques. C’est avant tout quelque chose qui se vit.

Publicités