Étiquettes

, , , , , , , , , , ,

J’ai eu la chance de lire deux romans vraiment agréables durant ce mois de novembre. Deux romans qui venaient juste au bon moment et qui m’ont accompagné quelques jours avec bonheur. Je voudrais donc en garder un petit quelque chose sur ce blog.

Il s’agit de :

  • Dolce Agonia de Nancy Huston
  • Les huit Montagnes de Paolo Cognetti

Titre : Dolce Agonia
Autrice : Nancy Huston
Date : 2001
Nombre de pages : 297

  • L’Intrigue

Sean a invité ses amis et connaissances pour un dîner de Thanksgiving. Cette soirée va être l’occasion pour chacun de replonger dans leurs souvenirs, de ressasser leurs fautes et malheurs et leurs joies.

  • Ce que j’en ai pensé

Alors qu’il y a deux mois, j’étais bien décidée à arrêter de lire les livres de Nancy Huston, je me suis rappelée que j’avais ce tout petit roman dans ma PAL. Comme on arrivait à la période de Thanksgiving (le roman se déroule durant cette soirée-là), j’ai décidé d’en profiter et de lui donner une dernière chance. Et j’ai bien fait!

J’ai vraiment passé un très bon moment en compagnie de ces personnages, qui semblent tellement réels finalement. Nancy Huston a réussi à nous les rendre proches et assez attachants, malgré leurs nombreux défauts. Ils ont tous eu des joies et des peines, qu’ils se remémorent durant cette nuit, tout en échangeant des propos très polis et conventionnels. J’ai aimé cette opposition.

J’ai apprécié aussi que 90% de ses personnages soient des cinquantenaires et non des jeunes, comme c’est souvent le cas. Cela changeait et m’a fait beaucoup de bien. L’ambiance en huis-clos ne pouvait que me plaire aussi, j’aime beaucoup ce genre de situation.

L’autre particularité de ce roman est que chaque chapitre est séparé par un inter-chapitre, dont le narrateur est Dieu lui-même et qui détaille la mort de chacun des personnages à tour de rôle (oui, cela peut paraître un peu glauque dis ainsi, mais franchement, c’est assez bien réussi!).

Et les descriptions de plats, de desserts étaient à tomber par terre! J’ai eu une faim de loup durant toute ma lecture!

Donc franchement, je ne peux que vous conseiller ce petit livre, plein d’amertume et de nostalgie, j’ai passé un bon moment de lecture.

——————————————————

Titre : Les huit Montagnes
Auteur : Paolo Cognetti
Date : 2017
Nombre de pages: 299

  • L’Intrigue

Pietro, garçon de la ville rencontre Bruno, natif des montagnes durant les vacances d’été. Ils ont 11 ans et alors qu’ils n’ont rien en commun, mais une amitié profonde va les lier, grâce à leurs jeux, année après année dans les montagnes.

  • Ce que j’en ai pensé

C’était certainement le livre de la Rentrée Littéraire que j’avais envie de lire. C’est la blogueuse Pikobooks qui m’en a surtout donné l’envie, mais globalement, je n’ai vu que des éloges sur ce roman.

L’auteur décrit à la perfection. J’avais vraiment l’impression de me promener avec lui en montagne et j’ai eu très envie de partir à la découverte de ces sentiers (avant de me rappeler que je n’aime pas du tout les randonnées donc bon…), tellement il en parlait avec amour et finesse.

On sent vraiment tout le poids des saisons durant ces pages, la différence flagrante à la montagne entre elles, c’est vraiment magique à lire. C’est une vraie déclaration d’amour à la nature et aux montagnes que l’auteur fait. Et même moi qui suis résolument océan (et non pas mer, cela n’a juste rien à voir Bretagne Power!), j’ai été très touchée par cet hymne.

Finalement, c’est vraiment le style de l’auteur et ses descriptions que j’ai le plus apprécié dans ce roman.

Le récit en lui-même n’est pas d’une originalité extraordinaire : une belle histoire d’amitié qui arrive à durer malgré les aléas des années, une relation père-fils compliqué par manque flagrant de communication, un enfant qui devient adulte et qui vit ses premières déceptions, ses joies et ses peines. C’était plaisant à lire, mais je n’ai pas été particulièrement surprise par l’intrigue.
C’est un mélange de roman d’apprentissage et de nature writing.

Je ne l’ai pas dit au début, mais il s’agit du premier roman de Paolo Cognetti (il a d’ailleurs gagné l’équivalent du Prix Goncourt en Italie, ce qui est tout de même impressionnant). Ce fut pour moi une réussite, je ne peux que le conseiller et je serais attentive aux autres romans qu’il va sortir.