Mots-clefs

, , , , , ,

Titre : Karpathia
Auteur : Mathias Menegoz
Date : 2014
Nombre de pages : 704

IMG_2546

 

  • L’intrigue

En 1833, après un duel, Alexander Korvanyi un jeune capitaine hongrois décide de quitter l’armée et d’épouser Cara von Amprecht, une autrichienne. Celle-ci ne supportant pas la vie mondaine de Vienne, ils décident de partir rejoindre les terres de ses ancêtres hongrois. Terre que la famille a fui depuis la révolution des serfs 50 ans auparavant, se contentant de laisser un intendant gouverner.

Arrivés en Transylvanie, ils se rendent vite compte de la situation difficile de ce pays : Peuplé de magyars, de saxons et de valaques, il faut jongler entre les différentes langues, religions et coutumes. Il va leur falloir beaucoup de courage et d’ambition pour tenter de reprendre comme ils le souhaitent ses terres.

  • Ce que j’en ai pensé

Premier livre terminé de l’année 2015 et encore un roman de la rentré littéraire 2014!

J’ai entendu parler de ce roman dès sa sortie par une libraire passionnée et elle m’avait donné envie de le lire. Mais entre tous les autres livres de cette rentrée et en voyant la taille du roman, je l’avais noté dans un coin de ma tête. Je l’ai récupéré sur ma liseuse et mis de côté. Il m’a encore plus intriguée quand j’ai vu que les médias ont commencé à en parler plusieurs semaines après la rentrée littéraire et que le roman avait reçu le Prix Interallié 2014.

Durant ces vacances de noël, je n’ai pris que ma liseuse avec moi et j’ai décidé de le commencer. Le nombre de pages m’a un peu refroidie aux premiers abords (un bon pavé de 700 pages, vive la liseuse toute légère!), mais assez rapidement, je n’y ai plus pensé, tellement j’avançais rapidement dans ma lecture!

Le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est un roman prenant! On a envie de savoir la suite, il y a très peu de temps mort. Peut-être est-il tout de même un peu trop long, mais je suis fais vraiment ma difficile là…
On peut dire que ce roman est un roman d’aventure et historique (il a fait un travail historique assez incroyable je trouve, j’ai appris énormément de choses sur la Transylvanie et ses coutumes!). Quand on sait qu’il s’agit d’un premier roman, on est curieux de voir la suite!

Il est assez difficile de s’attacher à nos deux héros : ils sont si orgueilleux, si persuadés de leur propre supériorité qu’on ne peut pas les aimer. Ce sont deux vrais nobles, sans aucun scrupule, sans aucune conscience par rapport à ceux qu’ils considèrent leurs « esclaves ». Difficile de les aimer!
Je suis persuadée qu’à la Révolution Française, ils auraient gravis les marches de la guillotine plus furieux par ce « manquement aux règles » qu’effrayés par la mort qui vient!

Comme je l’ai dit, c’est un roman d’aventure. L’histoire est plus intéressante que la psychologie des personnages je trouve. Mathias Menegoz montre à merveille la complexité de cette époque fragile, entre le moderne et le traditionnel, à jongler avec trois différentes cultures et trois manières différentes de voir les choses. C’était vraiment très inintéressant ça!

 [Attention, je dévoile une partie de l’intrigue et la fin]

Bien évidemment, l’histoire accélère très vite quand on découvre qu’une bande de contrebandier vit dans la région, profitant de la taille du territoire pour piller aux frontières du pays.
La « chasse » à l’homme s’organise alors, avec les conséquences que cela amène : morts nombreuses parmi les pauvres serfs, forcés de participer, massacres et destruction en représailles. De toute manière, ce sont toujours les plus faibles qui payent le prix fort.

J’ai bien aimé cette fin un peu ouverte. Comment après un tel carnage le couple va-t-il pouvoir se relever? Dans les faits, ils sont victorieux, certes, mais en réalité, c’est loin d’être simple. Ruinés, désunis (comment Cara pourra-t-elle jamais refaire confiance à son époux qui a préféré préserver l’honneur de son nom plutôt que tout faire pour la sauver d’une mort atroce? Comment pourra-t-il jamais régner sur son territoire haï par tous? ).
Tout le monde est puni dans ce roman, puni bien sévèrement.

 

——————————————–

Un roman assez particulier, un roman d’aventure, que j’ai apprécié, malgré quelques longueurs. Je suis contente de voir qu’on commence à en parler de plus en plus dans les médias. Je le conseille en tout cas, c’est vraiment une lecture agréable et prenante!

 

  • Extrait

Les vieux souvenirs de Vlad étaient comme de vieux vêtements : en vivant avec, en le reprenant encore et encore, il les avait rendus confortables. Même les plus mauvais souvenirs étaient ainsi rabotés, lustrés, adoucis. Ce qui avait été torture était devenu une part indissociable de lui-même : la blessure, terrible à l’origine, ne se faisait plus remarquer que comme un vague rhumatisme, une vieille cicatrice…Les vieux démons revenaient toujours mais ils étaient édentés. 

lu sur ma liseuse

Publicités