Mots-clefs

, , , , , , ,

Titre : Apprendre à finir 
Auteur : Laurent Mauvignier
Date : 2000
Nombre de pages : 127

IMG_0670

  • L’intrigue

Une femme attend le retour de son époux de l’hôpital après un accident de voiture où il a frôlé la mort chez eux. Celui-ci est immobilisé et a besoin d’une assistance constante pour aller mieux.
Elle compte sur un second départ pour leur couple, très fragilisé après l’adultère et va tout mettre en oeuvre pour retenir son mari dans leur foyer.

  • Ce que j’en ai pensé

Je savais que j’avais un autre roman de Laurent Mauvignier dans ma PAL. J’ai tellement aimé Autour du monde que j’ai rapidement eu envie de lire un autre de ses romans, je l’ai donc sorti.

J’ai été un peu surprise au début, par un style un peu plus compliqué que son dernier roman, mais c’est vite passé. Disons qu’il fallait être au calme pour pouvoir le lire tranquillement, vu la longueur et la complexité de certaines phrases. En effet, elles sont très longues, vont et viennent et semblent parfois être interminables et n’aller nulle part. Cela donne une certaine ambiance au récit qui va parfaitement avec l’histoire.

Ce fut une lecture plutôt agréable, mais loin de valoir celle de Autour du monde. Dommage. Cependant, je suis contente de l’avoir lu et je compte bien continuer ma découverte de l’auteur.

Ici, il n’y a qu’un seul narrateur, une narratrice plutôt : ce roman est le long monologue d’une femme qui cherche à se battre pour son mariage.
C’est l’histoire d’une femme blessée, trompée et déçue par son époux, qui est allé voir ailleurs. Seul un accident de voiture et l’immobilisation pendant des mois et des mois l’a ramené à elle et elle est bien décidée à le garder, tout en redoutant toujours qu’il finisse par repartir.

On suit donc les pensées de cette femme, ses allées et venues entre le passé et le présent, son besoin de tout faire, tout donner, pour l’empêcher de repartir. Elle veut changer le destin, transformer cette histoire en « détail du passé » et lui montrer qu’ils peuvent prendre un nouveau départ tous les deux, qu’elle l’aime encore et qu’il peut, lui l’aimer à nouveau…

Mais petit à petit, elle est bien obligée d’ouvrir les yeux, de voir que sa soumission, ses désirs, son besoin de lui ne suffira peut-être pas…et le doute et la jalousie reviennent la torturer : partira-t-il quand il sera remis? ne partira-t-il pas?

Elle le redoute et semble presque l’espérer également, pour que cela finisse, pour qu’enfin, elle sache où elle en est, ce à quoi elle doit s’attendre. Pour enfin, ne plus avoir l’impression de devenir folle.

Je trouve que le titre est particulièrement bien choisi! Cette femme apprend petit à petit à faire face à la réalité, à la vérité, à « finir » son fantasme de second départ, d’amour plus fort que tout.

C’est donc un monologue assez violent et puissant, qu’on ne peut s’empêcher de lire rapidement, pour enfin savoir, avec la narratrice ce qu’il en est.
Je trouve que l’auteur a très bien réussi à faire passer le désespoir, les fantasmes de cette pauvre femme, encore très amoureuse de son époux, qui n’arrive pas à se détacher et à comprendre la situation.

 ————————————————

Un portrait d’une femme blessée et fragile particulièrement poignant, une lecture plutôt agréable, si vous aimez l’auteur, je vous le conseille. Si vous ne le connaissez pas encore, je vous conseille plutôt de commencer par Autour du monde (mais cela reste mon avis bien entendu).

  • Extrait

J’avais cette boulimie qu’on a, à vouloir tout donner parce qu’on se dit que ce ne sera jamais assez à côté de ce qu’on a reçu. 

Publicités