Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

Titre : La Divine Comédie
Auteur : Dante Alighieri
Date : 1472
Nombre de pages : 628

IMG_0632

  • L’intrigue

Alors que Dante Alighieri traverse une crise de foi et est égaré spirituellement, il se promène en cherchant des réponses. Au milieu d’une forêt, il décide d’aller vers une montagne ensoleillée, imaginant qu’il s’agit du droit chemin. Mais des obstacles l’en empêchent et tombant, il rencontre Virgile qui vient vers lui. Le poète mort lui explique qu’il a été envoyé par Béatrice, une femme morte trop tôt que Dante a aimé, pour l’aider à retrouver le droit chemin et lui montrer les trois mondes, où les âmes se retrouvent après leur mort.

  • Ce que j’en ai pensé

Fin novembre, j’ai décidé de sortir ce monstre de la littérature de ma PAL. Cela faisait plusieurs années que j’avais envie de lire La divine Comédie et j’avais fini par m’acheter un exemplaire, me doutant bien qu’un prêt à la bibliothèque ne suffirait pas.

Je voulais pouvoir le lire à mon rythme, tranquillement.

Et c’est ce que j’ai fait : j’ai décidé d’en lire tous les jours 20 pages (et si je finissais mes 20 pages avant la fin d’un chant, je terminais aussi le chant en cours!). Je m’étais donné un gros mois pour le terminer et j’ai même terminé avec une petite semaine d’avance (oui, quand il ne reste plus que 100 pages, on accélère!).

Je crois bien que Dante Alighieri doit être un de ses seuls auteurs au monde où son prénom est plus célèbre que son nom de famille! J’étais d’ailleurs persuadée que Dante était son nom de famille! Même sur la couverture de mon livre il n’y a écrit que son prénom. C’est assez étrange, même si tout le monde sait de qui il s’agit. On ne pourrait pas vraiment faire la même chose avec les autres auteurs!

Cette version date de 2010. Il s’agit d’une édition de Flammarion et d’une traduction de Jacqueline Risset, spécialiste de Dante.

La divine Comédie est constituée de trois parties : l’Enfer, le Purgatoire et le Paradis.
Chacune de ses parties est composée de 33 chapitres appelés « chant ».

Ce fut une lecture assez laborieuse, il faut l’avouer, très motivée au début, moins sur la fin…il y a eu des passages passionnants, d’autres, où je me suis ennuyée ferme.
En tout cas, ce fut une lecture très intéressante, sans le moindre doute! Mais cela ne fut pas une lecture agréable.

Pour lire sérieusement, il fallait bien évidemment se reporter tout le temps aux notes de fin de livres, pour bien comprendre de quoi ils parlaient. C’était assez agaçant, parce qu’il y avait beaucoup (vraiment beaucoup!!) de notes. J’avais donc deux marques-pages pour ne pas perdre trop de temps.

Par contre, il ne faut pas perdre de vue que c’était un roman d’actualité pour Dante. Il parle beaucoup de faits, de gens qu’il a connu personnellement et qui devaient certainement être des personnalités importantes durant ces années, mais qui, pour moi, sont des inconnus.
Je préférais nettement quand il parlait des grands héros de la mythologie grecque, ou bien de personnalités, dont la renommée est arrivée jusque dans les années 2000!

J’ai très nettement préféré les deux premières parties du Chant à la dernière. J’ai eu du mal à terminer « Le paradis » et c’est uniquement en me tenant fermement à ma règle de « 20 pages par jours » que j’ai réussi à terminer ce livre.

La partie Enfer :

J’ai terminé la partie de l’Enfer assez rapidement. C’est certainement la partie la plus connue, celle dont on parle le plus en tout cas et également celle que j’ai préféré, parce qu’elle est très intéressante! Dante, accompagné de son guide Virgile va donc visiter les différents cercles (9 en tout) qui composent l’Enfer et va même pouvoir poser des questions aux condamnés. On commence par les limbes (où vont les non-baptisés vertueux et d’où vient Virgile d’ailleurs, ce que je trouve assez dur…l’essentiel n’est-il pas de mener une vie juste? Alors pourquoi n’auraient-ils pas le droit d’aller au Paradis?) et on termine par le lieu d’habitation de Satan (lieu assez terrible)! C’est d’ailleurs assez drôle de voir Virgile parler et vénérer un Dieu qu’il n’a jamais connu!

