Étiquettes

, , , , , , , , ,

Titre : Cataclysmes : Une histoire environnementale de l’humanité
Auteur : Laurent Testot
Date : 2017
Nombre de pages : 492

  • Le Résumé

Laurent Testot retrace dans cet essai l’histoire de l’humanité en lien avec l’environnement sur plus de 3 millions d’années.

On y découvre comment l’être humain a modifié  à travers les âges l’environnement, mais également comment l’environnement a façonné l’humain, le forçant régulièrement à s’adapter pour survivre.

  • Ce que j’en ai pensé

Je remercie Babelio et les éditions Payot pour l’envoi de cet essai lors du dernier masse critique.
Je l’avais choisi parce que le thème me semblait intéressant et j’ai eu raison : ce fut une lecture très instructive.

Un petit bémol, c’était parfois un peu trop dense pour une débutante comme moi…disons qu’autant d’informations aussi, c’est compact et hélas, j’en ai déjà oublié une partie. Mais plusieurs choses m’ont par contre bien marquées et il peut se lire par des amateurs. Il faut juste s’accrocher un peu parfois, mais c’est souvent le cas avec des essais. 

Le thème est donc l’histoire commune de l’environnement et de l’humanité : on commence donc il y a trois millions d’années, avec ce qu’on considère aujourd’hui comme le « début de l’humanité (à prendre avec des pincettes bien évidemment). Le héros est le Singe, avec une majuscule, qui représente l’être humain de son commencement à aujourd’hui sous toutes ses formes.

Et c’est vrai qu’on a tendance à oublier toute cette longue première partie finalement! Avant l’industrialisation de masse, l’humain avait déjà fortement impacté la planète et l’environnement et pas juste avec le charbon.
Par exemple, on apprend qu’il y a 50 000, les aborigènes avaient exterminés tous les grands herbivores de l’Australie, la privant ainsi de toutes ses forêts. Ou encore que bien avant les OGM, nos ancêtres « trafiquaient » déjà la génétique du blé afin d’en récolter plus.
Je trouve cela tellement fou, j’ai adoré en apprendre plus sur notre histoire et comment on a impacté l’environnement.
En mal hélas…

L’auteur voit 7 grandes révolutions chez l’être humain :

1. Révolution biologique (- 3 millions d’années le Singe devient humain)
2. Révolution cognitive (- 500 000 à -400 000 le Singe devient chasseur)
3. Révolution agricole ( -12 000 Le Singe devient paysan )
4. Révolution morale ( – 2500 le Singe devient religieux)
5. Révolution énergétique ( 1800 le Singe devient ouvrier)
6. Révolution numérique ( 2000 le Singe devient communiquant (c’est nous ça!))
7. Révolution évolutive ( le futuuuur le Singe devient ou Dieu ou mutant)

L’essai est alors découpé en trois grandes parties autour de ses révolutions (plus une introduction) :
Première partie : L’homme conquiert le monde.
C’est à dire qu’il se transforme en homme, apprend à maîtriser le feu et les outils, commence à se multiplier et à « envahir » petit à petit les différentes parties du monde. Il commence l’agriculture, domestique les animaux.

Deuxième partie : L’homme apprend à dominer le monde
Ici, on parle des différents empires, comment la civilisation s’est créée, les guerres qui en ont découlé, la religion, la politique, les épidémies incontrôlables, les va-et-vient démographiques…

Troisième partie : L’homme transforme le monde
Quand l’homme change de manière irrémédiable et sans véritable retour possible le climat et le monde avec le réchauffement global et ce qui en découle…

Il y avait beaucoup de choses très intéressantes et j’ai réussi à relier plusieurs points entre l’histoire de l’humanité et notre environnement. C’est vraiment génial de voir les choses de manière plus claire et plus logique.

Forcément, je n’étais pas intéressée par tous les chapitres et il y en a certains que j’ai lu avec moins d’enthousiasme. Par exemple tout le chapitre sur les différentes monnaies dans la deuxième partie ou encore la partie sur la deuxième guerre mondiale. 

La dernière partie m’a également moins passionnée : le débat sur l’intelligence artificielle, sur la métamorphose de l’humain en super-humain (ou en monstre, cela dépend du regard), cela ne m’a pas vraiment intéressé (ce qui est plutôt étrange, puisque c’est la partie qui me concerne surtout…). Mais bon…je n’ai pas trop réussi à y adhérer. 

Un exemple qui m’a marqué : Il faut une énergie comparable à 400 esclaves qui travaillent pour qu’un occidental lambda vive normalement. Cela me parait tellement énorme. 
Et il y a plein de petites anecdotes comme ça, vraiment passionnantes qui aident à mieux comprendre comment le Singe a réussi à conquérir la terre. Parfois, cela n’a pas tenu à grand chose pour que tout s’écroule ou qu’un autre pays soit la première puissance.

Et en voyant toutes les espèces animales et végétales qu’on a exterminé, toute cette biodiversité qui a disparu, j’ai ressenti un tel gâchis, un tel sentiment de mal-être…

——————————————

Ce fut donc une lecture très intéressante que je ne peux que recommander si vous vous intéresser à ce genre de thème qu’est l’environnement. Et bon, dans la situation où on est, je conseille fortement de s’y intéresser.^^

  • Extraits

Avant d’aller plus loin, soulignons une évidence. Comme tout individu du règne animal, un organisme humain a trois obsessions : se nourrir, obsession n°1. Elle conditionne la survie à court terme ; dormir, obsession n°2. Elle conditionne la survie à moyen terme ; se reproduire, obsession n°3. Elle conditionne la survie à long terme.

Je vais vendre la mèche tout de suite et exposer la thèse qui sous-tend cet ouvrage. Comme pour toute espèce animale, notre évolution vise à nous pousser à avoir le plus de descendants possible. Peu importe le confort dont ils disposeront. […]

La nature examinée sous la loupe de l’évolutionnisme se moque de l’individu. Ce qui lui importe, c’est la perpétuation de l’espèce, son expansion. Les individus ne valent que par leur multiplication, pas par leurs qualités. 

Publicités