Étiquettes

, , , , , , , , , , , , , , , ,

Durant le mois d’octobre 2017, alors qu’on commençait à retrouver une routine paisible, on a beaucoup fréquenté la bibliothèque de notre nouvelle ville. L’occasion pour mes garçons de voir des enfants, des adultes, d’évoluer dans un endroit public et de trouver de nouveaux livres.

Pour le moment, ils aiment beaucoup cela et on y va environ une fois toutes les semaines et demie et on emprunte une dizaine d’albums jeunesse et cds à chaque fois. C’est un vrai bonheur #AllerVousInscrireALaMediathèque #SoutenirLaLecturePubliqueCEstBien

Bien évidemment, je ne peux pas m’empêcher d’aller faire un petit tour du côté de la partie adulte. Mais je résiste ( ou presque, j’en ai pris un) à la tentation pour les romans.
Par contre, je n’hésite pas à emprunter des documentaires ou des bandes-dessinées, que cela soit en section jeunesse ou adulte. J’aime beaucoup ce genre, que j’achète très peu et la bibliothèque est le meilleur endroit pour satisfaire ses envies sans dépenser un sous #JeSaisJ’Insiste

Donc, voilà trois livres jeunesses -deux bandes-dessinées et un documentaire – que j’ai emprunté durant ce mois :

  • Artips : Histoire(s) de l’Art en BD – Collectif
  • Histoire de poireaux, de vélos, d’amour et autres phénomènes – Marzena Sowa et Aude Soleilhac
  • Miss Peregrine et les enfants particuliers – Ransom Riggs et Cassandra Jean

 

—————————————————-

Titre : Artips : Histoire(s) de l’Art en BD
Scénariste : Céka
Illustrateurs : Collectif
Date : 2016
Nombre de pages : 96
Age : dès 10 ans

  • L’Intrigue

Afin de rendre l’art et certains peintres plus abordables pour la jeunesse, ce documentaire raconte en quelques bandes-dessinées certaines anecdotes d’artistes plus ou moins connus.

  • Ce que j’en ai pensé

Il est toujours difficile d’imaginer comment amener les enfants, ou les adolescents à découvrir et aimer l’art. J’ai envie que mes enfants puissent être sensibles rapidement à l’art. Les emmener aux musées est une excellente idée. Les amener à feuilleter des ouvrages parlant d’arts aussi.

J’en avais déjà parlé avec plusieurs documentaires en jeunesse (comme Les (vraies!) histoires de l’art de Sylvain Coissard et Alexis Lemoine ), mais souvent la bande-dessinée est une excellente manière d’aborder l’art avec les enfants et les adolescents. C’est plus ludique, plus plaisant à lire, ils apprennent à connaitre des mouvements, des peintres ou des œuvres à travers des petites histoires.

Dans ce documentaire, on aborde différents peintres à des époques diverses à travers quelques anecdotes les concernant eux et leurs œuvres.

On passe donc par des artistes très connus du grand public, comme Léonard de Vinci, Vermeer ou Eiffel, mais également certains plus discrets comme Klein, Le Bernin, ou Vigée Le Brun.

On remarquera que sur 15 artistes, il y a….une femme. Très très moyen donc. 

Chaque histoire a un illustrateur différent, mais le même scénariste. De plus, à la fin de chaque petite BD, il y a une double page documentaire pour expliquer dans les grandes lignes la vie et le travail de l’artiste, le tout illustré avec quelques œuvres.

On apprend dans la petite introduction que toutes ces petites histoires ont été vues et validées par un enseignant d’université en Histoire de l’Art, Gérard Marié. On peut donc partir du postulat qu’il s’agit de la vérité.

Pour ma part, j’ai mis un nom et un « visage » sur Le Bernin, sculpteur du 17e siècle dont j’admire les statues depuis quelques années. On a vraiment l’impression de voir le marbre bouger et devenir de la vraie peau, tellement son travail est précis et réaliste.

Un documentaire donc plutôt bien fait et intéressant. Une bonne manière d’entrer dans l’art pour les plus jeunes, je le conseille à partir de 10 ans.

———————————————————

Titre : Histoire de poireaux, de vélos, d’amour et autres phénomènes 
Autrice :  Marzena Sowa 
Illustratrice : Aude Soleilhac
Date : 2015
Nombre de pages : 80
Age : dès 11 ans

L’Intrigue

Tous les samedis, Vincent un petit garçon de 11 ans accompagne et aide ses parents maraîchers sur le marché. Il en profite aussi pour retrouver ses amis et essayer de se faire aimer de Marie, la fille du fleuriste.

