Étiquettes

, , , , , , , ,

Titre : Les Annales du Disque-Monde T.3 La huitième fille 
Auteur : Terry Pratchett
Date : 1994
Nombre de pages : 269

IMG_4502

  • L’intrigue

Alors qu’il est mourant, le mage Tambour Billette décide d’organiser le legs de ses pouvoirs et de son bourdons à un huitième fils de huitième fils. C’est une tradition et il veut la respecter. Il fait le transfère de ses pouvoirs sur le nourrisson, puis meurt.

Mais ce huitième fils est en réalité une fille. C’est une catastrophe : les filles mages n’existent pas!
Il est cependant trop tard pour retourner en arrière. La transmission a été accomplie et la petite Eskarina a donc des pouvoirs magiques. La sorcière Mémé Ciredutemps essaye de l’aider à les maîtriser, mais rapidement cela ne suffit plus et il lui faut une véritable formation…

  • Ce que j’en ai pensé

Je vous avais déjà parlé de cette saga L’Annales du Disque-Monde avec les deux premiers tomes.

Je suis bien décidée à les lire tous tranquillement, à mon rythme, à les déguster – je crains l’indigestion à tous les lire d’un coup! – en prenant mon temps. J’ai donc lu le tome 3 au cours du mois d’octobre oui on est en décembre et alors?. Et j’ai encore une fois beaucoup aimé!

Je vais essayer de faire une petite critique de chaque tome, même si celle-ci est courte, histoire de ne pas trop me répéter.

Cette maison d’édition fait des romans absolument magnifiques pour cette saga : le papier est d’excellentes qualités je trouve, j’adore les couvertures, vraiment je recommande vraiment L’Atalante pour ces romans, plutôt que les poches, même s’ils sont plus onéreux.

On est donc toujours dans la Fantasy burlesque, avec des milliers de rebondissements, des tas et des tas de jeux de mots, de situations comiques et de grand n’importe quoi. Du Terry Pratchett tout craché donc.

Dans ce tome, on change donc de lieu et on nous présente le monde des sorcières, contre celui des mages qu’on avait vu dans les deux premiers tomes.

Ce roman aborde un thème un peu plus sérieux que les deux premiers, à savoir l’égalité entre les sexes.
Dans la fantasy, le moins qu’on puisse dire est que la place de la femme est…précaire voir ridicule. Souvent, elle est ou une magnifique-femme-très-belle-et-naïve-qu-il-faut-sauver-et-vive-l-amour ou alors elle est magnifique-femme-très-belle-et-très-forte-qui-combat-mais-qu-il-fait-sauver-et-vive-l-amour. Bien évidemment, j’exagère, mais souvent, c’est ça.

Dans ce roman, Terry Pratchett nous explique donc que les femmes, ce sont des sorcières et les hommes des mages. C’est comme ça. Il n’y a pas de mages femmes ou d’hommes sorciers. Et pourquoi ça, se demande Esk?
Esk, elle, du haut de ses 8 ans veut pouvoir choisir : sorcière ou mage? Et pourquoi pas les deux?
Elle se rend donc à l’université pour recevoir une formation, ne doutant pas d’être reçue…mais cela ne sera pas aussi simple…

Grâce à Esk, Terry Pratchett va décortiquer –brièvement hein, c’est un roman d’aventure, pas un essai – et détruire ces préjugés sexistes et les traditions sur lesquels ils reposent.

On pourrait penser que le personnage le plus important est Esk, mais en fait, celui qui ressort le plus, c’est celui de Mémé Ciredutemps. Je l’adore. Elle est géniale et j’ai vraiment hâte de la revoir. Elle a une vision du monde tellement terre à terre, tellement cynique qu’elle est à mourir de rire. Elle est experte en « têtologie », qui est en fait la psychologie et soigne énormément par l’effet placebo. Une grande partie de ses pouvoirs est basée sur les croyances des gens et elle s’en sert à merveille.

On continue aussi à découvrir les différents coins du Disque-Monde et c’est vraiment agréable. J’aimerais faire l’acquisition un jour d’une carte grand format de cet univers!

———————————————–

Un très bon tome avec l’introduction du monde des sorcières! J’ai passé un excellent moment : j’ai beaucoup ris et je l’ai lu très vite. Je compte bien continuer les Annales du Disque-Monde et j’espère revoir le personnage de  Mémé Ciredutemps très rapidement!

  • Extrait

Si Esk avait reçu une formation de mage dans les règles, elle aurait compris que son idée était irréalisable.
Tous les mages savaient déplacer des objets, depuis les protons et tout ce qui s’ensuit, mais l’important à retenir, pour en déplacer un de A jusqu’à Z, selon la physique élémentaire, c’est qu’à un moment donné, l’objet en question devra passer par le reste de l’alphabet.

Publicités