Mots-clefs

, , , , , , ,

J’ai lu pas mal de romans ados au cours des mois d’avril et de mars. Je pense même que j’en ai lu un peu trop pour être tout à fait honnête et que j’ai été un peu soûlée à la fin…mais cela faisait un long moment que j’avais envie de découvrir ces titres, je ne me suis donc pas fait prier.

Pour ces lectures, je n’ai utilisé que ma liseuse, qui a donc été mise à contribution et ça, c’était génial! Parce que si j’avais envie de les lire, je n’avais pas forcément envie de les posséder en version papier dans ma bibliothèque.

Surtout qu’une fois lu…et bien, je n’en avais pas grand chose à dire…alors autant les regrouper en un seul article pour vous donner rapidement mon avis.

Je vais donc vous parler des titres suivants :

  • Les Enfants de Peakwood de Rod Marty
  • Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven
  • Aristote et Dante découvrent les mystères de l’univers de Benjamin Alire Saenz

Alors très clairement, si ce furent des lectures sympathiques, j’ai été à chaque fois un peu déçue à la fin des romans. Je m’attendais à mieux.

Titre : Les Enfants de Peakwood
Auteur : Rod Marty
Date : 2015
Nombre de pages : 384

L’Intrigue

Une chose étrange commence à envahir une petite ville perdue dans les montagnes du Montana. Quelles sont ces étranges blessures touchant une partie des adolescents? Pourquoi certains habitants se conduisent-ils étrangement, comme ensorcelés? Et quelle est cette terrible histoire qui va d’une maison à l’autre?

Le médecin de la ville Chayton, comprend immédiatement de quoi il s’agit : le secret qui lie certaines personnes à propos d’un terrible accident 10 ans auparavant a du être relevé…

Ce que j’en ai pensé

Encore un roman que j’ai énormément vue sur Book-tube, il a fini par m’intriguer et cette histoire de morts-vivants me donnait envie d’en savoir plus.
J’ai donc fini par le lire et…ce n’était pas forcément à quoi je m’attendais. J’ai été un peu déçue sur le coup.

C’était distrayant à lire (et pas dans un sens péjoratif) mais je m’attendais à quelque chose de plus…effrayant. Alors qu’il s’agit d’un roman d’épouvante, qu’on a même comparé à Stephen King…et mouais quoi.
Je n’ai pas eu peur une seule fois et je me suis même un peu ennuyée vers le milieu, quand cela n’avançait pas trop. On connait le « secret » dès les premières pages, il n’y a donc pas énormément de suspense de ce côté-là.

Finalement, j’ai trouvé l’histoire et l’épilogue…pas extraordinaires. Je m’attendais à une explication plus solide, à une intrigue plus étoffée…
Pourtant les thèmes paraissaient plutôt intéressants : la culture indienne, les morts-vivants, une sorte de malédiction…
Mais cela n’a pas pris pour moi hélas…dommage. Cela se lit vite et bien, on a envie d’avoir le fin mot de l’histoire, certains choix de l’auteur sont surprenants, mais cela s’arrête là pour moi.


Titre : Tous nos jours parfaits
Auteure : Jennifer Niven 
Date : 2015
Nombre de pages : 384

L’Intrigue

Violet rencontre Finch pour la première fois tout en haut du clocher du lycée. Il semble tous les deux avoir envie d’en finir avec la vie et donc de sauter.

Finch est le cas social de l’école. Il passe des phases d’accablement ou il a de grandes pensées suicidaires à des phases qu’il appelle « d’éveil » ou il déborde littéralement d’énergie et de bonne humeur.
Violet elle, n’arrive pas à se remettre de la mort de sa sœur neuf mois avant. Elle se sent coupable d’être la survivante.

Ils vont apprendre à se connaitre et essayer de remonter tous les deux à la surface. Mais alors que Violet réapprend petit à petit à vivre, Finch, lui s’enfonce de plus en plus

Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante: l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

Ce que j’en ai pensé

J’ai beaucoup entendu parler de ce roman sur book-tube et en très très bien. Je me suis même posée la question de l’acheter mais j’ai préféré attendre et avec raison. J’ai fini par le lire en deux jours sur ma liseuse.

J’ai clairement placé la barre trop haut pour ce roman, j’ai été un peu déçue…je m’attendais à tellement mieux!
Et je dois avouer qu’un mois après ma lecture…si je me souviens bien de l’intrigue, je ne trouve rien de bien intéressant à en dire.

Pourtant ce roman a plusieurs mérites : il aborde des thèmes difficiles comme la bipolarité, la culpabilité du survivant, la suicide, le mal-être adolescent. Des thèmes donc importants, dont il faut parler afin de mieux les comprendre.

