Mots-clefs

, , , ,

Titre : L’homme de la montagne
Auteure : Joyce Maynard
Date : 2014
Nombre de pages : 319

IMG_1546

  • L’intrigue

Rachel a 13 ans et sa petite sœur Patty 11.  Leurs parents étant peu présent dans leurs vies : une mère dépressive et un père divorcé et séducteur) elles sont très libres de leurs mouvements et passent leurs après-midi dans les montagnes de la Californie du Nord.

En juin 1979 commence une série de meurtres dans les montagnes que leur père, inspecteur de police doit résoudre. Mais les mois et les victimes passent et le tueur reste introuvable.

  • Ce que j’en ai pensé

Premier livre de la rentrée littéraire que je lis!

Ce n’est pas un secret, j’ai découvert Joyce Maynard l’année dernière et j’aime beaucoup cette auteure.

J’ai beaucoup aimé Baby Love, les filles de l’ouragan et dernièrement j’ai adoré Long week-end, qui fut même un coup de cœur pour moi.

Quand j’ai appris qu’un autre de ses romans étaient sortis en français, j’ai donc tout fait pour me le procurer à la bibliothèque.

Je l’ai lu très rapidement et ce fut une lecture très agréable. J’aime toujours autant son écriture, sa façon d’aborder les caractères de ses personnages. Mais ce ne fut pas un coup de cœur hélas!

Il ne s’agit pas d’un roman policier (on pourrait le penser vu le résumé), l’enquête et le tueur en série bien qu’étant très présents durant tout le récit ne sont là que pour mieux parler des deux jeunes filles Rachel et Patty. C’est vraiment un roman d’initiation.

Le thème de ce roman est vraiment la psychologie d’une enfant de 13 ans : ce qu’elle pense, comment elle perçoit les choses, comment elle essaye de grandir tant bien que mal, déchirée entre l’enfance et le début de l’adolescence.

13 ans est un âge assez intéressant chez la fille : elle oscille entre petite fille et jeune fille, souvent elle a ses règles pour la première fois, elle découvre la sexualité, elle perçoit mieux les nuances chez les adultes…

Son père par exemple, qui durant toute son enfance fut un héros parfait, un homme exceptionnel à tout niveau, devient de plus en plus critiquable, de plus en plus fané au fur et à mesure que le temps passe et qu’elle se rend compte de ses défauts et travers.

J’ai aussi beaucoup aimé la relation entre les deux sœurs, qui forcément évolue, puisque Rachel quitte l’enfance et grandit. Avec une mère qui s’enferme dans sa chambre et un père quasi-absent, elles sont seules et ne peuvent compter que sur elles-même. C’est vraiment une très belle relation.

L’enquête policière n’est vraiment pas au premier plan et même si j’ai été gênée par certains éléments (les « visions » de Rachel par exemple), elle a été plutôt intéressante à suivre.

————————————————-

Ce n’est pas mon roman préféré de cette auteure (ma préférence reste à Long week-end) mais cela reste un très bon roman, une lecture fort agréable que je ne peux que conseiller! Un bon livre de la rentrée littéraire 2014!

  • Extrait

En quarante-quatre ans d’existence, il y a au moins une chose que j’ai apprise sur les filles de treize ans. Cette chose, je la connais pour avoir été l’une de ces adolescentes, et aussi la sœur, l’amie et l’ex-amie de plusieurs autres.

Les filles de treize ans vivent dans deux mondes séparés. Citoyennes de ces deux mondes aussi différents l’un de l’autre que, par exemple, la Croatie et la Papouasie Nouvelle-Guinée, Mercure et Saturne, elles circulent entre eux avec autant de facilité qu’entre les deux rives du Golden Gate Bridge, quand ce n’est pas l’heure de pointe, ou entre North Beach et la Cité de la Splendeur matinale. 

Publicités