Étiquettes

,

Titre : Si je reste  
Auteure : Gayle Forman
Date : 2009
Nombre de pages : 220 

IMG_2723

  • L’intrigue

Mia est une jeune adolescente sans histoire. Elle a un copain qui joue dans un groupe de rock, elle même veut devenir violoncelliste. Elle partage donc sa vie entre ses parents et son petit frère, son amoureux et l’école et son amour de la musique.

Mais un matin, un accident arrive. Seule survivante, elle sombre dans le coma, mais a conscience de tout ce qui se passe autour d’elle. Il va falloir qu’elle prenne une décision : rester ou partir?

  • Ce que j’en ai pensé

J’ai vu plusieurs fois ce livre sur la blogosphère et sur les chaines des Youtubers. Cela avait l’air d’être un roman très apprécié. Un film avait même été adapté récemment. J’ai finis par m’intéresser au sujet et cela m’a interpellé.

Une telle thématique (accident, morts, deuil, culpabilité du survivant…) avait tout pour me plaire (oui, j’aime les thèmes joyeux!^^), je me le suis donc procuré sur ma liseuse.

J’ai été un peu déçue par cette lecture. Disons que si je n’ai pas passer un mauvais moment, je n’ai pas passé un bon moment non plus. Je l’ai « avalé » comme ça, avec pas mal d’indifférence, je dois avouer. Il était donc parfait pour ma catégorie « ni agréable ni désagréable ». Un roman sans plus pour moi quoi.

Et pourtant, l’idée de départ me plaisait beaucoup, le principe qu’elle soit dans le coma, mais capable de tout voir, tout entendre autour d’elle était géniale. Que cela soit finalement à elle de décider de ce qu’elle souhaite faire aussi. J’ai bien aimé l’histoire, ainsi que son déroulé, mais clairement, je suis ressortie déçue. Heureusement qu’il ne faisait que 200 pages, je l’ai lu en une après-midi et voilà.
Alors, pourquoi cela n’a pas marché?

Plusieurs choses m’ont dérangé :

Tout d’abord la simplicité du style. Franchement, je ne sais pas si c’est la traduction, mais cela se lit très vite, sans peine certes, mais sans plaisir. C’est mon avis bien entendu, mais dans mes lectures j’aime quand l’écriture de l’auteure me parle. Ici, ce n’est pas le cas. Alors que le thème a tout pour me faire pleurer, je ne me suis pas vraiment sentie concernée.

Ensuite, c’est le côté très « bisounours » de l’histoire. Oui, c’est difficile à comprendre, vu le résumé, mais tout le monde est gentil, bon, incroyable. Mia a une famille parfaite (des parents très aimants et vachement cool, un super petit frère, un magnifique petit copain super compréhensible, une meilleure amie incroyable…) En fait, j’ai trouvé les personnages très lisses à cause de cela. C’est dommage.

Et enfin une dernière chose :
Il y a un personnage « méchant ». C’est l’infirmière grognonne qui refuse qu’Adam aille au chevet de Mia. Et ça aussi, cela m’a prodigieusement agacée : tout ce qui tourne autour de cette pauvre femme qu’on montre comme une méchante sorcière sans cœur qui ne « comprend pas ».
Bien évidemment, il s’agit du point de vue d’adolescents (quoique, les autres infirmières semblent la craindre et être sous ses ordres telles de mignonnes petites pensionnaires des temps jadis)

Seulement, cette infirmière grognonne, elle se contente de suivre les ordres et la procédure mise en place par l’hôpital. Son service est sous sa responsabilité, il arrive quelque chose, le moindre petit incident stupide, ce sera de sa faute à elle et il faudra qu’elle en porte la responsabilité.
Et en plus, franchement, il s’agit du service de réanimation, où parfois juste quelques secondes changent tout, ces deux gamins ne pensent pas que les infirmières n’ont pas autre chose à faire que de devoir surveiller les ados?

Peut-être que je fais tout un plat de quelque chose qui n’en vaut pas la peine, mais franchement, qu’est-ce que cela m’a agacé…Tout ce qu’Adam avait à faire, c’est allé voir les grands-parents de Mia. Mais bon, il voulait faire autrement…

Après, j’ai lu le roman, très rapidement, je ne me suis pas arrêtée et je voulais savoir comment cela allait se terminer, donc ce ne fut pas une déception totale. Une lecture mi-figue mi-raisin.

—————————–

Une lecture donc ni bonne ni mauvaise. Le résumé me plaisait bien, mais la simplicité de l’écriture m’a un peu déçue, ainsi que certains éléments du récit. Dommage.
Il parait qu’il y a un deuxième tome, sous le point de vue d’Adam quelques années après l’accident, mais pour le moment, je ne compte pas chercher à le lire.

  • Extrait

Vous croyez que tout dépend des médecins, ou des infirmières, ou de cet équipement? poursuit-elle en tendant la main vers le mur d’appareils médicaux. Eh bien, non. C’est elle qui mène le jeu. Alors, parlez-lui. Dites-lui qu’elle peut prendre tout le temps qu’elle veut, mais qu’elle revienne. Vous l’attendrez.

lu sur ma liseuse

Publicités