On passe du point de vue de Finch à celui de Violet à la fin de chaque chapitre, nous permettant de mieux comprendre ce qu’ils vivent.

Les adultes dans ce roman ne sont pas d’une grande utilité je trouve. Ou trop restrictifs, ou trop largués, ils n’aident pas énormément les deux adolescents.

Bien évidemment, la romance entre les deux prend une place importante dans le récit et est assez agréable à lire. C’est toujours mignon quand deux âmes cassées arrivent à se réparer un peu au contact de l’autre.

On assiste vraiment à la « reconstruction » de Violet à travers ses échanges avec Finch. Elle reprend goût à la vie, à la joie, à l’amour. Elle apprend à vivre avec sa culpabilité et la mort de sa sœur.
Alors que du côté de Finch, c’est plus compliqué. Même si on le voit amoureux et heureux de vivre cette histoire, on comprend bien que quelque chose de bien plus profond le mine.

Je n’ai pas réussi à véritablement rentrer dans ma lecture. Je suis restée finalement très neutre et si j’ai clairement compatis aux malheurs des personnages, je n’ai pas réussi à être empathique avec eux.

Une autre lecture dont j’avais très envie qui n’a pas été extraordinaire finalement…je suis contente de l’avoir lu et je suis aussi contente d’être passée rapidement à autre chose. Les thèmes abordés sont intéressants, mais cela manque de profondeur à mon goût.

——————————————–

Titre : Aristote et Dante découvrent les mystères de l’univers
Auteur : Benjamin Alire Sáenz
Date : 2015
Nombre de pages : 368

L’Intrigue

Aristote a 15 ans : c’est un adolescent pensif, mal dans sa peau et souvent en colère.
Dante, 15 ans aussi est un garçon plein de vie, drôle et qui semble sûr de lui.
Alors qu’ils n’ont rien en commun, ils vont devenir meilleur ami et s’aider mutuellement à travers les difficultés de l’adolescence.

Ce que j’en ai pensé

Ce roman a fait beaucoup de bruit au moment de sa sortie et j’avais d’ailleurs failli l’acheter tellement tout le monde criait au coup de cœur. Mais finalement, j’avais décidé d’attendre et j’ai fini par le trouver en E-book. Et j’ai bien fait parce que j’ai été un peu déçue.

Là encore, je crois que j’ai placé la barre beaucoup trop haut, j’ai donc trouvé cette lecture sympathique, mais sans plus. Je la range donc elle aussi dans la catégorie « ni agréable ni désagréable ».
Cela prouve aussi que j’ai un bon instinct en ce qui concerne mes goûts, ce qui est très bien^^.

Alors évidemment, la couverture est vraiment très belle et le titre très accrocheur je trouve.

La  thématique est intéressante, importante et assez rare dans la littérature ado. L’homosexualité, surtout chez les hommes, on ne la rencontre pas souvent dans les récits jeunesse. Rien que pour cela, ce livre mérite d’être lu et mis en avant.

L’homosexualité chez les hommes, c’est moins sexy, moins fantasmagorique que celle des femmes (il s’agit bien évidemment non de mon avis, mais de celui plus large de la société…deux femmes qui s’embrassent, il semblerait que les hommes trouvent cela tout de même excitants, alors qu’il n’en est rien pour les hommes), du coup, les jeunes adolescents ont moins d’images, de textes ou de films auxquels se raccrocher.

Alors qu’il est déjà difficile pour les adolescents de définir leurs propres identités face aux autres, la tâche est doublement ardue pour ceux qui ne rentrent pas dans les « cases ». Donc bravo pour ce livre, qui nous parle de la vie finalement assez banale de deux adolescents en quête de leur identité.

L’amitié entre Ari et Dante est assez attendrissante. Dante part dans tous les sens, veut tout vivre et pleinement, de manière inconsciente finalement, alors qu’Ari est plein de peur. Il aime se trouver près de Dante, partager son temps avec lui et ressent un grand besoin de le protéger.

Mais, là encore, j’ai trouvé que les personnages manquaient de profondeur, que l’intrigue était finalement…assez plate. Encore une fois, je m’attendais à un tel bouleversement d’émotion en voyant les autres critiques que je ne pouvais qu’être déçue. Le style est loin d’être extraordinaire non plus.

Voilà…je n’ai pas grand chose à en dire d’autre. Il est bien que ce roman existe et le fait qu’il ait été couvert d’éloges est finalement très bien aussi et a aidé à le faire connaitre. Mais cela n’a pas été un belle lecture pour moi. Je l’ai terminé et je suis passée contente à autre chose.

 

Publicités