Mots-clefs

, , , , , , ,

Titre : Pour seul cortège
Auteur : Laurent Gaudé
Date : 2012
Nombre de pages : 185

photo1

 

  • L’intrigue

Lors d’un banquet à Babylone, Alexandre s’écroule. Il est brûlant de fièvre. Maladie? Empoisonnement?
Les généraux surveillent leur Chef, redoutant sa mort, mais commençant déjà à se partager l’héritage.

En Inde, un messager se dépêche de rentrer à Babylone, il « dialogue » avec Alexandre, l’exhortant de tenir jusqu’à son arrivée.

Dans un temple loin de toute civilisation, une escorte vient chercher une femme de sang royal pour l’amener au chevet du roi.

Trois voix, témoins de la fin d’un des plus grands conquérant du monde.

  • Ce que j’en ai pensé

Ce roman est le choix de Miss Bouquinaix pour le prix des Lectrices 2014.

J’aime beaucoup Laurent Gaudé. Mais vraiment beaucoup. Je trouve que c’est un très bon écrivain. C’est bien simple, je n’ai pas été une seule fois déçue pour le moment et je commence même à appréhender le moment où je le serais. J’étais donc ravie du choix de Miss Bouquinaix, qui m’a permis de découvrir un autre de ses romans.

Pour le moment, j’ai lu Le soleil des Scorta et Ouragan, deux excellents romans.

J’ai beaucoup aimé ma lecture. Au point d’en faire un coup de cœur! Elle m’a vraiment fait beaucoup de bien.

Qu’est-ce qui fait la force de ces romans?
Tout d’abord un style magnifique : j’ai du mal à trouver les mots pour le décrire, mais il me vient en tête : mélodieux, limpide, beau. C’est un véritable plaisir de lire ces romans, on est (moi en tout cas) véritablement bercé par la musique de ses phrases. On ne peut que continuer à lire.

Ensuite, il parle toujours de très belles histoires. Assez triste pourtant, voir assez terrible, mais elles restent très belles.
Ici, on nous parle de mort, de loyauté, d’héritages qui déchirent, le sacrifice…on ne peut pas dire que c’est très joyeux! Il ne faut pas se tromper : ce roman est particulièrement violent, comme la Grèce devait l’être en 300 avant Jésus Christ. Ils ne faisaient pas dans la dentelle, c’est le moins qu’on puisse dire!

Je ne me suis pas posée une seule fois la question de la réalité historique. Je dois dire que je m’en moquais un peu…mais je pense tout de même qu’il a du bien se documenter.
Bien évidemment, certains éléments relèvent très clairement de la fiction, mais je pense que dans les grandes lignes, il doit suivre l’Histoire.
Je ne sais pas d’ailleurs si on peut réellement qualifier ce roman de « roman historique ». Je ne trouve pas que cela soit réellement un roman historique. Cela m’a fait un peu penser à Homère et ses livres, tellement le texte de Gaudé est mélodieux, on dirait presque un poème à plusieurs voix! (oui je suis vraiment très enthousiaste!).

Il m’a en tout cas donné envie d’en savoir plus sur Alexandre Le Grand et cette période de la Grèce!  Qui ne connait pas Alexandre le Grand? Je trouve cela incroyable que cet homme, mort il y a plus de 2300 ans est et reste un des plus grands conquérants de notre terre. On continue à l’étudier, à écrire des livres sur lui. On ne connait pas le nom de ses généraux qui se sont entre-déchirés pour récupérer l’Empire (sauf les plus initiés d’entre nous).

Les trois voix qu’on suit sont donc celle d’Alexandre, d’Ericléops (un soldat qu’Alexandre avait envoyé en émissaire en Inde) et Dryptéis.

Ericliéops est un soldat extrêmement loyal, près à tout pour satisfaire Alexandre. Dryptéis au contraire, cherche à se faire oublier de l’Empire et du monde et tente de se soustraire aux hommes. Mais comment s’échapper quand on a du sang royal et que tout le monde se méfie de tout le monde?Ce sont deux très belles voix, surtout celle de Dryptéis, dont j’ai trouvé l’histoire passionnante. Les voix des morts et des vivants se mélangent, la frontière entre les deux est tellement fine qu’on peut avoir l’impression qu’elle n’existe pas.

Pour une fois, je ne vais pas vous dévoiler plus l’intrigue, ce serait trop compliqué. Je ne peux que vous dire une chose : c’est un très beau texte et j’ai passé un excellent moment.

———————————————————–

Une très belle lecture, que je ne peux que vous conseiller vivement (je vous conseille d’ailleurs les trois romans de Gaudé que j’ai lu!) C’est là que je vois à quel point cela me fait du bien de lire une belle écriture. excellent choix de la part de Miss Bouquinaix que je remercie vivement.

  • Extrait

Le monde entier les regarde passer en pensant qu’en ces heures où les empires vacillent, il est une chose qui reste solide, aussi solide que la puissance des montagnes, c’est le chant des femmes endeuillées. 

pl2014-photo-logo1

 

Publicités