 

Ce que j’en ai pensé

C’est la couverture « bon enfant » qui m’a tout de suite attiré quand j’ai vu cette BD.
Je l’ai prise comme ça, sans regarder la quatrième de couverture et j’ai bien fait! Cette petit bande-dessinée est agréable à lire!

Même si cette BD s’adresse tout particulièrement aux enfants, je trouve que les adultes y trouvent leur compte sans souci.

On passe une journée d’été sur ce petit marché accueillant, à aller d’un stand à un autre, aussi bien du côté des agriculteurs que des clients. J’ai beaucoup aimé voir ces deux côtés, surtout celui des vendeurs, que je ne connais que très peu.

Tout est dans l’ambiance en fait : c’est doux, chaleureux, mignon. Ce sont des histoires d’enfants, d’envie de vélos, de beaux étals de marchés, d’amour de jeunesse…bref, un magnifique condensé pour les nostalgiques de l’enfance.

Et de leur côté, les enfants lisent une BD sur l’amitié, l’entraide, le partage et la rigolade.

Vincent est un petit garçon très attachant, plein de bonne volonté et de bonne humeur, voulant conquérir le cœur de sa camarade Marie, en lui offrant une pomme de terre en forme de cœur (à 11 ans oui c’est très mignon).

Les illustrations sont à l’image de l’histoire, tendres et douces à regarder. De toute manière, elles m’avaient attiré dès le premier regard, je savais que j’allais les aimer.

Une petite bande-dessinée qui se lit donc avec plaisir et qui met de bonne humeur pour le reste de la journée! Je la conseille donc bien volontiers aussi bien aux petits qu’aux grands!

 

————————————————–

Titre : Miss Peregrine et les enfants particuliers T.1
Auteur : Ransom Riggs
Illustratrice : Cassandra Jean
Date : 2014
Nombre de pages : 233
Age : 12 ans d’après la maison d’édition…je trouve que 14/15 c’est mieux

  • L’Intrigue

Jacob Portman est un adolescent de 16 ans. Petit, il adorait écouter son grand-père lui parler de ses aventures et de son enfance, sur cette minuscule île du pays de Galle, où ses parents l’avaient envoyé pour se mettre à l’abri de l’Allemagne nazie. 
Une île paradisiaque d’après lui, avec un orphelinat spécial pour enfants « particuliers », ayant des pouvoirs magiques. 
Mais devenu jeune adulte, il ne croit plus à toutes ses histoires…jusqu’au jour où il retrouve son grand-père blessé par une sorte de monstre qui s’enfuit quand il arrive. Sous le choc, Jacob essaye de comprendre à quel point les récits de son grand-père étaient vrais et si cet orphelinat pour « enfants particuliers » existe toujours. 

  • Ce que j’en ai pensé

Je pense qu’il n’est pas trop nécessaire de s’appesantir sur la présentation de ce livre. Le roman dont est tiré cette bande-dessinée a été bien médiatisé, surtout avec l’arrivée du film.

Je l’ai vu en tout cas un peu partout sur les blogs, les chaînes Youtube ou les librairies. Je n’ai jamais eu vraiment envie de lire le roman…j’avais l’impression que cette histoire n’allait pas vraiment me plaire et j’ai donc laissé passé la vague tranquillement.

Quand j’ai vu la bande-dessinée du premier tome à la bibliothèque, je me suis dit que c’était une bonne manière d’essayer et de voir si cela allait me plaire.

Et…bof.
L’histoire est sympathique à lire, je l’ai d’ailleurs lu d’une traite en une vingtaine de minutes, mais arrivée à la fin…je n’ai eu envie de savoir la suite plus que cela.

L’illustratrice a fait un bon travail je trouve, j’aime bien le traitement des couleurs, on passe du noir & blanc à une seule couleur, puis à plusieurs, en fonction de l’action, du moment de la journée ou du monde dans lequel Jacob se trouve.

Certains aspects du monde sont très intriguants (les boucles notamment et ce qu’elles impliquent comme mode de vie) et l’histoire est plutôt bien menée et pleine d’action (en tout cas dans la BD). 

Mais..bon… Je n’ai pas réussi à accrocher plus que cela. Je ne me suis pas attachée aux personnages, ou à l’action, j’ai deviné immédiatement un point important dans l’intrigue…bref, ce ne fut pas une réussite en ce qui me concerne.

Si jamais je trouve un jour les tomes suivants sous forme de BDs en bibliothèque pourquoi pas…mais bon, je ne vais pas les attendre avec impatience. Rencontre ratée pour moi et cette trilogie (et en même temps, je m’y attendais, je commence à savoir ce qui me plait, c’est bien!)