Mots-clefs

, , , , , , , , ,

Moi et la littérature jeunesse

 

Et voici une autre sélection de romans pour la jeunesse!

1. Treize petites enveloppes bleues de Maureen Johnson
2. Le Préau des Z’héros d’Estelle Billon Spagnol
3.Les bons plans de Charlie Jackson pour réussir sans rien faire de Tommy Greenwald
4. L’ogre au pull vert moutarde – Marion Brunet
5. Sauf que – Anne Vantal

 

 ——————————————————————-

Titre : Treize petites enveloppes bleues
Auteure : Maureen Johnson
Date : 2005
Nombre de pages : 347

A partir de 13 ans

IMG_0498Une fois n’est pas coutume, je n’ai pas vraiment apprécié le conseil de ma collègue.

Ce roman en fait, c’est de la chick-litt pour adolescent.

Je n’aime pas la chick-litt, je n’arrive pas à aimer. J’ai pourtant essayé et j’avais fait une heureuse rencontre avec La fille qui voulait être Jane Austen de Polly Shulman.

Je ne lirais pas le tome 2, je ne saurais jamais ce qu’il y a dans la dernière enveloppe…et franchement, ce n’est pas très grave!

Je le conseille pour les jeunes filles qui aiment les « histoires de filles ».

Ginny est inconsolable depuis la mort de sa tante. Un jour, elle reçoit une série de petites enveloppes bleues, avec des instructions à suivre, des contacts et des destinations : sa tante a décidé de lui donner un drôle d’héritage!

Un long voyage va alors commencer pour l’adolescente, un voyage initiatique, pour découvrir l’Europe et se découvrir soi-même!

J’ai trouvé Ginny peu intéressante et sympathique et la tante vraiment gonflée. Je n’ai pas vraiment réussie à être intriguée et à savoir la suite. Trop léger, trop plat…Donc définitivement, ce genre de roman n’est pas pou moi.

————————————————————–

 Titre : Le préau des Z’héros 
Auteure : Estelle Billon Spagnol
Date : 2012
Nombre de pages : 94

A partir de 9 ans

Benjamin a complètement raté sa rentréele-préau-des-zhéros. Il est devenu un loser, un paria. Il ne comprend pas pourquoi, il ne voit pas la différence entre lui et les autres élèves.

Mais ses camarades l’ont surnommé « Tête-de-Hareng » et l’ont forcé à aller au fond de la cours sous le « Préau des Zéros » avec les trois autres losers.

Mais Benjamin ne comprend pas, il ne trouve pas du tout qu’il mérite ça! Les autres souffres-douleurs sont pour lui des cas, ils ont « mérité » leur sort! Lui n’a rien à voir avec eux!

Benjamin est donc seul. Seul face à cet harcèlement : ses maîtres ne voient rien, sa mère n’a pas le temps de voir qu’il se passe quelque chose, son grand frère ne comprend pas…

C’est l’isolement qui est le plus grave. Il est maltraité, mais ne peut pas en parler. Rapporter? Impossible. Essayer d’agir seul? Il a essayé, mais il est trop petit, trop seul, face aux petits caïds de la cour de récréation. Se lier avec les autres losers? Il refuse, ce n’est pas de son niveau. Il ne veut pas qu’on puisse les voir ensemble, les croire amis.

Un roman pour les plus jeunes sur le harcèlement, où Benjamin va comprendre qu’il ne peut pas rester seul face à cette situation, que ce n’est pas normal et qu’il lui faut des alliés. Mais où les trouver?

C’est un tout petit roman plaisait à lire, assez drôle par moment, mais très sérieux aussi. Par contre, j’ai trouvé que le thème du harcèlement est quand même traité de manière très légère…aucun adulte, aucune punition, rien qui n’est pris en charge…c’est comme ses enfants étaient seuls et qu’ils devaient se débrouiller seul. Je me demande même si souvent ce n’est pas ainsi que cela se passe. Si le parent n’est pas assez attentif, il peut laisser passer des signes et tant que les élèves ne sont pas violents physiquement, c’est difficile de voir quoi que ce soit et d’avoir des preuves.

Mais j’ai trouvé ce petit livre très bien fait, ne serait-ce que pour montrer aux enfants ce que c’est que du harcèlement moral et que cela ne peut pas rester impuni et silencieux. On peut le lire dès 9 ans.

————————————————————————————————-

Titre : Les bons plans de Charlie Jackson pour réussir sans rien faire
Auteur : Tommy Greenwald
Date : 2014
Nombre de pages : 219

A partir de 11 ans

1414832-gfCharlie Jackson est un collégien qui a une particularité. Il hait lire. Mais vraiment haïr. Il a d’ailleurs trouvé une méthode pour ne jamais lire le moindre livre en entier : il lit le premier et le dernier chapitre, puis, en échange de friandises, demande à son ami Timmy de tout lui raconter.

 

Mais il se fait attraper par ses parents et ses professeurs et est mis devant un choix : ou il lit 10 livres durant l’été avec un résumé, ou bien il écrit un livre. Il se décide pour la deuxième solution, dans le but d’expliquer au monde comment faire pour réussir sans lire. 

C’est le résumé qui m’avait plu! Un livre sur comment ne pas lire et tout faire pour! J’ai trouvé cela assez drôle! Et ce qu’on peut dire, c’est que cet enfant est drôlement dégourdi et près à tout pour mettre ses plans à exécution!

