Mots-clefs

, , , , , , , ,

Titre : Snow Queen 
Auteur : Michael Cunningham
Date : 2015
Nombre de pages : 278

IMG_2682

 

  • L’intrigue

Un soir de novembre 2004 à New-York, Barrett traverse le Central Park. Déprimé après une énième rupture, il voit une lueur étrange dans le ciel. Barrett y voit une présence bienveillante et un présage heureux. Il a envie de croire à une meilleure vie, à un changement.

Il en a bien besoin entre son frère Tyler musicien cocaïnomane et Beth, la fiancée de Tyler qui perd son combat contre le cancer.

 

  • Ce que j’en ai pensé

Je voudrais d’abord remercier vivement les éditions Belfond et Babelio pour l’envoi de ce roman! Je l’attendais depuis mi-mars, j’ai été plus que ravie de le recevoir après les quelques aléas de la poste!

Quand on m’a proposé ce roman, j’ai dit oui immédiatement. Je n’ai lu qu’un seul roman de Michael Cunningham, The Hours, que j’avais adoré. Je l’avais même lu en VO. Lire son dernier roman me tentait donc beaucoup, j’avais envie de découvrir ses autres œuvres.

La couverture est vraiment magnifique et va parfaitement avec l’ambiance du roman. Un sans faute!
C’est d’ailleurs ce qui fait tout le charme de ce roman ( à mon avis) l’ambiance. Une ambiance un peu feutrée, comme enveloppée dans la neige, douce mais froide, empreinte d’une certaine tristesse et mélancolie (c’est beau ce que j’écris hein?^^).

Ce fut une lecture plutôt agréable, mais loin du coup de cœur que fut The Hours.
J’ai mis du temps à rentrer dans ma lecture, je trouvais cela beau, mais je n’avais pas forcément envie de continuer si je le posais. Ce fut le gros problème : si j’ai beaucoup apprécié l’écriture et l’ambiance, je n’arrivais pas à trouver beaucoup d’intérêt à l’histoire.

D’habitude, j’aime beaucoup les romans lents, où il y a peu d’action, mais il faut tout de même que les personnages me plaisent et cela ne fut pas trop le cas ici. Je ne les détestais pas, c’est juste qu’ils n’ont pas réussi à soulever mon intérêt. Dommage.

Malgré tout, j’ai beaucoup aimé la relation fraternelle de Barrett et Tyler, tout en pudeur. C’est un très bel exemple de l’amour fraternel qu’il peut y avoir dans une famille. Ils se comprennent sans réellement se parler, ne se jugent pas, sont près à se disputer pour que cette relation ne change pas. Vraiment, c’était une belle relation, agréable à lire.

J’ai bien aimé aussi l’amour entre Tyler et Beth, surtout l’amour que Tyler a pour Beth, qui pourtant, n’était pas vraiment son type de fille. Un vrai exemple du coup de foudre qui marche!

J’ai préféré la dernière partie, j’ai bien aimé l’évolution du personnage de Barrett et les dernières découvertes de la vie des personnages sont assez surprenantes.

D’habitude j’aime bien les fins ouvertes, là, je dois dire que cela m’a déplu. J’aurais voulu avoir une fin plus tranchée, savoir exactement ce qui allait se passer…

—————————————

Je remercie encore une fois les éditions Belfond et Babelio pour l’envoi de ce roman!
Ce fut donc une lecture globalement agréable, avec quelques petits points négatifs, mais toujours une très belle écriture.

  • Extrait

Est-il courant chez ceux que l’amour obsède de croire qu’on peut lire leurs pensées? Sans doute. Comment, après tout, un tel tumulte d’espoir, de crainte et de désir pourrait-il être inaudible? Comment nos crânes pourraient-ils le retenir?

Publicités