J’ai été impressionnée de voir le nombre de papes qu’il y avait en enfer! Il y en a quand même beaucoup, pour des personnes qui sont sensés représenter Dieu sur terre! Il en va de même pour les religieux.

J’ai trouvé assez intéressante l’idée de faire du cercle des suicidés une immense forêt. La forêt est emplie d’arbres qui se lamentent.
C’est certainement le cercle le moins violent de l’Enfer. Ce fut donc une partie très intéressante, j’avais envie d’avancer et j’avais hâte de connaitre la suite, moins connue!

La partie Purgatoire :

Dante et Virgile sont donc sortis de l’Enfer et se retrouve au Purgatoire : ici, les âmes ne sont plus réellement punies, mais se mettent eux-même en pénitence en attendant d’être digne d’entrer au paradis.
Cela dépend pour chacun du nombre de temps et de prière qu’il lui reste à faire.

On comprend mieux la phrase que certains catholiques disent parfois « prier pour les âmes au Purgatoire », afin de raccourcir leur temps passer là-bas. Mais ce n’est vraiment plus aussi terrible que l’Enfer.
Les âmes prennent leurs pénitences de bon cœur, les comprenant même. Ils montent donc lentement la montagne, jusqu’à la rivière Léthée, qui lave les péchés une bonne fois pour toute, avant d’entrer au paradis. On y voit à peu près les mêmes pécheurs que les premiers cercles de l’Enfer, comme les gourmands, les paresseux, les avares…qui se sont repentis, au dernier moment parfois, évitant de justesse l’Enfer ainsi.

Au moment où Dante entre dans la rivière de Léthée, Virgile ne peut pas aller plus loin et laisse la place à Béatrice, qui lui avait demandé d’accompagner Dante à travers les deux premiers mondes.
C’est dommage, j’ai regretté Virgile, je l’aimais bien! Je dois avouer que j’ai eu un sacré coup de mou vers la fin du purgatoire et au début du paradis…Mais 20 pages par jour, ce n’est vraiment pas grand chose, donc j’ai pu avancer sans problème et plonger dans le Paradis!

La partie Paradis :

Mon plus grand problème a certainement été qu’on a perdu Virgile, qui s’en est retourné en Enfer et que la nouvelle guide de Dante n’était autre que Béatrice. Et franchement, Béatrice est assez insupportable! Je l’ai trouvé hautaine, toujours prête à rabaisser Dante, à lui rappeler qu’il ne sait rien, lui, alors qu’elle, âme du Paradis, sait bien plus.

Ici, c’est le contraire de l’Enfer : le Paradis est constitué de 9 sphères, qui montent vers le haut. Chaque sphère est représentée par un astre ou une planète (lune, Vénus…). Dante rencontre donc les heureuses âmes qui constituent le Paradis et qui lui parlent de leur amour infini pour Dieu.

Dans la dernière sphère, Dante rencontre même les apôtres, qui le questionnent longuement sur sa foi, pour être sûr qu’il soit bien digne d’être là et à qui il peut même poser des questions! Ce passage était assez intéressant je dois dire. J’ai bien aimé voir comment Dante se représentait les apôtres.

Ce fut vraiment la partie qui m’a le moins plu. Je pense que je commençais à en avoir un peu marre, même avec juste 20 pages par jour. Ce fut la partie la plus laborieuse, j’ai trouvé cela moins intéressant que les deux autres parties, où j’ai appris plus de choses.

—————————————–

Je suis contente de l’avoir lu, je trouvais cela important. Je suis également contente de l’avoir terminé je dois avouer! Il m’a fallu un peu de courage, mais c’est sans hésiter un grand classique de la littérature italienne (et mondiale). A découvrir donc, en prenant son temps!

  • Extraits

Par moi on va vers la cité dolente; Par moi on va vers l’éternelle souffrance; Par moi on va chez les âmes errantes.La Justice inspira mon noble créateur. Je suis l’oeuvre de la Puissance Divine, de la Sagesse Suprême et de l’Amour.Avant moi, rien ne fut créé sinon d’éternel. Et moi, je dure éternellement. Vous qui entrez, abandonnez toute espérance.

Publicités