Étiquettes

, , , , ,

1Titre : Dieu me déteste 
Auteure :  Hollis Seamon
Date : 2013
Nombre de pages : 235

IMG_5979

  • L’intrigue

Richard Casey  va bientôt 18 ans. S’il a de la chance. Il voudrait pouvoir aller fêter son anniversaire, draguer, vivre enfin. Mais il se trouve en soin palliatif. Le message est clair, d’ici 30 jours tout au plus, il ne sera plus là, vaincu par le cancer contre lequel il se bat depuis l’enfance.

Mais il est bien décidé à profiter au maximum de ces derniers jours, à prouver qu’il est toujours vivant et à essayer de se rapprocher de sa voisine Sylvie, l’autre adolescente du service, avec il espère avoir une chance…

  • Ce que j’en ai pensé

Je ne sais pas trop ce qui m’a prise de sortir ce livre de ma PAL, alors que je n’avais pas vraiment envie de le lire…
J’avais d’ailleurs longuement hésité à l’acheter, ne sachant pas trop si j’avais vraiment envie de le compter dans ma PAL et j’avais finalement craqué pour le laisser reposer sans plus y toucher de longs mois (je crois l’avoir acheté en été dernier…).

Donc franchement, ce n’était pas trop engageant!
Et finalement…j’ai passé un bien meilleur moment que ce que je pensais! Alors que j’étais bien plus dans l’optique de me débarrasser ce livre de ma PAL, je l’ai dévoré en une demie-journée. Moi qui pensait le revendre rapidement, je vais à présent le garder.

Le cancer et la mort chez les enfants : C’est le troisième livre que je lis avec ce thème plutôt sordide. Il y a eu bien évidemment le très célèbre Nos étoiles contraires de John Green, ainsi que Quand vous lirez ce livre de Sally Nicholls. Deux romans que j’avais beaucoup aimé, car ils avaient éviter le plus ridicule : le pathétique, le « trop d’émotions ».

Et ici, c’est pareil. L’auteure (qui s’est inspirée de ses trop nombreux allers et venues dans ces services pour son propre enfant d’après la petite présentation au début) a réussi à nous parler de ce thème très difficile sans en faire trop, en évitant les pièges, en rendant cette douleur et surtout son personnage principal crédible. Et c’est vraiment le plus difficile. Donc rien que pour ça, ce fut une lecture agréable et sans cliché.

J’ai du mal à déterminer si c’est un roman jeunesse ou pas…il est souvent présenté comme étant pour les adolescents, mais je ne suis pas forcément convaincue, je trouve qu’il a sa place dans les romans adultes.

Bien évidemment, je ne m’attendais pas à un roman drôle, vu le thème, j’imaginais bien qu’on allait être dans le triste.
Mais j’ai tout de même été étonnée de voir à quel point une envie de vivre s’échappait de ses pages. C’est véritablement une célébration de la vie, coûte que coûte qu’on peut lire.

Richard a beau être mourant, il veut profiter des derniers jours qui lui reste et refuse de rester le gentil et sage patient au fond de son lit, à attendre tranquillement. Et même si c’est agaçant pour toutes les personnes autour -c’est toujours plus simple quand un patient va dans la même direction que les soignants et ne se révolte pas, c’est logique – on le comprend tout à fait et on ne peut s’empêcher de pester contre le personnel du service (qui mine de rien, ne fait que son travail si on y réfléchit bien…). 

Richard s’interroge aussi beaucoup sur la vie, le hasard, la mort…des réflexions assez intéressantes de son point de vue très particulier, un mélange d’innocence, de cynisme et de bravoure. C’est vraiment un personnage attachant.

La fin me semble logique, je ne m’attendais pas à autre chose. Je n’ai pas pleuré en tout cas, l’auteure a vraiment évité le « trop-sensible » je trouve. Elle amène la conclusion tout en douceur.
Une belle fin qui clôt parfaitement ce petit roman.

————————————————–

Une lecture bien agréable en fin de compte, loin de ce que je pensais. J’ai passé un bon moment de lecture. L’auteure a vraiment réussi à rester dans la juste mesure, ce qui est loin d’être simple avec un tel thème. Je suis donc contente de l’avoir lu!

  • Extrait

Le seul moyen de rester jeune pour toujours, si on y réfléchit, c’est de mourir avant de vieillir, non?

Publicités