Étiquettes

, , , , , , , ,

Et voici la dernière partie de mes lectures marquantes des 5 derniers mois!
Je vais vous parler dans cet article de deux romans et d’une saga de roman que j’ai vraiment beaucoup apprécié. Il sera donc question de :

  • En attendant Bojangles d’Olivier Bourdeaut
  • Le Messager de Markus Zusak
  • L’Assassin Royal T. 3 à 6 de Robin Hobb

 

Titre : En attendant Bojangles 
Auteur : Olivier Bourdeaut
Date : 2016
Nombre de pages : 160

 

L’Intrigue

Un petit garçon vit des jours heureux et hors du commun avec ses deux parents. Pas d’école ici, mais des rires, des fêtes, de la danse et des invités tous les jours. Sa vie n’est que joie et amusement.
Mais en grandissant, il commence à comprendre que les exubérances de sa mère et le calme réconfortant de son père cachent quelque chose…

Ce que j’en ai pensé

Cela fait des mois et des mois qu’on a vu ce roman un peu partout sur la blogosphère. Il était encensé de partout, il a reçu une liste impressionnante de prix et tout le monde qui le lisait m’en parlait en bien.
Et pourtant, j’ai mis un temps fou à avoir envie de le lire. Cela ne m’attirait pas du tout!! Et j’ai fini par l’emprunter à la bibliothèque sur un coup de tête, puisqu’il était en face de moi, autant en profiter.

Et finalement, je l’ai lu très rapidement, en une courte après-midi. Et à ma grande surprise, j’ai été conquise. Je comprends maintenant le succès qu’à rencontré ce petit livre.
Pourtant, c’est une intrigue assez particulière, une histoire d’amour, de passion absolue, assez dévastatrice et égoïste quand on y réfléchit. Mais c’est également une très belle histoire d’amour entre un homme et une femme et on a envie de savoir comment cela va se terminer (et on espère pour le mieux, alors que franchement, ce n’est pas forcément le plus cohérent).

On a deux points de vue : celui de l’enfant du couple qui observe ses parents et ne comprend pas forcément tout ce qui se passe et le récit du mari qui « raconte » l’histoire de son couple par écrit. 

Alors que les parties de l’enfant sont plein de joies, de plaisir, de loufoquerie (plus d’école, papa et maman font la fête, dansent, boivent et invitent des amis), celle du père nous montre l’autre partie du tableau, plein de sollicitude et d’inquiétude, où on comprend petit à petit ce qui se passe réellement. On a l’impression de jouer une partie avec la folie et de réussir à retarder l’inévitable dans la joie et la bonne humeur. Le parallèle est vraiment intéressant. 

Vous l’aurez compris, je ne vais pas aller à l’encontre de la majorité des avis : j’ai beaucoup aimé ce petit roman, c’est une belle histoire, racontée avec brio et je ne peux donc que vous la conseiller.

—————————————–

Titre : Le Messager
Auteur : Markus Zusak
Date : 2014
Nombre de pages : 339

L’Intrigue

Ed Kennedy a 19 ans et vivote tranquillement de son métier de chauffeur de taxi. Sans ambition dans la vie, amoureux de sa meilleure amie, il passe son temps à boire et jouer aux cartes avec ses amis et à attendre que le temps passe.
Mais un jour, malgré lui, il permet à la police d’arrêter un braqueur.

C’est à ce moment qu’un premier message arrive : une carte de l’as de carreau. Sur cette carte sont inscrits trois adresses. Qu’est-ce que cela signifie? Que doit-il faire? Qui lui envoie cela?

Ce que j’en ai pensé

Cela faisait bien deux ans que j’avais ce roman dans ma PAL, suite aux conseils de Miss Bouquinaix lors d’un salon du livre. J’avais eu un énorme coup de cœur pour son roman précédent La Voleuse de Livres et j’avais donc acheté celui-ci sans trop réfléchir…pour le laisser dans ma PAL pendant un sacré bout de temps!

Et en fait, j’ai vraiment passé un super moment de lecture! Je l’ai d’ailleurs dévoré en grande partie lors d’une après-midi, alors que j’étais clouée au lit par les nausées. Il m’a fait beaucoup de bien.

En fait, cela faisait un petit moment que je n’avais pas trouvé un personnage principal aussi attachant. Franchement, j’ai eu énormément d’empathie pour lui, ce qui a forcément beaucoup aidé dans mon appréciation du livre. Il n’est pas parfait, loin de là, il a plein de défauts, mais il essaye tellement de faire au mieux pour tout le monde qu’on ne peut que l’aimer.

