Mots-clefs

, , , , , , ,

Titre : Ainsi soit-elle 
Auteure : Benoîte Groult
Date : 1975
Nombre de pages : 228

IMG_0777

 

  • Le Résumé

Benoîte Groult essaye de montrer à quel point le féminisme n’est pas une bêtise ou une mode, mais une véritable nécessité si on veut pouvoir évoluer.

Elle part des temps bibliques jusqu’à son époque pour décrire les conditions de vie des femmes et leur asservissement aux hommes.

  • Ce que j’en ai pensé

Je l’avais dit dans mon précédent bilan, j’ai eu envie de découvrir cet essai grâce au blog de Diglee et son article Femmes de lettres, je vous aime.

C’est un article assez récent de son blog sur l’absence plus ou moins totale des femmes écrivaines dans les programmes de l’éducation nationale et surtout au baccalauréat. J’aime beaucoup son blog et je vous invite à le parcourir.

Avec cet article en tout cas, elle m’a donc donné envie de découvrir l’essai de Benoîte Groult, auteure que je connaissais seulement vaguement de nom.

Alors, il faut absolument faire abstraction de l’hideuse couverture (bien évidemment, il s’agit de mon avis, mais je trouve cela vraiment très moche et pas engageant du tout…après, mon exemplaire date un peu, mais même quand on y pense, les couvertures françaises laissent parfois à désirer…c’est dommage, surtout si on compare avec les couvertures anglo-saxonnes) et se plonger dans cet essai!

Il a été assez compliqué de faire cette chronique. J’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois et encore, je ne suis pas satisfaite de cet article. J’ai l’impression de marcher sur des œufs, le sujet n’est pas des plus simples à aborder et j’ai le sentiment de mal vendre ce livre, alors qu’il est génial et que je pense que tout le monde un tant soi peu intéressé par le féminisme devrait le lire.

Evidemment, cet essai date un peu. Voir même beaucoup, puisqu’il a été écrit en 1975. Donc cela fait 40 ans. Et bien évidemment, plusieurs choses ont changé depuis cette époque-là. Mais en le lisant, j’ai quand même pu me dire que dans le comportement des gens, beaucoup trop de choses n’avaient pas ou presque pas évoluées. C’est assez effrayant.

Benoîte Groult remonte de loin (elle parle même d’Adam et Ève) pour montrer la domination du masculin sur le féminin à travers les âges et les pays.

Certains passages sont absolument ignobles, je pense en particulier au chapitre « La haine du c… ». J’ai même fini par les lire en diagonale parce que je commençais à me sentir mal. On a fait subir (et on fait encore!!) subir aux filles et aux femmes des abominations!

Je voudrais citer tout le livre, tout ce qu’elle fait remarquer, mais ce n’est pas possible. Je vais me contenter de citer une phrase qui m’a beaucoup marquée. Elle se trouve à la page 133 :

On pourrait écrire une Encyclopédie de la femme avec toutes ces petites remarques dites sur le ton de l’évidence, parfois avec haine, parfois avec une ironie débonnaire, car ils nous aiment tous, ces misogynes qui le sont si souvent sans le savoir.
On aurait tort de penser que ces détails sont sans importance : ils servent très efficacement à entretenir un climat, une mentalité.

Et je me suis rendue compte qu’elle avait tout à fait raison. Toutes ces petites phrases, où quand on les fait remarquer on se prend la réflexions « ohh mais c’est une blague, ça va, t’as pas d’humour hein » ou pire « ah ces féministes, elles sont trop dans le détail, faut se calmer un peu » n’améliore en rien le climat et l’ambiance. Si on veut changer les choses en profondeur sur l’égalité homme/ femme, il faut d’abord changer les mentalités. Et ça, c’est le plus difficile.

Surtout qu’il ne s’agit pas seulement de changer la mentalité des hommes, mais aussi celles des femmes. Très souvent (et elle la première), on est tellement habitué à ces traitements de la part des hommes, qu’on ne pense même plus à se révolter et à vouloir autre chose. Le chapitre où elle évoque ce sujet est très intéressant également, même si j’en parle assez mal.

C’est donc vraiment un essai passionnant qui passe en revue tous les thèmes importants touchant la femme et le féminisme. Elle a du avoir bien du courage pour l’écrire et le publier.

Et, cerise sur le gâteau, il m’est arrivé plusieurs fois de me mettre à rire! Oui, sur un sujet aussi sérieux, Benoîte Groult nous parle de certains thèmes (l’accouchement ou le plaisir sexuel par exemple) avec beaucoup d’humour! Une lecture vraiment agréable!

——————————————-

Un essai donc absolument passionnant, que je vous invite fortement à découvrir. Même s’il date un peu et que plusieurs choses ont changé (dieu merci), il reste hélas très actuel.

  • Extrait

Combien de temps encore serons-nous dupes des grands principes, des beaux discours ou des vilains sentiments concernant notre dignité et notre salut, sans voir ce qu’ils dissimulent, ce qu’ils ont toujours dissimulé : le refus de notre liberté, le refus de nous laisser déterminer ce que nous jugeons digne ou indigne? Sommes-nous dépourvues de jugement, de courage, du sens des responsabilités?

Publicités