La forme de ce roman ressemble un peu au roman Journal d’un dégonflé, avec des dessins comme des BDs, des listes…assez agréable à lire pour les lecteurs qui ont du mal!

Ce qui m’a un peu dérangé, c’est l’attitude des adultes à vouloir à tout prix le forcer à lire durant ses loisirs. Plus on force un adolescent à faire quelque chose, moins cela marche, c’est logique. Vive l’esprit de contradiction!
Qu’il fasse ses devoirs et soit obligé de lire pour l’école est une chose, c’est normal, mais un enfant qui n’aime pas lire du tout et bien, on ne va pas le traumatiser et le forcer à lire quand il peut faire autre chose. C’est juste inutile et on est sûr d’en faire un adulte qui n’aimera pas la lecture.

Il faut arrêter avec ça. Et c’est pourtant une bibliothécaire qui vous le dit! Moi, j’aime les livres, je les adore et j’ai décidé de passer ma vie au milieu d’eux. Mais il y a des gens qui n’aiment pas lire. J’en connais et ce sont des jeunes adultes incroyables et cultivés. Il faut faire la part des choses : tout le monde n’aime pas la fiction, c’est comme ça.

J’ai donc été contente à la fin de ne pas avoir un gros retournement de situation avec Charlie qui se rend compte qu’il adore en fait la lecture et qui devient un grand lecteur! Cela aurait été un peu ridicule…

Un roman sympathique, qui touchera bien les enfants je pense! Dès 11 ans.

 

 —————————————————————————–

Titre : L’ogre au pull vert moutarde
Auteure : Marion Brunet
Date : 2014
Nombre de pages : 150

A partir de 9 ans

photo5
Abdou et Yoan sont deux garçons qui vivent dans un foyer pour enfants. On les a retiré de la garde de leurs parents et ils sont devenus des enfants « dont personne ne veut ».

Il est presque 3h du matin et les deux garçons font semblant de dormir. Ils ne veulent en aucun cas rater l’arrivée du nouveau gardien de nuit. Le but : le rendre fou en faisant n’importe quoi.

Au fil des mois, ils ont même mis au point des techniques et des tactiques plus horribles les une que les autres.

Alors qu’ils se décident pour « l’attaque nucléaire » qui consiste à coasser en hurlant, ils remarquent quelques détails très étranges.

Le nouveau gardien ne réagit absolument pas. Il se contente de les fixer en se lissant les moustaches et en disant : « Lequel je mange en premier? ». De plus, il est immense, très laid et il pue. Est-ce que cela pourrait être…un ogre?

Commence alors une grand course-poursuite pour éviter de finir dans le ventre de l’ogre. les enfants vont devoir user de tous leurs stratagèmes pour lui échapper!

L’auteure coupe parfois l’histoire avec des chapitres « spéciaux », expliquant comment rendre une personne âgée mangeable, comment comprendre le jargon incompréhensible des éducateurs…

C’est assez drôle, il y a un mélange d’humour, de gravité (le centre) et de conte (avec l’ogre). On passe un bon moment et l’enfant ne s’ennuiera pas, il n’y a pas de temps mort!

 

——————————————————————————-

Titre : Sauf que
Auteur : Anne Vantal
Date : 2014
Nombre de pages :78

A partir de 11 ans

saufValentin est un petit garçon « spécial », comme tout le monde dit. Ce qu’il aime par dessus tout, ce sont les chiffres : sur le chemin de l’école, il s’amuse beaucoup à compter le nombre de pas que le séparer du portail de la maison au premier carrefour…du premier carrefour à l’arrêt de bus et ainsi de suite jusqu’à l’école.

Mais ce matin-là, quelque chose d’inhabituel retient son attention : il trouve un portefeuille par terre. Décidé à le rendre à son propriétaire, il entame alors tout un périple, qui durera toute la journée!

On ne sait pas vraiment ce qu’a Valentin. On sait juste qu’il est spécial. J’ai finis par comprendre qu’il devait avoir une forme d’autisme (bien légère alors), mais un enfant de 11 ans ne saura pas le deviner.

Très logique, il prend le temps de réfléchir avant de se lancer, pour être sûr de prendre la bonne décision. Il va donc d’abord chercher à demander conseil à sa mère, puis, sa mère étant partie au travail, il va se mettre à la recherche d’un commissariat. Mais ce n’est pas simple, quand on est petit de se retrouver dans une grande ville comme ça.

Le personnage est très attachant : un peu étrange, mais adorable et très honnête, il ne lui vient pas à l’esprit que le plus simple aurait été d’aller à l’école et de donner le portefeuille à une maîtresse. Il ne lui vient pas non plus à l’esprit qu’on allait remarquer son absence et croire qu’il lui était arrivé quelque chose.

Un roman donc touchant, qui peut aider les enfants à comprendre qu’il est nécessaire d’accueillir autant que possible les enfants à l’école, même s’ils sont « étranges ». Ils ne méritent pas d’être mis de côté s’ils peuvent suivre les cours. Ce qui est d’ailleurs le cas ici. C’est plus un problème de comportement que le petit Valentin a. Il a une autre vision de la vie que le commun des mortels.

Un joli roman, qui ne payait pas de mine, mais que je ne regrette pas du tout d’avoir lu! Je ne peux que vous le conseiller! vivement!

Publicités