L’année 2017 est donc derrière nous!
Je vous souhaite une excellente année 2018 , de la joie, du bonheur et de très belles lectures!

Le mois de décembre est rarement un mois de lecture pour moi…l’Avent, la préparation de Noël, ma famille qui arrive, les fêtes en elles-même, où on passe notre temps à courir un peu partout…Ce n’est pas très propice à la lecture. Finalement, je ne commence à me « reposer » qu’après le 27, date de la dernière fête pour nous.

Mais ce fut un magnifique mois tout de même, plein de joie, d’émotions et de retrouvailles. Mon Aîné commence à comprendre ce que Noël implique avec le Père Noël et compagnie, mon Cadet aime déchirer les papiers cadeaux, l’ambiance de cette période est vraiment jouissive et j’ai même eu la chance d’avoir un calendrier de l’Avent de thé pour m’accompagner durant ce mois!

Les virus nous ont quitté au milieu du mois, après nous avoir envahi pendant très longues semaines…Et j’espère bien avoir acquis une certaine immunité!

J’ai beaucoup lu en début de mois, profitant encore des derniers jours de « calme », puis pas une ligne durant une dizaine de jours…cela n’a pas aidé à augmenter mon bilan!, pour reprendre tranquillement mon livre en cours durant les trois derniers jours de l’année.

J’ai donc lu 9 livres, dont une intégrale de 3 tomes.

Lectures agréables

Ni agréable, ni désagréable

  • Ce que je sais de Vera Candida – Véronique Ovaldé
  • Zaire – Voltaire

——————————————–

Ce fut un beau mois de lecture! Quasiment que des lectures agréables, deux presque-coup-de-cœur, des lectures faites pour la saison des fêtes…Franchement, je ne peux pas me plaindre, j’aurais eu un joli mois de décembre livresque!

Et j’ai même eu l’occasion d’utiliser ma liseuse, c’est un peu la cerise sur le gâteau! 

J’ai passé une grosse partie du mois de décembre sur un énorme pavé, une montagne qui me faisait peur depuis un certain temps et que je suis ravie d’avoir pris le temps de lire et d’apprécier : La Horde du Contrevent d’Alain Damasio, qui a d’ailleurs frôlé le coup de cœur et dont je vous reparle bientôt.

C’est évidemment le livre que je retiens de ce mois d’ailleurs.

Mention spéciale également pour Le Livre de Dina, dont j’ai beaucoup aimé retrouver la plume et l’univers particulier de l’autrice Herjorg Wassmo et ma découverte de Tanguy Viel avec son roman Article 353 du Code Pénal, qui a été une surprise très agréable!

Je suis aussi contente de voir que j’ai quasiment rattrapé tout mon retard des chroniques, c’est donc d’un bon pied que je vais commencer cette nouvelle année!

Je vous souhaite encore une fois une excellente année 2018, un bon mois de janvier et de belles lectures!

—————————————————

Durant le mois de décembre, j’ai eu à lire la tragédie de Voltaire « Zaire ». Ce ne fut pas une lecture extraordinaire, mais elle fut rapide.

 

Pour bien commencer l’année 2018, je vais devoir lire un roman de Stephen King, choisi par mon mari, à savoir Sac d’os!

 

Je n’ai aucune idée de quoi ça parle, mais un bon roman d’horreur pour commencer l’année, quoi de mieux?^^

 

 

 

 

———————————————————-

Livres non chroniqués durant le mois de décembre

Lait et Miel – Rupi Kaur
Cela faisait un certain moment que j’avais envie de lire ce recueil de poème. Depuis sa sortie et son apparition partout sur booktube et la blogosphère. J’ai donc été ravie de le recevoir pour Noël et je l’ai entamé très rapidement et terminé dans la foulée.
J’ai aimé cette lecture, sans aucun doute, Rupi Kaur parle parfois de certains thèmes avec énormément de justesse, de tendresse et de beauté. J’ai trouvé certains poèmes un peu « too much », mais il y en a eu peu. Ce fut une belle expérience dans l’ensemble. Je compte à présent le relire plus tranquillement, plus lentement avec un crayon à papier à la main et l’annoter.
Il aurait mérité amplement que j’en fasse tout un article, avec des extraits, mais il relève finalement tellement de l’intime que je ne pourrais pas en dire grand chose.
Je ne peux que vous le conseiller en tout cas.

Ce que je sais de Vera Candida – Véronique Ovaldé
Trois générations de femmes, toutes condamnées par le destin à être mères célibataires, sans pouvoir désigner un père à leurs filles. Mais Vera Candida décide de rompre cette chaîne de destin et de fuir.
Ce roman qui végétait dans ma PAL depuis quelques années fut ma dernière lecture de l’année 2017. Et…mouais.
En fait, je n’ai rien à en dire. Je l’ai lu rapidement, sans déplaisir, mais sans plaisir non plus. Alors que d’habitude, j’adore les histoires de famille sur plusieurs générations, je n’ai pas vraiment réussi à être touché par les personnages. J’ai trouvé que plusieurs thèmes abordés, pourtant passionnants, n’étaient finalement qu’effleurés et laissés grand ouverts. Ce roman n’est pas fini pour moi.
Rencontre ratée avec cette autrice, dommage.

Sauveur & fils Saison 3 de Marie-Aude Murail
J’ai été plus que ravie quand Miss Bouquinaix m’a prêté le tome 3 de cette saga!! Cela faisait deux mois que j’avais très envie de le lire. Je me suis jetée dessus le soir même et le lendemain, il était terminé.
Je ne vais pas en parler en détail, parce qu’un tome 3 c’est toujours compliqué à discuter sans spoiler, mais on retrouve cette bonne humeur, cet humour, cette tendresse qui caractérisent tellement bien les ouvrages de Marie-Aude Murail, alors qu’elle traite pourtant de thèmes souvent sombres et violents. C’est encore une fois une réussite et j’ai été ravie de passer un peu de temps avec Sauveur et ses patients.
Dans ce tome, on aborde essentiellement les thèmes d’harcèlement de rue, de terrorisme ou encore de lien père-fils.

Par contre, cela sent une suite je trouve…je suis à la fois contente et pas ravie…je n’aime vraiment pas les histoires à rallonge, souvent cela ne tient pas le rythme. Mais je reste contente de savoir que cette aventure n’est pas terminée. Je lirais la suite sans le moindre doute! 

Zaire – Voltaire
Zaire est une pièce de théâtre, une tragédie écrite en 1732 par Voltaire.
Il s’agissait du livre de la book-jar de décembre et j’étais plutôt contente puisqu’il était très court et que cela faisait dix ans qu’il était dans ma PAL.
Nous sommes à l’époque des croisades à Jérusalem. Zaïre est une jeune esclave née chrétienne mais élevée dans la foi musulmane. Elle aime le Sultan Orosmane et celui-ci l’aime aussi. Alors que Nérestan chargé d’amener la rançon pour libérer les chrétiens revient en ville, le sultan en libère beaucoup, mais refuse de se séparer de Zaïre.

Je connaissais le genre, donc j’ai tout de suite vu comment cela allait terminé. Forcément cette pièce a beaucoup vieilli et j’ai souvent lever les yeux au ciel. Les thèmes de la jalousie, la religion et la tolérance sont très présents durant cette pièce et j’ai vraiment eu l’impression que Voltaire, tout en essayant de « satisfaire » la morale a essayé d’orienter son texte vers la tolérance, voir même la relativité des religions.

Disons que je suis contente de l’avoir lu pour ma culture générale, mais je ne vais certainement pas le relire et guère y penser plus.

 

Publicités