Étiquettes

, , , , , , , , , ,

Titre : Un Bonheur si fragile 1 : L’Engagement 
Auteur : Michel David
Date : 2009 (2015 en France)
Nombre de pages : 527

IMG_3255

 

  • L’intrigue

Corinne Joyal est une jeune campagnarde de 19 ans qui se fait courtiser par Laurent, un beau jeune homme dans le Québec rural de 1900.

Issue d’une famille aimante et encourageant la bonté, elle ne s’attendait pas à se retrouver avec une belle-famille dont le beau-père est avare, la belle-sœur mauvaise et l’amour inexistant.
Quand à Laurent, Corinne découvre rapidement qu’elle a épousé un homme assez immature et coureur de jupons. Durant ces premiers mois de vie commune, elle va devoir se faire aux excès de son époux et à l’avarice de son beau-père, tout en apprenant sa vie de femme mariée.

  • Ce que j’en ai pensé

Je souhaite tout d’abord remercier très vivement les éditions Kennes et Babelio pour l’envoi de ce roman.

Quand on m’a proposé de recevoir ce livre, je me suis un peu renseignée et j’ai vu que les critiques en parlaient comme le Marcel Pagnol québécois…
Il faut dire que j’adore Marcel Pagnol, donc j’ai eu envie de le lire.

De plus, la couverture m’attirait aussi beaucoup, puisqu’elle a été réalisé par Régis Loisel et Jean-Louis Tripp et inspirée de la série Magasin Général, une BD que j’avais vraiment beaucoup aimé.

Pourtant, quand je l’ai reçu, j’ai commencé à appréhender un peu ma lecture…j’avais peur que cela soit…très (trop!) simple, trop léger.  Il faut avouer que le titre (qui fait un peu…cliché on va dire) et le résumé me faisait penser à des romans très légers que je fuis dernièrement, n’y trouvant plus grand chose de neuf à découvrir…j’ai commencé à regretter de l’avoir accepté, mais je me suis tout de même lancée.

Et franchement, j’ai passé un très bon moment de lecture. Au point que j’ai regretté de ne pas avoir le tome 2 pour pouvoir enchaîner. Et je pense que je vais faire en sorte de l’avoir cette suite le plus vite possible.

Soyons clair : ce n’est certainement pas le chef d’œuvre du siècle, ce n’est pas particulièrement bien écrit (c’est agréable à lire, bien écrit, mais on est pas béat devant le style), c’est loin d’être une histoire très originale, mais c’est intéressant, on découvre un autre pays, les personnages sont attachants et on veut savoir ce qui va se passer.

J’ai trouvé cette lecture plutôt reposante en fait et j’ai donc passé un bon moment. Ce ne sera jamais mon genre de prédilection, mais je suis tombée sur la bonne saga au bon moment et je suis curieuse de voir ce qui va se passer ensuite.

J’ai beaucoup aimé le fait que cela se passe au Québec dans les années 1900. C’est un pays que je ne connais pas du tout, à une époque dont on parle assez peu (on a plus de romans sur la première ou deuxième guerre mondiale que l’avant-première-guerre on va dire). C’est surtout ça qui m’a énormément plu, j’ai vraiment pu découvrir une partie de l’histoire quotidienne du Québec.

Il y a beaucoup de descriptions sur les tâches ménagères et agricoles de l’époque, j’ai trouvé cela plutôt intéressant, ainsi que sur la mentalité de cette époque (le poids de la religion, des traditions, les hommes / femmes, le départ des hommes pour les chantiers l’hiver…)

Les personnages sont plutôt attachants et pas trop plats.
Après, j’ai trouvé que Corinne était un peu une idiote (ou une enfant de 19 ans vraiment trop amoureuse, ce qui peut être pareil)…je veux dire tous les signes avant le mariage qui lui montraient clairement que Laurent n’était pas vraiment l’homme pour elle…et elle ne le voit même pas! J’ai trouvé cela hallucinant quand même qu’elle veuille encore l’épouser son idiot! Elle prend plus de caractère après son mariage, quand elle se retrouve maîtresse de maison et qu’elle doit apprendre à tout gérer.

 

——————————————-

Je remercie encore une fois les éditions Kennes et Babelio pour ce roman. Je ne m’attendais pas à passer un aussi bon moment de lecture et j’ai hâte de lire la suite! Une lecture parfaite pour l’été!

  • Extrait

– En tout cas, beau-père, votre Laurent pourra pas se vanter d’avoir fait un bien bon mariage. Je suis sûre que la petite blonde va lui en faire voir de toutes les couleurs et ça prendra pas goût de tinette, conclut Annette au moment où l’un de ses fils, réveillé, l’appelait à l’étage.

Publicités