Mots-clefs

, , , , , , , ,

Titre : Avis de Tempête 
Auteure : Susan Fletcher
Date : 2007
Nombre de pages : 407

img_9529

  • L’Intrigue

Moïra a vingt-huit ans. Elle est presque tous les soirs au chevet de sa jeune sœur, Amy qui est dans le coma depuis plus de 5 ans à la suite d’une chute.

Rongée par le remord de l’avoir toujours repoussé, elle lui parle énormément, essayant de s’excuser et de lui faire comprendre pourquoi elle n’a pas pu être là pour elle de son vivant.

  • Ce que j’en ai pensé

J’ai découvert Susan Fletcher l’année dernière avec Un Bûcher sous la neige, qui fut un de mes trois coups de cœur de l’année. Un roman magnifique, bouleversant, splendide…

Autant dire que j’avais très envie de lire un autre de ses romans, mais que j’avais très peur en même temps. Peur d’être horriblement déçue, ne pas retrouver l’émerveillement de ma première lecture.

J’avais ce roman depuis l’été 2012. Soit presque 5 ans. Je l’avais bien avant d’acheter « Un Bûcher sous la neige ». Je ne sais pas trop pourquoi je l’avais pris d’ailleurs…franchement, la couverture n’est pas extraordinaire, le résumé ne vend pas franchement du rêve, cela a l’air sombre…Mais je suis bien contente de l’avoir fait!

Cette lecture fut un grand coup de cœur. J’en étais même étonnée. Je n’ai donc pas été déçue, pas le moins du monde, j’ai retrouvé le même plaisir à savourer ce petit roman qui fut finalement bien trop court.

J’ai beaucoup de mal à vous parler de ce roman finalement…j’ai l’impression de ne pas réussir à lui rendre hommage comme je le souhaite.

Ce qui fait la force de ses histoires, c’est son magnifique style. Rien que pour l’écriture, je suis sûre de le relire un jour. C’est un style « vivant », on a vraiment l’impression d’y être, de marcher avec l’héroïne, de voir exactement toutes les scènes. C’est vraiment incroyable. L’ambiance de la mer est là, je n’avais qu’une seule envie, c’était de partir en Bretagne respirer un peu l’air de l’océan.

Je suis d’ailleurs impressionnée par la qualité de la traduction française. J’espère que cela rend hommage à son écriture, mais en tout cas, la version française est vraiment magnifique. L’auteure me parle en tout cas… Je trouve par contre que la traduction du titre n’a pas de sens et que c’est dommage de ne pas avoir trouvé l’équivalent en français. Le titre original est « Oystercatchers », un titre subtil et parfait pour ce roman. « Avis de tempête » est un peu fade à côté…

Forcément, je n’ai pas pu m’empêcher de le comparer les deux romans que j’ai lu de Susan Fletcher. C’est assez étrange, mais ils sont plutôt à l’opposé l’un de l’autre. Dans Un Bûcher sous la neige, l’héroïne est minuscule, mais lumineuse, pleine d’amour pour la nature et ce qui l’entoure.

Ici, c’est le contraire : notre héroïne est très grande, ridiculement grande à son avis et surtout sombre. Profondément triste et peu sûre d’elle. Elle est hypersensible, mais ne le prend pas du côté positif. Elle est persuadée ne pas valoir grand chose et ne pas être digne d’être aimé. Ce problème (que la naissance d’une petite sœur et l’arrivée dans une pension ou elle n’arrivera pas à se faire des amis) la suivra toute sa vie.

Etre sensible à ce point est un véritable handicap. D’ailleurs, elle va enterrer ces émotions le plus profondément possible et ne laisser paraître qu’une façade.
Et forcément, une jeune fille, qui a toujours l’air sérieuse, voir maussade, qui recule dès qu’on fait un pas vers elle, qui ne se laisse pas approcher…il est clair qu’on a pas forcément envie d’aller vers elle. Et elle reste donc seule, persuadée de ne rien valoir…bref, un joli cercle vicieux.

Franchement, à la place de ses parents, je ne l’aurais pas laissé partir si loin et ne presque jamais revenir. Elle avait clairement besoin d’être rassurée, d’être aimée et en voulant s’éloigner, avec la naissance de sa petite sœur,  je pense qu’ils ont raté quelque chose de très important et que le lien s’est brisé. Et la rupture de ce lien a entraîné son incapacité à accepter comme réel l’amour qui lui portait sa famille, puis son mari.

Le thème de la jalousie fraternelle est quelque chose qui me laisse assez perplexe je dois avouer. Nous sommes une grande fratrie et je ne me souviens pas avoir vécu à un moment de la jalousie de ne plus être seule avec mes parents. Eux non plus ne se souviennent pas particulièrement de phases de jalousie entre nous.
D’ailleurs, quand nous avons eu notre deuxième enfant, je ne m’étais absolument pas posée la question de la jalousie entre mes deux enfants. Et pour le moment, il n’y en a pas. Mon aîné me montre quand il a besoin de temps pour lui et c’est tout.
Donc ce thème, qui est tout de même un thème assez central dans ce roman était une certaine nouveauté pour moi.

Dès le début de l’histoire, on entre dans le vif du sujet : elle est au chevet de sa sœur dans le coma et entreprend de créer enfin un lien avec elle, en lui racontant quelle a été sa vie : son enfance heureuse avec ses parents, l’annonce de la future naissance, son départ dans la pension…

Si j’ai beaucoup aimé le récit de son enfance, j’ai d’autant plus préféré ses années d’adolescence et le début de sa vie d’adulte.

 

[Attention je dévoile des éléments très importants]

J’ai un certain faible pour les histoires d’amour qui ne vont pas forcément de soi. Que Moïra arrive à attirer l’être lumineux et optimiste qu’est Ray…j’ai adoré. J’ai trouvé leur amour très beau et troublant, leur histoire touchante…j’ai vraiment adoré cette partie.

Bon, certaines choses m’ont énervées…mais cela tient plus du comportement de Moïra.
Sérieusement, qu’est-ce que c’était que ce délire avec l’adultère? J’étais vraiment furieuse, mettre en péril comme ça son mariage, cela m’a vraiment agacé. Elle s’est complètement monté la tête, elle en est devenue folle…tout ça pour ça finalement…

Mais j’imagine qu’elle avait besoin d’aller au bout de son « délire » pour redescendre brutalement sur terre.

La fin ne m’a pas surprise. Elle est logique et dans l’ordre des choses. On s’y attend en tout cas, il y a plusieurs indices qui tendent vers la fin du coma d’Amy et sa mort.

—————————————

Un très beau roman, avec une écriture tellement belle, tellement vivante que je ne peux que vous conseiller un roman de cette auteure. Ses personnages sont profonds et beaux, malgré de grosses parts d’ombre, il y a une belle histoire…

Ce fut un beau coup de coeur et je compte bien lire tous les romans de Susan Fletcher.

  • Extrait

Nous avons tous, à un moment ou à un autre, le désir d’une chose que nous ne savons pas nommer mais que nous ressentons à l’intérieur de nous.

Publicités