J’ai aimé le thème de ce roman : sortir de ses routines, essayer de faire le bien autour de soi et toujours se dépasser. Ce sont des thèmes qu’on retrouve souvent dans la SFFF, mais moins dans la littérature contemporaine (je ne sais pas si vous me comprenez). L’idée que finalement chaque être humain vit en dessous de ses capacités et qu’il suffirait de pas grand chose pour rendre le monde bien meilleur, si seulement on était tous prêt à faire quelques efforts, c’est quelque chose qui a été bien traité dans ce roman.

Les deux autres points positifs sont d’abord l’intrigue, qui est très bien menée, on ne s’ennuie pas, beaucoup d’actions, de rebondissements…et surtout il y a l’humour.
Pas au point d’éclater de rire en permanence, mais souvent, j’avais un grand sourire sur le visage lors de ma lecture, grâce aux répliques des protagonistes et aux situations rocambolesques. Et cela fait un bien fou.

J’avoue avoir trouvé la toute-fin et la révélation un peu facile…mais cela ne concerne que les toutes dernières pages et j’ai décidé d’en passer outre, puisque tout le reste m’avait vraiment plu.

Donc malgré une petite déception à la fin, je ne peux que vous conseiller ce petit roman, qui se dévore, qui a des personnages attachants, j’ai vraiment passé un bon moment.

—————————————–

Titre : La Nef du Crépuscule T.3 ; Le Poison de la Vengeance T.4 ; La Voie Magique T.5 ; La Reine solitaire T.6
Autrice : Robin Hobb
Date : 1995 -1997 (1998 à 2000 en France)
Nombre de pages : environ 800 pour les 4 tomes

L’Intrigue

Au Royaume des six Duchés, le Roi Subtil Loinvoyant règne, aidé de son fils, le Roi-Servant Chevalerie, qui promet d’être un excellent souverain. Mais quand on découvre l’existence de Fitz, son fils illégitime, il renonce à monter sur le trône et se retire de la Cour.

L’arrivée de ce nouvel « héritier potentiel » va bouleverser la Cour et le fragile équilibre de la famille régnante. Même en étant batard, son existence est en danger et cet enfant ne se rend pas compte de ce qui l’attend. Le roi Subtil demande à ce qu’on lui donne une éducation princière. Fitz découvrira vite pourquoi. Un plan a été formé : Le roi veut faire de lui un espion et un assassin royal…

Ce que j’en ai pensé

Ici, je ne parle pas d’un seul livre, mais de 4 d’un coup! Et en plus, il ne s’agit même pas d’un premier tome, mais du tome 3 à 6 de l’Assassin Royal.
Vous avez ici ma critique du tome 1 et du tome 2.
Je vais donc évidemment éviter de spoiler ici et ne pas parler de l’intrigue.

Mais il fallait que je l’évoque, puisqu’il s’agit de l’autrice qui m’a permise de sortir ENFIN de ma panne de lecture en mars. C’est grâce à cette saga que j’ai réussi à reprendre goût à la lecture.

J’ai donc avalé les tomes 3, 4, 5 et 6 en quelques semaines, renouant avec le plaisir de la lecture.
Ce que je préfère dans cette saga, c’est la richesse du monde décrit. L’autrice prend son temps pour installer le décors, les différentes intrigues, un véritable passé, ce qui peut parfois donner l’impression que certains tomes sont « longs » et sans action. Mais tout a un but et cela ne me dérange pas de voir un vrai développement, au contraire.

Si je n’avais toujours aucun intérêt pour certains personnages, j’ai adoré suivre l’évolution de Fitz. Une évolution lente elle-aussi, en zigzag, ce qui rend la chose bien plus crédible (oui un adolescent n’est pas forcément capable de faire preuve de beaucoup de discernement, surtout pour un métier qu’il déteste et une vie qu’il n’a pas choisi).

L’action s’accélère dans les derniers tomes et franchement, le final et la résolution de ce premier cycle est à la hauteur de mes espérances. Je n’ai donc absolument pas été déçue, alors que souvent je me lasse dans les sagas à rallonge.

Je compte bien évidemment continuer cette saga, mais je me permets une petite pause entre les deux cycles. J’ai déjà les trois suivants sous forme d’intégrale dans ma PAL, je pourrais donc m’y remettre dès que l’envie se fait sentir.

 

Publicités